Éclipse d'une nuit d'hiver

L'info, ça fait un bail que c'est fini. Aujourd'hui, ce que vous voulez, c'est du buzz alors pour votre plus grand plaisir, je fais rimer 'sensationnel' avec 'poubelle'.
Michaël Mention - Le Carnaval des hyènes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 28 mars

Contenu

Roman - Policier

Éclipse d'une nuit d'hiver

Vengeance - Corruption MAJ vendredi 10 décembre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Richard Albisser
Hem : Le Riffle, octobre 2010
226 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-916225-07-4
Coll. "Riffle noir", 7

Une si longue dérive

Drassir, inspecteur de police à Roubaix, a bataillé ferme pour être accepté. Il s'est même inscrit dans le club de jeu d'échecs local où il joue contre les industriels nordistes. Il vit une belle histoire d'amour avec Jasmina, même s'ils ne peuvent avoir d'enfants. Tout va basculer rapidement. Jasmina écrit des romans et met en scène une nouvelle histoire s'inspirant d'un faits divers local : la mort d'un gérant de rayon de supermarché écrasé par des étagères. Alors qu'elle commence à écrire, quelqu'un s'introduit dans son ordinateur. Serait-ce un tueur pris de panique à l'idée d'être découvert ? Toujours est-il que Jasmina est victime d'un étrange accident de la route et que Drassir, entre haine, volonté de vengeance, et bagarre va essayer de retrouver les commanditaires de ce crime.
L'intrigue est d'un curieux mélange : d'un côté, l'auteur emprunte aux éléments les plus balisés du roman noir de ces dernières années - des industriels véreux, payant en sous-main des hommes de main liés à un parti d'extrême droite, des hommes qui lorsqu'ils s'ennuient vont taper du pédé, la routine d'une région en reconversion industrielle ; et de l'autre, une histoire qui joue sur des coïncidences, des faux-semblants, un informaticien qui vient disserter sur le hasard, des éléments d'intrigue romanesque à venir qui s'intègrent dans la réalité policière, ce qui donne au roman un aspect fantastique (que le final gâche un peu avec une suite d'explications qui donnent toute les solutions dans une série de pirouettes un peu raccommodées).
L'arrière-plan de l'histoire restitue avec soin un décor nordiste criant de vérité, entre misérabilisme de certains, angoisse urbaine symbolisée par une bagarre dans une friche industrielle et un rendez-vous crapoteux entre un banquier et un passeur d'argent à blanchir, et raisons d'espérer. À cet égard, les rapports entre les deux personnages centraux reflètent bien cette ambivalence : le policier et la romancière s'aiment et cela devrait aller mieux, mais ils ne peuvent avoir d'enfants, et vont devoir adopter. Elle a un accident et sombre dans un profond coma. Elle en sorti, mais elle est kidnappée. Puis il la retrouve. C'est dans cette suite de mais que le roman révèle son titre : entre le froid annoncé et son éclipse, c 'est à dire son départ-retour.
Richard Albisser, en jouant constamment sur ce registre qui transforme le texte en une longue valse hésitation qui fait perdre ses repères aux lecteurs (on apprend même au cours du texte que le kidnappeur est sûrement l'homme censé être mort à la première page, écrasé par une étagère) et leur donne une atmosphère enfumée, perdus dans les brumes du Nord et les vapeurs de bière, réussit à trouver une tonalité qui le distancie de ses confrères en polar régional (ou en région).

Citation

Le type à la francisque sortit de la poche arrière de son jean un coup de poing américain.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 07 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page