De neige et de vent

T'es barge, Guillermo. Avec la thune que tu ramasses, tu pourrais te payer Tahiti et tu veux juste manier la pioche chez les ploucs sous le cagnard.
Gianni Pirozzi - Sara la noire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 juin

Contenu

Roman - Noir

De neige et de vent

Psychologique - Assassinat - Montagnard MAJ mercredi 22 mai 2024

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Sébastien Vidal
Marseille : Le Mot et le reste, mars 2024
242 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-38431-321-1
Coll. "Littératures"

Le train ne passera pas

Nous sommes à la frontière entre l'Italie et la France. Dans la montagne, Tordinona, un petit village, peu ouvert sur l'extérieur. Il est dirigé par un maire de combat qui est aussi un industriel qui embauche une grande partie de la population. Une tempête de neige menace et tout le monde se calfeutre. Mais dans un coin du village, il existe une vieille ferme dont un neveu lointain a hérité et qu'il occupe avec deux couples amis pour élever des chèvres. Ses habitants sont un peu la caution hippie (et détestée) du village. C'est alors que débarque, traversant à pied la région, Victor. Victor est un homme qui se déplace, vivotant avec son chien. Devant la neige qui s'épaissit, Victor sur les conseils du patron du bar, va frapper à la porte des hippies qui acceptent de l'héberger. Pendant ce temps, deux gendarmes, Marcus et Nadia, finissent leur visite auprès du maire et se préparent à redescendre dans la vallée. Mais le maire vient d'apprendre par son employé communal la découverte dans la neige d'un cadavre. La propre fille du maire qui visiblement a été violée et assassinée. Le maire commence à péter les plombs surtout qu'il est veuf et que sa fille est devenue la prunelle de ses yeux. Il prévient les gendarmes qui font les premières constatations et acceptent de dormir dans la mairie, car la tempête de neige a commencé et bloque toute possibilité de sortir du village. Mais le maire a rameuté la population et tout le monde a décidé qu'il convenait de lyncher le promeneur, étant entendu que seul un étranger a pu tuer et violer la jeune femme. Les gendarmes parviennent difficilement à contenir la foule et à se réfugier avec l'étranger dans la mairie. Une ambiance de western commence et certains habitants décident de profiter de l'occasion, du chaos, pour régler de vieux comptes sous couvert de la folie locale.

Avec ce thème classique du roman, et du roman noir en particulier, