Petit bréviaire du braqueur

C'était un matin paisible et ensoleillé sur ce tronçon aérien de la ligne et le wagon n'était que modérément plein, mais le businessman avait poussé un hurlement digne d'une dinde blessée, une brèche acoustique béante par laquelle avait jailli toute une palette de peurs primitives.
Christopher Sorrentino - Fugitifs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Corps et l'âme
Frank Elder a fait partie des forces de police. Il y a sept ans, il a sauvé in extremis sa fille qui avai...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 03 mars

Contenu

Roman - Policier

Petit bréviaire du braqueur

Humoristique - Braquage/Cambriolage MAJ mercredi 23 juin 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Public averti

Prix: 7,8 €

Christopher Brookmyre
The Sacred Art of Stealing - 2002
Traduit de l'anglais (Écosse) par Emmanuelle Hardy
Paris : Points, juin 2010
512 p. ; 17 x 10 cm
ISBN 978-2-7578-1560-1
Coll. "Policier", 2430

Farce écossaise

Prenez un tueur professionnel, des trafiquants de drogue, des braqueurs de banques gentlemen et férus des Beaux-Arts, une flic écossaise fan des Glasgow Rangers. Mélangez bien, laissez mijoter quelques centaines de pages. Une fois que la sauce a bien pris, ne négligez pas quelques rebondissements et le fait que toute recette est soumise à des aléas incontrôlables, et vous obtiendrez un plat bien consistant et savoureux.

Harry, adepte des putes mexicaines et sensible à la professionnalisation des fellations (théorie qu'il exprime en des termes plus terre à terre) se demande dans quel pétrin il va se fourrer. L'Écosse, c'est bien en Europe non ? Il faut des vaccins pour y aller ? Il a déjà quelques cadavres sur les bras, mais là, il sent bien qu'il joue avec des gens qui ne boxent pas dans sa catégorie ("J'me suis toujours dit qu'on se ferait baiser par ces tafioles des Beaux-Arts."). Et il n'est pas loin du compte : on n'est pas dans le braquage à l'ancienne, où on entre, on tire, et on sort avec le pognon. Non, là, on pénètre dans la banque dans le cadre d'un spectacle de rue, on divertit les otages afin de veiller à leur seuil de nervosité, on entame un jeu de séduction avec une flic qui a eu l'heureuse idée de s'introduire dans la place et on ressort, comme par magie. Parce que la magie tient une place centrale dans cette intrigue qui démarre comme un polar mexicain et qui prend des allures d'Arsène Lupin en kilt.

Christopher Brookmyre offre un nouveau rôle à son inspectrice Angélique de Xavia. Il l'étoffe un peu, lui donne un nouveau souffle après ses aventures de Petite bombe noire, la met entre les mains d'un ancien taulard qui a su garder ses bonnes manières et un sens du passe-passe hors pair. Au final, un livre inattendu, drôle à tendance hilarant, et une intrigue qui tient bien la route. On en attendait pas moins de lui. La magie fonctionne et le lecteur n'a qu'à bien se tenir, la représentation va commencer.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°40

Citation

Est-ce que tu es vraiment stupide au point de croire que ta capacité à la violence te donne une quelconque supériorité dans cette affaire ? On va dévaliser une banque, pas agresser un retraité.

Rédacteur: Gilles Marchand jeudi 10 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page