k-libre - festival

Avant y avait rien, après y aura rien et entre les deux on se fait chier. Pourquoi ?... Pourquoi ?...
Pascal Garnier - La Théorie du panda
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 10 décembre

Contenu

Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale 2011

MAJ lundi 25 avril 2011
Affiche Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale 2011
Pays : France

Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale 2011



Adresse : 61 Grand-Place, 60000 Arras
E-mail : coleresdupresent@wanadoo.fr
Téléphone :
Site : http://www.coleresdupresent.com/cgi-bin/db2www.cgi/coleresdupresent.mac/index

Actualité

  • 25/03 Prix littéraire: Sélection 2014 du Prix Jean Amila-Meckert
  • 19/04 Prix littéraire: Sélection du prix Jean Amila-Meckert 2012
  • 15/05 Librairie: Gérard Streiff à Paris
  • 02/05 Prix littéraire: 7e prix Jean Amila-Meckert
  • 19/11 Exposition: Exposition Jean Amila-Meckert à Paris (10e arr.)
    L'association arrageoise Colères du présent, que l'on connaît bien ici pour être l'organisatrice du Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale qui chaque Premier Mai depuis 2002 apporte sa touche noire aux brins de muguet fleurissant aux coins des rues d'Arras, fait une descente à Paris le temps de rendre hommage à l'écrivain Jean Amila-Meckert - ce nom étant l'un des nombreux pseudonymes adoptés par Jean Meckert (1910-1995), auteur prolifique s'il en est qui a publié plus de soixante-dix romans ressortissant à divers genres, dont le polar.
    Parisien natif du 10e arrondissement, il est aussi celui qui a donné son nom au prix littéraire décerné à l'occasion du salon susnommé. L'association Colères du présent a donc uni ses efforts à ceux de la librairie L'invit' à lire* pour proposer, du lundi 22 novembre au jeudi 2 décembre à la mairie du 10e**, une exposition consacrée à cette importante figure de la littérature populaire - "populaire" au sens où aimerait sans doute l'entendre, par exemple, la "trime team chéribibine", c'est-à-dire "qui concerne le peuple, qui est concernée par le peuple et la classe ouvrière", sans condescendance, sans misérabilisme mais avec lucidité et sincérité. Une littérature qui est aussi noire grand teint à l'occasion : notre auteur a publié quelques polars signés Jean Amila dans la "Série noire" gallimardienne - ce que rappelle très clairement l'affiche.
    Un vernissage festif aura lieu le jeudi 25 novembre à 19 heures à la mairie du 10e, en présence des auteurs lauréats du prix Jean Amila Meckert qui dédicaceront leurs livres : Florence Aubenas, Caryl Ferey, Maurice Attia, Nan Aurousseau et Jean-Hughes Lime.

    * Librairie L'invit' à lire
    147, rue La Fayette
    75010 Paris. Tél. : 01 48 78 06 32

    ** Mairie du 10e
    La Rotonde - 4e étage
    72, rue du faubourg Saint-Martin
    75010 Paris
    Liens : Caryl Férey

  • 01/05 Prix littéraire: Prix Jean Amila-Meckert 2010
  • 29/04 Salon: Du noir dans le muguet...

