Un long moment de silence

Les romans sont une forme de réalité interactive.
Árni Thórarinsson - Le Crime : histoire d'amour
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 mai

Contenu

Roman - Thriller

Un long moment de silence

Historique - Guerre - Terrorisme MAJ vendredi 15 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Paul Colize
Paris : La Manufacture de livres, mars 2013
372 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35887-055-9

Actualités

  • 23/05 Édition: Parutions de la semaine - 23 mai
  • 26/03 Prix littéraire: Sélection du Prix Belgique loisirs "La Plume de cristal" 2014
  • 26/11 Prix littéraire: Sélection 2013 Prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes
  • 14/06 Prix littéraire: Sélections 2013 des Grands Prix de la littérature policière
  • 09/04 Librairie: Paul Colize à la librairie de Paris
  • 22/03 Édition: Parutions de la semaine - 22 mars
    Une semaine où parait un nouveau roman de Dennis Lehane n'est pas une semaine comme les autres. On aurait tendance à l'oublier mais la sortie du magnifique Un pays à l'aube remonte déjà à quatre années. Peut-être pas aussi détonant que son prédécesseur, Ils vivent la nuit est quand même de très haute facture et, il faut bien l'avouer, si les héros ne meurent jamais, le talent non plus et ce alors que le romancier américain quitte Boston pour emmener ses personnages jusqu'à Cuba.
    Parmi les parutions remarquées, figure également Un long moment de silence, le nouveau roman de Paul Colize à La Manufacture de livres. Sinon, la toute nouvelle collection "La Cosmopolite noire" avec Adrian McKinty (Une terre si noire) et Dolores Redondo (Le Gardien invisible) est à surveiller de près. Tout comme chez Gaïa Le Royaume des perches, de Martti Linna, et La Maison de l'esprit d'or, de Diane Wei Liang (NIL). Enfin, les Presses de la Cité proposent un nouvel opus de John Burdett, Le Pic du vautour, forcément noir et distrayant.
    Rayon rééditions poche, notons les romans de Jérémie Guez (Balancé dans les cordes), de Dominique Manotti (L'Honorable société), et de Peter Guttridge (Promenade du crime).
    Pour conclure avec la littérature jeunesse, nous retrouvons avec plaisir deux auteurs à l'écriture sensible : Claire Gratias et Jean-Paul Nozière.
    Une histoire à suivre...

    Fictions adulte grand format :
    Memento mori, de Sebastià Alzamora (Actes sud, "Actes noirs")
    Le Voleur d'enfants tristes, de Belinda Bauer (Fleuve noir, "Thriller")
    Mr Shivers : nul ne peut lui échapper, de Robert Jackson Bennett (Panini Books, Éclipse")
    Celle qui n'était plus, de Pierre Boileau & Thomas Narcejac (Retrouvées)
    Le Pic du vautour, de John Burdett (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Paroles empoisonnées, de Maïté Carranza (J'ai lu)
    Un long moment de silence, de Paul Colize (La Manufacture de livres)
    Et il ne restera que poussière, de Patricia Cornwell (Les 2 Terres)
    Une peine d'exceptions, de Patricia Cornwell (Les 2 Terres)
    Vent de glace, de Patricia Cornwell (Les 2 Terres)
    Si j'étais toi... : thriller ésotérique, de Joao Fernandes (Auteurs d'aujourd'hui)
    Témoin hostile, de Rebecca Forster (Pôle, "Roman")
    La Maison des absents, de Tana French (Calmann-Lévy)
    Aux prises avec la mort, de Peter James (Fleuve noir, "Thriller")
    400 coups de ciseaux, de Thierry Jonquet (Le Seuil, "Policiers")
    Absences, d'Alice Laplante (Robert Laffont)
    Rouge ballast, de Jean-Claude Le Chevère (Des Ragosses)
    Ils vivent la nuit, de Dennis Lehane (Rivages, "Thriller")
    Le Royaume des perches, de Martti Linna (Gaïa, "Polar")
    Une terre si froide, de Adrian McKinty (Stock, "la Cosmopolite noire")
    Cognac blues, de David Patsouris (Le Rouergue, "Noir")
    Au fond de ton cœur, de Torsten Pettersson (Télémaque, "Entailles")
    Le Gardien invisible, de Dolores Redondo (Stock, "La Cosmopolite noire")
    La Colonie du diable, de James Rollins (Fleuve noir, "thriller")
    Les 13 reliques. 1, de Michael Scott & Colette Freedman (Fleuve noir, "Thriller")
    Des types bien, ou presque, de Bogdan Teodorescu (L'Écailler, "Polar & noir")
    La Maison de l'esprit d'or, de Diane Wei Liang (NIL, "Détectives")
    Sol, de Philippe Yvon (Carrefour du Net, "Collection noire")

