C21 H22...

'On n'est pas des sadiques !' avait martelé le capitaine Murat. 'Faut leur parler le seul langage qu'ils comprennent : la trique. Point barre.
Gilles Vincent - Djebel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 octobre

Contenu

Roman - Policier

C21 H22...

Assassinat - Procédure MAJ mercredi 18 avril 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Richard Albisser
Hem : Le Riffle, mars 2012
310 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-916225-11-1
Coll. "Riffle noir"

À l'heure du laitier

C21 H22... . Le titre pourrait paraître énigmatique surtout à ceux qui ont oublié de bien écouter leurs cours de science. Il fait référence à la formule chimique d'un produit très dangereux pour l'organisme. En français courant un poison. Et c'est logique puisque le roman va tourner autour d'un mystérieux meurtre avec en trame de fond cette question : qui a bien voulu empoisonner le lait d'un couple sans histoire ? Le seul couac dans le plan des assassins est de s'en prendre aux éditeurs de madame Drassir... qui n'est autre que la femme du capitaine Drassir, policier émérite du nord de la France. Le Capitaine Drassir est un capitaine qui écoute sa hiérarchie lorsqu'elle lui demande de se contenter de la version officielle qui est le suicide.... jusqu'au jour où une nouvelle victime apparaît. Mais la référence à la composition chimique ouvre aussi d'autres possibilités, car un code énigmatique peut aussi faire songer aux espions. Et Drassir, qui doit enquêter sur un meurtre sordide, obtient des informations d'une connaissance liée aux milieux de la sécurité d'État... Les deux affaires sont-elles si étrangères que cela ?

Richard Albisser frappe fort. Même ancré dans le Nord, le roman sort des ornières traditionnelles du roman régional, souvent poussif. Ici, il intègre une double enquête policière avec des éléments réalistes et des personnages secondaires intéressants - un assureur qui magouille par exemple (l'on ne pourrait être mieux dans une œuvre de fiction). Il installe au cœur de son roman une autre histoire de cambriolage qui aurait mal tourné pour restituer la vie quotidienne de son policier. Il insère des faits de la réalité locale comme la prostitution qui est plus facile en Belgique (et qui trouve aujourd'hui une bien étrange résonance) où clients, "vendeuses" et réseaux traversent sans souci la frontière pour faire leurs petites affaires. Il les mélange à une intrigue de nature nationale car l'empoisonnement est l'occasion de mettre en lumière certains comportements des services spéciaux qui confondent parfois intérêt généraux et préservation de leurs "privilèges".
Avec cette troisième aventure de son personnage, Richard Albisser a l'intelligence d'ouvrir portes et fenêtres, d'oxygéner son intrigue plutôt que de l'étouffer sous le poids du régional et des petites affaires d'un policier de terrain. Il concilie ainsi le local et le global avec un talent certain.

Citation

Lau cogna trois coups secs - une convention sans doute - à la porte du couple qui continuait à côté ses ébats. Elle avait en même temps détaché une clé qu'elle tenait en collier et s'appliquait à verrouiller la serrure.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 17 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page