Le festival

Il n'aura pas fallu longtemps aux membres de l'association Colères du présent pour songer que leurs actions en faveur de la littérature dite "populaire" et leurs initiatives visant à réveiller les consciences quant aux questions politico-sociales seraient avantageusement complétées - et leur portée, leur impact, accrus - par l'organisation d'un salon livresque. Créée en 2001, l'association mettait en place le premier Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras le 1er mai 2002.
Pour cette association militante, dont le travail est mû par l'intime conviction que les progrès sociaux reposent sur une diffusion la plus large possible de la culture sous ses formes les plus diverses, il ne faisait aucun doute qu'il fallait d'une part pallier l'absence d'événement salonnier de ce type à l'échelle de la région Nord-Pas-de-Calais et, d'autre part, raviver la valeur symbolique de cette date du 1er mai qui semble peu à peu perdre son sens politique. En d'autres termes, il s'agissait, par une initiative culturelle que l'on allait s'efforcer de reconduire à chaque 1er mai, de rappeler que la vigilance idéologique et la lutte sociale sont toujours d'actualité. Et nécessaires.
Parrainé par Didier Daeninckx, le salon de 2002 rassembla environ mille visiteurs. Depuis, la fréquentation ne cesse de croître. Le salon prend chaque année plus d'ampleur, avec de plus en plus d'auteurs invités et des animations toujours plus nombreuses et attractives. Mais l'objectif du salon reste d'amener festivement vers le livre et la culture ceux qu'ils n'atteignent pas facilement en même temps qu'est rallumée la flamme signifiante du 1er mai "Fête du travail".
N'aurait-on pas oublié le polar, dans tout ça ? Nullement. D'abord parce que, même abusivement, l'assimilation se fait très souvent entre polar et "littérature populaire". Ensuite parce que, ancrés dans ces zones où se transgressent les lois autant que les normes communément admises des comportements humains, les romans policiers sont en prise directe avec les failles - et les faillites - d'une société donnée. D'ailleurs, il n'est qu'à regarder qui, en dehors de Didier Daeninckx, s'est agrégé au projet de Colères du présent : Jean-Bernard Pouy, Jérôme Leroy, Frédéric H. Fajardie pour ne citer qu'eux. Et les "polardeux" sont très présents parmi les auteurs invités chaque année.
I. Roche/k-libre

Cette édition

Ça y est... Le dimanche 1er mai 2011, le salon atteint sa première décennie d'existence, et l'association Colères du présent va dignement célébrer cela. Sans doute moins par attachement à ces échéances décimales dont on jalonne les empreintes que laissent dans nos mémoires gens et événements - comme pour s'excuser de les oublier entre temps - que par nécessité de gueuler plus fort que de coutume : elle devient proprement insupportable, cette propension des sociétés soi-disant "modernes" à se montrer toujours plus soucieuses d'engranger des profits quand il faudrait s'attacher à soulager les hommes, à penser uniquement en devises quand il faudrait raisonner en termes d'harmonie et de mieux-être avec la nature. Insupportable, aussi, la systématisation d'exploitations éhontées quand il faudrait instaurer des échanges basés sur le respect mutuel... À quoi vient s’ajouter cette détestable particularité française, la lepénisation galopante : pour n'être pas nouvelle, comme le rappelle Caryl Férey dans son édito (à lire en page 3 du programme téléchargeable ici), elle n'en est pas moins glaçante.
Oui, décidément, il convient de s'indigner. Mais de façon constructive, par exemple en ranimant les utopies pour tâcher de les concrétiser. Le Salon d'Arras est, à n'en pas douter, un acteur majeur de cette belle ambition...
Et cela justifie d'autant plus que le dixième anniversaire soit fêté. Si le salon ne change pas vraiment de dimensions – une seule journée de manifestations pluridisciplinaires mais avec des "bonus avant" et des "bonus après" - et ne s'abandonne pas non plus aux festivités trop bruyantes pour être porteuses de sens, le "coup" sera néanmoins marqué, avec force, par la parution de quelques livres de circonstance :
- Colère du présent, de Jean-Bernard Pouy, coédité par les éditions Baleine et Colères du présent, vendu dix euros au profit de l'association ;
- Une série, Les Aventures de Nour et Norbert, éditée par Ravet-Anceau en partenariat avec l'ACSE Nord-Pas-de-Calais, dont le premier tome, "Mauvaise mine", sort officiellement en libraire le 23 avril ;
- Les Marques du fouet, de Gérard Streiff (La Manufacture de livres) – un polar que l'auteur a écrit au cours d'une résidence que Colères du présent avait organisée au Mali.
À la périphérie de la journée salonnière proprement dite, on mentionnera, au musée des Beaux-arts d'Arras, une exposition dédiée à Frédéric H. Fajardie, "Feu sur le quartier général", qui se tiendra du 1er mai au 24 juillet.
Le fichier .pdf vers lequel nous avons déjà indiqué le lien est très complet, très bien conçu, et très agréable à feuilleter, mais il nous semble utile de donner ci-après un petit aperçu du...