    Fictions adulte poche :
    Derrière la haine, de Barbara Abel (Pocket, "Thriller")
    Opération Cyclope, de Claude d'Abzac-Épezy (Folio, "Policier")
    Le Chapelet de Jade : et autres nouvelles, de Boris Akounine (Points, "Policiers")
    L'Énigme d'Arras, de Denis Barbe (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Casanova et la femme sans visage, d'Olivier Barde-Cabuçon (Babel, "Noir")
    Quai des cadavres, de Jean-Pierre Bocquet (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Boston noir, présenté par Dennis Lehane (Rivages, "Noir")
    Scandale meurtrier, de Pamela Clare (J'ai lu, "Romantic suspense")
    Les Profanateurs, de Michael Collins (Points, "Roman noir")
    On achève bien les disc-jockeys, de Didier Daeninckx (Pocket, "Policier")
    Le Livre de l'air et des ombres, de Michael Gruber (Pocket, "Thriller")
    Balancé dans les cordes, de Jérémie Guez (J'ai lu, "Policier")
    Promenade du crime, de Peter Guttridge (Babel, "Noir")
    À deux pas de la mort, de Peter James (Pocket, "Thriller")
    Marée noire, d'Attica Locke (Folio, "Policier")
    La Route d'Omaha, de Robert Ludlum (Pocket, "Thriller")
    Sur la route de Gandolfo, de Robert Ludlum (Pocket, "Thriller")
    L'Honorable société, de Dominique Manotti (Folio, "Policier")
    The City & the city, de China Miéville (Pocket, "Thriller")
    Mémoires funestes, de Johann Moulin (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Retour vers la côte, de Saskia Noort (Folio, "Policier")
    Progressez en anglais grâce à... Edgar Poe et Auguste Dupin. 1, de Edgar Allan Poe (J.-P. Vasseur, "Progressez en anglais grâce à...")
    Progressez en anglais grâce à... Edgar Poe et Auguste Dupin. 2, de Edgar Allan Poe (J.-P. Vasseur, "Progressez en anglais grâce à...")
    Pol'art au sang, collectif (Cogito ergo sum, "Noir'mandie")
    Lieutenant Eve Dallas. 33, Crime de New York à Dallas, de Nora Roberts (J'ai lu, "Littérature générale")
    La Clé de l'apocalypse, de James Rollins (Pocket, "Thriller")
    Mets ton doigt où j'ai mis mon doigt, de San-Antonio (Pocket, "Les Nouvelles aventures de San-Antonio")
    Réglez-lui son compte !, de San-Antonio (Pocket, "Les Nouvelles aventures de San-Antonio")
    Les Anges gardiens. 1, Témoin en détresse, de Roxanne St. Claire (J'ai lu, "Romantic suspense")
    Les Ombres qui attendent, de Carlene Thompson (Folio, "Policier")

    Bandes dessinées :
    Scalped. 5, La Vallée de la solitude, de Jason Aaron & R. M. Guéra (Urban comics, "Vertigo classiques")
    Scalped. 6, Rongé jusqu'à l'os, de Jason Aaron (Urban comics, "Vertigo classiques")
    Scalped. 7, Rez blues, de Jason Aaron (Urban comics, "Vertigo classiques")
    Death mountains. 1, Mary Graves, de Daniel Brecht & Christophe Bec (Casterman)
    Death mountains. 2, La Cannibale, de Daniel Brecht & Christophe Bec (Casterman)
    Buck Danny : l'intégrale. 8, 1960-1962 (Dupuis)
    OPK. 2, Hard-core, de Matz et Fabien Bedouel (12 bis)
    Scooby-Doo. 3, Tous espions (Jungle, "Kids")

    Mangas :
    Arago : police investigator. 3, de Takahiro Arai (Pika, "Pika shônen")
    Vagabond, de Takehiko Inoue (Tonkam, "Young")

    Fictions jeunesse :
    Double disparition, de Claire Gratias (Rageot)
    Lambada pour l'enfer, de Hector Hugo (Syros, "Souris noire")
    I hunt killers, de Barry Lyga (Le Masque (Le Masque, "MSK")
    HB Henderson's boys. 2, Le Jour de l'aigle, de Robert Muchamore (Casterman jeunesse, "Poche")
    Camps Paradis, de Jean-Paul Nozière (Gallimard jeunesse, "Scripto")
    Que deviennent les enfants quand la nuit tombe ?, de Jean-Paul Nozière (Thierry Magnier, "Roman")
    L'Homme au masque, de Elliot Skell (Flammarion jeunesse, "Grands formats")
    Menace à Olympie, d'Alain Surget (Flammarion jeunesse)

