k-libre - festival

Le crime accompli, la terre remise en place, personne ne viendra rechercher entre les quatre murs de ce jardin le cadavre de la belle-mère, inconnue du quartier et arrosée de chaux vive à un mètre cinquante sous terre.
Michel Martin-Roland & Olivier Richou - Paris : 100 crimes oubliés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 septembre

Contenu

Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale 2010

MAJ jeudi 29 avril 2010

Le festival

Il n'aura pas fallu longtemps aux membres de l'association Colères du présent pour songer que leurs actions en faveur de la littérature dite "populaire" et leurs initiatives visant à réveiller les consciences quant aux questions politico-sociales seraient avantageusement complétées - et leur portée, leur impact, accrus - par l'organisation d'un salon livresque. Créée en 2001, l'association mettait en place le premier Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras le 1er mai 2002.
Pour cette association militante, dont le travail est mû par l'intime conviction que les progrès sociaux reposent sur une diffusion la plus large possible de la culture sous ses formes les plus diverses, il ne faisait aucun doute qu'il fallait d'une part pallier l'absence d'événement salonnier de ce type à l'échelle de la région Nord-Pas-de-Calais et, d'autre part, raviver la valeur symbolique de cette date du 1er mai qui semble peu à peu perdre son sens politique. En d'autres termes, il s'agissait, par une initiative culturelle que l'on allait s'efforcer de reconduire à chaque 1er mai, de rappeler que la vigilance idéologique et la lutte sociale sont toujours d'actualité. Et nécessaires.
Parrainé par Didier Daeninckx, le salon de 2002 rassembla environ mille visiteurs. Depuis, la fréquentation ne cesse de croître. Le salon prend chaque année plus d'ampleur, avec de plus en plus d'auteurs invités et des animations toujours plus nombreuses et attractives. Mais l'objectif du salon reste d'amener festivement vers le livre et la culture ceux qu'ils n'atteignent pas facilement en même temps qu'est rallumée la flamme signifiante du 1er mai "Fête du travail".
N'aurait-on pas oublié le polar, dans tout ça ? Nullement. D'abord parce que, même abusivement, l'assimilation se fait très souvent entre polar et "littérature populaire". Ensuite parce que, ancrés dans ces zones où se transgressent les lois autant que les normes communément admises des comportements humains, les romans policiers sont en prise directe avec les failles - et les faillites - d'une société donnée. D'ailleurs, il n'est qu'à regarder qui, en dehors de Didier Daeninckx, s'est agrégé au projet de Colères du présent : Jean-Bernard Pouy, Jérôme Leroy, Frédéric H. Fajardie pour ne citer qu'eux. Et les "polardeux" sont très présents parmi les auteurs invités chaque année.
I. Roche/k-libre

Cette édition

Pour cette 9e édition, Jean-Bernard Pouy se fend d'un "édito" sonore et galvanisant qui, même lu sur fichier .pdf, semble "gueuler" aussi fort que les contestataires assoiffés de changements qu'il évoque (à lire en page 3 du programme)... Mais c'est une gueulante positive, qui remue les énergies et donne fort envie d'aller glaner son muguet à Arras. D'autant qu'il y aura matière à bien remplir sa journée car, de 10 heures à 19 heures, le Salon va essaimer en plusieurs lieux et, pour ne rien rater, il faudrait être un sacré ubiquiste... Petit aperçu de ce qui vous est proposé...

PROGRAMME
De 10 heures à 19 heures, ce sont pas moins de sept lieux, concentrés dans le Quartier des Arts, qui accueillent les animations mises en place par Colères du présent et ses partenaires.
Place de la Madeleine, on brade les livres, neufs et d'occasion. Sous chapiteaux, éditeurs et animateurs de revues sont installés pour présenter leurs publications.
Place du théâtre, un village militant et associatif regroupe divers organismes impliqués dans la promotion d'une économie "à visage humain" et dans les actions solidaires.
Rue Paul Doumer, là aussi on brade les livres neufs et d'occasion.
À l'Hôtel de Guînes, un "pôle jeunesse" prend ses quartiers, avec des centaines de livres et des animations "à foison" pour les enfants.
Au Palais Saint-Vaast, l'aile gauche accueille tous les auteurs invités - romanciers et auteurs de BD -, un espace "Travail et Culture" et quelques surprises concoctées par l'association Les Habits Noirs, à qui a été donnée carte... blanche. L'exposition de la BiLiPo "Le Mystère Hammett, la naissance du roman noir américain" exporte ses panneaux pour la journée en cette même aile gauche. Dans la cour du palais, des concerts sont prévus pour animer le coin buvette/restauration.
Un peu partout dans l'espace investi par le salon, des spectacles de rue, des happenings théâtraux, des ateliers... tout ce qu'il faut pour militer et se cultiver dans la bonne humeur.
Une pléiade d'auteurs sont invités qui représentent les différents "terrains" où s'expriment les luttes sociales et, à leurs côtés, une belle place est faite aux romanciers noirs :
Ingrid Astier, Maurice Attia, Nan Aurousseau, Abdel-Hafed Benotman, Muriel Carminati, Pascale Chouffot, Sophie Couronne, Serguei Dounovetz, Pascal Dessaint, Michel Embareck, Caryl Ferey, Sylvie Granotier, Franck Hériot, Jérôme Leroy, Dominique Manotti, Patricia Osganian, Jean-Bernard Pouy, Christian Roux, Sébastien Rutès, Patrick Spens, Antonin Varenne.
Pour connaître le nom de TOUS les invités, ainsi que la programmation détaillée heure par heure et lieu par lieu, LA solution reste de télécharger le programme déjà mentionné, édité par les organisateurs.
I. Roche/k-libre

Parmi les invités : Ingrid Astier | Abdel-Hafed Benotman | Sophie Couronne | Pascal Dessaint | Serguei Dounovetz | Caryl Férey | Sylvie Granotier | Jérôme Leroy | Dominique Manotti | Jean-Bernard Pouy | Christian Roux | Sébastien Rutés | Antonin Varenne

Pied de page