PROGRAMME
À dix heures tous les espaces s'ouvrent, pour accueillir gratuitement le public jusqu'à 19 heures. On retrouve le "village associatif et militant" place du Théâtre, la braderie du livre rue Paul Doumer et place de la Madeleine, les auteurs invités installés dans l'aile gauche du palais Saint-Vaast... Mais les animations sont nombreuses à essaimer un peu partout aux alentours de ces sites-piliers, et dans un périmètre assez large pour que les organisateurs aient jugé nécessaire de mettre en place un service gratuit de navettes de bus qui desservent l'ensemble du salon tout au long de la journée. À sites-piliers, événements phares... Parmi eux:
- Remise du 7e prix Jean Amila-Meckert à 11 h 30 dans l'ancien réfectoire des moines du palais Saint-Vasst, en présence de Florence Aubenas, la lauréate 2010.
- À l'Hôtel de Guînes, tout entier consacré à la littérature pour la jeunesse, spectacles et lectures se succèdent dans un joyeux foisonnement - par exemple "les coups de cœur de Michèle Moreau" : en quatre interventions, la directrice des éditions Didier Jeunesse fera découvrir ses textes préférés par quelques extraits qu'elle lira à haute voix. Ou bien L'écume des mots, un spectacle conçu par le conteur québécois Simon Gauthier que les enfants à partir de six ans pourront voir à 15 heures et 17 heures.
- Une exposition de "Têtes de lecteurs", saisies au vol par le photographe Patrick Devresse lors du salon 2010, occupera la rue du Conseil pendant toute la journée.
- La médiathèque quant à elle est lieu de débats et de lectures. Entre autres "L'imprimé et son avenir"à 14 heures.
Colères et indignations demeurant malgré tout festives, musiciens et artistes de rue séviront un peu partout à heures non fixes et tisseront au salon une attrayante toile de fond.
Reste maintenant à mentionner les auteurs invités :

Romans et essais. Philippe Annocque, Rafaële Arditti, Florence Aubenas, Nan Aurousseau, Patrick Bard, Jean-Pierre Barou, Bernd G. Bauske, Taoufik Ben Brik, Jeanne Benameur, Thierry Beinstingel, Mohamed Berrada, Laurence Biberfeld, Antoine Blocier, Pierre Brasseur, Fernand Buron, Fanny Chiarello, Jacques Cotta, Sylvie Crossman, Jean-Pierre Dacheux, Jacqueline Daussain, Frank De Bondt, Hervé Delouche, Pascal Dessaint, Amandine Dhée, Sergueï Dounovetz, Pierre Drachline, Chantal Dupuy-Dunier, Caryl Férey, Roberto Ferrucci, Patrick Font, Gérard Filoche, Isabelle Garna, Marie-Ange Guillaume, Pierre Hanot, Denis Langlois, Martine Laval, Jérôme Leroy, Michèle Lesbre, Etienne Liebig, Guyette Lyr, Dominique Manotti, Christophe Martin, Jean-Bernard Maugiron, Romain Monnery, Gérard Mordillat, Ricardo Montserrat, Monique & Michel Pinçon-Charlot, Francis Pornon, Jean-Bernard Pouy, Dominique Quélen, Michel Quint, Philippe Routier, Anne Salmon, Stéphane Sirot, Patrick Spens, Gérard Streiff Lucien Suel, Michèle Tribalat, Patrick Varetz, Flore Vasseur, Patrick Wald-Lasowski, Gilles Warembourg.
BD & illustration de presse. Babouse, Berth, Boucq, Lionel Brouck, Cabu, Jean-François Caritte, Charb, Fred Coconut, Albert Drandov, Antonio Fischetti, Yves Fremion, Philippe Honoré, Eric Ivars, Luz, Joe G. Pinelli, Riss, Slim, Tanxxx, Tignous, Willem.
Jeunesse. Richard Couaillet, Pierre Delye, Gérard Dhôtel, Emmanuelle Eeckhout, Christophe Léon, Jean Leroy, Isabelle Pandazopoulos, Eric Pintus, Odile Santi.

Parmi les invités : Patrick Bard | Laurence Biberfeld | Antoine Blocier | François Boucq | Pierre Brasseur | Pascal Dessaint | Serguei Dounovetz | Caryl Férey | Pierre Hanot | Jérôme Leroy | Dominique Manotti | Joe G. Pinelli | Francis Pornon | Jean-Bernard Pouy | Michel Quint | Patrick Spens | Gérard Streiff

Pied de page