    Criminologie & prisons :
    Les Brigands : criminalité et protestation politique, 1750-1850, sous la direction de Valérie Sottocasa (Presses universitaires de Rennes, "Histoire")
    Toni 11,6 : histoire du convoyeur, d'Alice Géraud (J'ai lu, "Document")
    Marseille connection : comment la cité phocéenne est devenue la ville de tous les trafics, de François Missen (L'Archipel)
    Menaces cybernétiques : le manuel du combattant, de Yves-Marie Peyry (Le Rocher, "Lignes de feu")
    Liens : Derrière la haine |Balancé dans les cordes |Promenade du crime |À deux pas de la mort |Ils vivent la nuit |Cognac Blues |Belinda Bauer |Pierre Boileau |Thomas Narcejac |John Burdett |Paul Colize |Tana French |Peter James |Thierry Jonquet |Dennis Lehane |Barbara Abel |Boris Akounine |Didier Daeninckx |Michael Gruber |Jérémie Guez |Peter Guttridge |Dominique Manotti |Johann Moulin |Edgar Allan Poe | San-Antonio | Matz |Claire Gratias |Hector Hugo |Robert Muchamore |Jean-Paul Nozière |David Patsouris |Carlene Thompson |China Miéville

Roman d'unes vies

Connaître l'auteur d'un roman qu'on va chroniquer est-il un handicap ? Réponse : non. Au mieux, se poser la question relève d'une tartufferie de bon aloi, qui ne trompe personne. Dans le microcosme polardeux-critique, tout le monde se connaît/fréquente/jalouse/apprécie. Oui, je connais et j'aime Paul Colize, tant l'homme que l'auteur. Mais je n'écris pas ceci en guise de préambule hypocrite, non. Parce que ce prédicat fut partie prenante de ma lecture, parce qu'il conditionne l'écriture de cette chronique, parce qu'il est indissociable de mon ressenti.
Flashback.
La presse et le public ont loué Back up, le précédent roman de Paul Colize. Le danger est donc d'écrire le suivant en creusant le sillon. Écueil évité. De fait, la comparaison entre les deux romans n'est pas envisageable. Back up possédait une dimension sociétale, presque épique, moins présente dans Un long moment de silence. Encore que l'Histoire y soit présente à chaque page. La structure, le mode narratif semblent pourtant les mêmes : une recette que Paul Colize maîtrise à merveille et qui fait mouche - tisser trois lignes narratives en apparence distinctes (lieux, époques, personnages différents), puis emballer le métier, faire se croiser les fils, les nouer, les emberlificoter jusqu'à un ultime dénouement qui finit de dévider l'écheveau.
En l'occurrence : l'histoire d'un jeune juif qui, après la Seconde Guerre mondiale, rejoint un commando spécialisé dans la traque des criminels nazis ; un attentat à l'aéroport du Caire en 1954 ayant fait vingt et un morts ; Stanislas, un chef d'entreprise belge odieux, cynique et misanthrope, dont le père figure parmi les victimes de l'attentat en Égypte et qui découvre, cinquante ans plus tard, de nouveaux éléments sur ce massacre.
Inutile d'en dire plus sur l'intrigue. On sait que tout est lié. Tout l'art de Paul Colize repose dans la distillation d'événements nouveaux, dans la tension qui habite chaque chapitre, l'alternance des époques et la rédemption du narrateur.
Car le narrateur est souvent "je". Ce "je", c'est ce sexagénaire belge, patron d'une boîte spécialisée en sécurité informatique. Odieux, cassant, puant, blessant, érigeant l'agressivité, le machisme et l'insensibilité comme une forteresse autour de sa personne. Le faire parler à la première personne est dangereux. Évidemment que l'identification s'opère ! Évidemment que Paul Colize fait tout pour que l'amalgame s'impose (jusqu'aux mises en abyme avec son éditeur). Dès lors, le malaise s'installe dans l'esprit du lecteur qui, au-delà de l'intérêt purement narratif, attaque les chapitres avec une curiosité malsaine, se fait le complice voyeur de cette vraie-fausse mise à nu de l'auteur/narrateur. Remarquablement joué ! On ne peut plus lâcher le livre, on applaudit à l'exercice de style, on veut savoir quels sont les liens entre tous ces personnages, pourquoi l'attentat du Caire, etc., tout en cherchant derrière le masque du détachement la part de vérité ou de bourrage de l'auteur.
Et puis arrive l'épilogue. Ou plutôt la note au lecteur. Et ses trois dernières phrases.
Et là, en effet, soit vous connaissez personnellement l'auteur, ou non. Dans le deuxième cas, vous vous inclinez et saluez sa performance et son courage face à la difficulté d'écrire un tel ouvrage.
Dans le premier cas, vous vous dites tout ça, bien sûr, mais en plus, vous refermez le livre tout doucement, la boule dans la gorge, presque gêné mais reconnaissant envers l'auteur de vous avoir ouvert la porte qu'il n'entrebâille que trop rarement.
Un long moment de silence, ce n'est pas le roman d'une vie. Ni de plusieurs. C'est le roman d'unes vies, tellement lointaines et si fusionnelles.
C'est une leçon.

Récompenses :
Prix Landerneau Polar 2013
Prix Boulevard de l'Imaginaire 2013

Nominations :
Prix des lecteurs nantais/Acener 2014

Citation

J'admirais en cachette ce père que je n'avais pas connu, ce héros mort en service commandé. Ce n'est que cinq ans plus tard que j'ai recueilli quelques bribes supplémentaires, le jour même où j'ai baisé pour la première fois.

Rédacteur: Maxime Gillio vendredi 16 août 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page