k-libre - festival

C'est à cause des conquêtes et de l'oppression que le peuple grec laissa ses légendes se transformer en superstitions. La déesse Aphrodite devint Vorvolaka. Cette créature de cauchemar hantait encore les paysans quand la Grèce remporta la guerre des Balkans de 1912.
Mark Robson - L'Île des morts
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 13 novembre

Contenu

Festival des littératures policières, noires et sociales 2011

MAJ vendredi 20 mai 2011
Affiche Festival des littératures policières, noires et sociales 2011
Pays : France

Festival des littératures policières, noires et sociales 2011



Adresse : Kuursal Besançon, 1, place du Théâtre, 25000 Besançon
E-mail :
Téléphone : 03.81.81.31.17 ou 06.08.03.43.43
Site :

Le festival

C'est pour lui donner corps que l'association Pas serial s'abstenir a été créée en 1998. Et l'année même de la naissance associative avait lieu, en effet, la première édition d'un festival dont le profil avait commencé à germer dans l'esprit des organisateurs après qu'ils eurent assisté au salon Sang d'encre à Vienne, qui en était, à l'époque, dans sa prime enfance. Leur principale intention était d'instaurer, chez eux à Besançon, un événement qui permît aux lecteurs de rencontrer des auteurs de polar "pour de vrai" et dans un contexte chaleureux, presque amical, comme eux le pouvaient. Pour aller plus loin en ce sens, et dépasser l'ambiance trop banale de l'auteur-derrière-sa-table conversant avec son vis-à-vis de passage, les "pas serial" - mais sérieux malgré tout - ont imaginé assez vite d'organiser, le dimanche matin... une partie de pétanque réunissant auteurs et lecteurs ! Entre tirer et pointer, il est clair que les débats doivent largement excéder le cadre livresque. Depuis, ce rendez-vous d'un week-end est honoré chaque année, généralement en mai, et le festival a ainsi gagné au fil des ans ses galons de manifestation noire reconnue et appréciée.
On notera que le nom du festival est différent de celui de l'association fondatrice et organisatrice, ce qui n'est pas toujours le cas : sans doute s'agit-il de bien souligner ici que l'événement annuel n'est qu'une petite partie des activités associatives - qui sont diverses et vivantes tout au long de l'année - et que le festival concernent toutes les nuances tonales d'un genre qui ne couvre pas seulement des intrigues où des enquêteurs sont confrontés à des affaires criminelles et qui, de plus, a toujours de fortes résonances sociales.
Ce rendez-vous annuel est proposé au Kursaal, au cœur du centre ancien de Besançon. Construit à la fin du XIXe siècle pour accueillir des spectacles afin de divertir les curistes, cet ambitieux édifice, d'abord propriété privée, revint très vite à la ville qui en fit LE lieu de toutes les fêtes bisontines. Fermé en 1970 pour cause de vétusté, le Kursaal commence à être rénové en 1979 et, dès 1982, il redevenait le centre culturel rayonnant qu'il était à ses débuts. Un bel endroit pour un festival noir, qui à l'évidence le vaut bien...

Cette édition

Quatorzième du nom, ce festival bisontin est polyphonique - la petite notice de présentation que lui ont écrite les organisateurs et que l'on peut lire à côté du programme énumère avec soin toutes les voix qui se feront entendre tout au long du week-end. Des voix "romanesques, de l'Extrême-Orient, dessinées"... Un chœur varié où la BD et l'illustration ont une place de choix : deux expositions sont à voir pendant le festival, l'une consacrée au travail de Charlie Bauer, dessinateur de presse bisontin qui a collaboré à L'Huma, Siné Hebdo, Bakchich, etc., la seconde à un collectif d'illustrateurs nommé Wild Ink.
"Toutes ces voix" sont celles d'une vingtaine d'auteurs, romanciers et illustrateurs mêlés, que vous pourrez rencontrer en passant au Kursall au cours du week-end  :
Patrizio Avella, Baru, Charlie Bauer, Stéphanie Benson, Martine Blanchard, David Defendi, Michel Imbert, Joseph Incardona, Nicolas Jaillet, Koeberlé, Philippe Jurg, Mezzo, Nadine Monfils, Chantal Montellier, Max Obione, Jean-Hugues Oppel, Jeff Pourquié, Nicolas Robert, Gérard Streiff, Michèle Tatu, Tran-Nhut Thanh-Van, et Marie Vindy.

PROGRAMME
Samedi 21 mai

Le festival commence à 14 heures avec, dès l'ouverture des portes, rencontres et dédicaces avec les auteurs présents.
- À 14 h 30, projection du film Génération Baru, réalisé par Jean-Luc Muller. Suivra un débat animé par June, en présence de Baru et du réalisateur.
- À 16 h 30, Thierry Loew anime un débat sur le scénario cinématographique en présence de Nadine Monfils, Stéphanie Benson, David Defendi, et Jean-Hugues Oppel.
- À 17 h  30, projection du film Chantal Montellier, la part d’enfance, réalisé par Pierre-André Sauvageot. Suivra un débat animé par June avec Chantal Montellier et le réalisateur.
- À 19 h 30, apéro-concert avec le groupe de jazz manouche Pif Gadjé (et une surprise).
La fête continue jusqu'à la fermeture des portes, à 21 heures.
Dimanche 22 mai
L'on ouvre les portes à 13 heures, mais le festival commence bien plus tôt dans la matinée avec la traditionnelle partie de pétanque qui permet aux lecteurs et aux auteurs de se côtoyer de manière quelque peu inhabituelle... Le rendez-vous est fixé à 9 h 45 au bar du Kursaal et chacun est prié d'apporter ses boules.
- À partir de 13 heures, les rencontres-dédicaces reprennent leur cours.
- À 15 heures, débat animé par Thierry Loew autour des polars chinois et asiatiques - intitulé "Encres de Chine" - avec Michel Imbert et Thanh-Van Tran-Nhut.
- À 17 heures, clôture des portes et des festivités.

Parmi les invités : Baru | Stéphanie Benson | Joseph Incardona | Nicolas Jaillet | Nadine Monfils | Chantal Montellier | Max Obione | Jean-Hugues Oppel | Jeff Pourquié | Gérard Streiff | Than-Van Tran-Nhut | Marie Vindy

Pied de page