k-libre - dossier

Je n'ai plus la moindre notion du temps, ni celle de la faim ou de la douleur, j'ai juste cette force vitale qui m'anime encore, anime mes bras, mes mains.
François-Xavier Dillard - Ne dis rien à papa
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Crossover : rock et polar

MAJ mercredi 19 septembre

Crossover : rock et polar
© Thomas Salva

22 février 2011 - Le rock – visons large : de la soul au métal, en passant par le reggae, le funk, le punk, etc. - et le polar – qu'il soit en mode livre ou cinoche - ont en commun cet aspect fondamental et paradoxal : conçus comme des genres de la transgression et de la subversion, de la contestation culturelle, sociale et politique, ils sont en même temps les deux grands symboles des cultures de masse. Dans les deux cas, le machin viendrait des bas-fonds, de l'underground, mais il occupe le devant de la scène. Presque des fleurons d'industries... On ne vend guère de "produits" plus mondialisés que les Beatles, Bob Marley ou Michael Jackson et, en cherchant bien, à peu près toutes les régions du globe peuvent se targuer d'avoir un "ambassadeur littéraire" œuvrant dans les littératures noires ou/et policières, tandis que les plus grands studios ciné du monde produisent du polar en série.
(En aparté, et à titre d'exemple, les pays scandinaves sont devenus les maîtres du polar européen – voire mondial ; parallèlement, ils sont désormais aussi l'un des épicentres les plus "hype" des grandes productions rock, folk, pop et electro-pop qui cartonnent sur la scène internationale... Il y a forcément un lien, non ?)
Mauvais garçons, rude boys, arnaqueurs à la petite semaine, grands bandits en col blanc, femmes fatales, vamps et filles de petite vertu, hors-la-loi, marginaux, "mavericks" et autres inadaptés et exclus du grand rêve libéral, les personnages des polars et ceux qui peuplent les chansons des grands artistes pop, rock et autres, sont souvent les mêmes, cabossés, prêts à aller jusqu'au bout de leurs désillusions, perdants pas toujours magnifiques, anti-héros traînant leur lot de blessures et d'obsessions. "Jailhouse Rock", "I Shot The Sheriff", "Police & Thieves", "Gangsters" (l'intrus de la liste, en même temps...), "Seek & Destroy", "Desperado", "Police Story", "No More Heroes", "People Are Strange", "Sympathy For The Devil", "Teenage Kicks", "Woman In Disguise", "Highway To Hell", "Murder Style", "Subway Song"... : la liste des chansons serait bien longue, qui rappelle que le polar et le rock n'ont cessé de flirter ensemble. Surtout depuis que le polar n'est plus un genre qui s'abreuve exclusivement au jazz.
Au rayon "livres", nombre d'auteurs contemporains pactisent étroitement avec les cultures rock : Ken Bruen, David Peace, Cathi Unsworth, Chris Haslam, Ian Rankin, Kinky Friedman, Jerry Stahl, Jack O'Connell, Tim Dorsey, Doug Allyn... Mais pas James Ellroy, désolé. Ni Jean-Patrick Manchette. Par contre, Millenium, de Stieg Larsson, baigne bel et bien dedans... Que personne ne s'énerve, on ne donne pas ici dans la liste exhaustive, ni même ordonnée.
En France, les collections se multiplient, qui jouent sur cette fibre – avec une certaine "Mona Cabriole", chez La Tengo éditions, et on a envie de citer Asphalte...-, et certains auteurs écrivent des polars aussi parce qu'ils viennent du rock : Michel Embareck, Thierry Crifo, Caryl Férey, Marie Vindy, Claude Bathany, Laurent Chalumeau, Luna Satie... On songe, bien sûr, à Maurice G. Dantec et, évidemment, à Jean-Bernard Pouy. Qui n'hésite pas une seconde : "La musique la plus adaptée pour se préparer à attaquer le commissariat, vers trois heures du matin, c'est le rock."
Bref, tout un tas de bonnes raisons de prendre le temps de se plonger, au-delà des polars eux-mêmes, dans les essais sur le rock, (auto)biographies, récits, etc. Du MC5 aux Specials, de Patti Smith à Pete(r) Doherty en passant par Little Bob... Parce que c'est aussi le background des auteurs que nous aimons. Leur forge. D'où la pertinence, pensons-nous, de vous proposer chaque mois, sur K-Libre, des chroniques de ces récits souvent aussi échevelés et barrés que les plus allumés des polars dont nous vous causons par ailleurs... En guise de conclusion, illustration du propos en écoutant "Somebody Got Murdered" des Clash : "Someone lights a cigarette/While riding in a car/Some ol'guy takes a swig/And passes back the jar/But where they were last night/No-one can remember/Somebody got murdered/Goodbye, for keeps, forever/ Somebody got murdered/Somebody's dead forever..."

Les crossover proposés :
Lost Highway – Sur les routes du rockabilly, du blues & de la country music
Phil Spector, le mur de son
Guitar army : rock, révolution, Motor City, MC5 et White Panthers
La Story
The Specials – Rudie pour la vie
Culture Clash : Punk rockers, Big Audio Dynamite, Dreadlocks et vidéo
Les Cahiers d’Albion : Le Journal intime de Peter Doherty
Liens : Cédric Fabre Par Cédric Fabre

publicité

Pied de page