k-libre - auteur - Frédéric H. Fajardie

La langue natale n'est pas seulement le vocabulaire ou la grammaire, le français, l'arabe, le chinois, le papou, c'est la musique des paroles, les gestes, les attitudes, une façon de finir les phrases. J'avais laissé au pays la harissa des métaphores, la kémia des syllabes, la salade des formules, le soleil des gueulantes, et je bouffais de la quenelle à longueur de journée, en buvant du vin de messe.
Hubert Huertas - La Boulangère du diable
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 23 février

Contenu

Frédéric H. Fajardie

MAJ mercredi 10 mars 2010
© Marc Gantier

Biographie Frédéric H. Fajardie


Naissance à Paris le 28 août 1947.
Mort à Paris le 01 mai 2008.
Frédéric H. Fajardie baigne dans les livres dès son plus jeune âge puisque son père est bouquiniste. Cela ne lui assure pas une vie aisée. Par la suite, il multiplie les petits boulots, entre dans Mai 68 de plain-pied car son activisme de l'époque dans les milieux gauchistes lui a au moins appris quelques petits trucs qui auraient pu avoir de grandes conséquences. Après un service militaire obligatoire en Allemagne, il reprend les études et obtient un Bac de Philosophie pour ses vingt-cinq ans. Son rendez-vous éditorial aura lieu (ou pas) avec Pierre-Jean Oswald. Tueurs de flics parait en 1979 dans une petite maison d'édition, mais il s'oriente très vite vers l'écriture de nouvelles (plus de trois cents au total) et trouve en NéO (Nouvelles éditions Oswald) un éditeur convaincu. Il participe activement à l'apparition du néo-polar (sans que ceci ait à voir avec la maison d'édition...) mais, curieusement, au détour de l'année 1986 et de son roman Des lendemains enchanteurs, Frédéric H. Fajardie bifurque vers le roman historique. S'il n'oublie pas le "noir pur", l'homme de La Nuit des chats bottés et de Gentil Fati ! entame avec Les Foulards rouges, une fresque épique de cape et d'épée. Figure atypique de la littérature, il est élevé au rang de Chevalier dans l'ordre des Arts et Lettres par Madame Catherine Trautman alors ministre de la Culture et de la communication le 4 décembre 1998. Il s'éteint quelques dix ans plus tard dans son appartement parisien.



site : http://fajardie.free.fr/

Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page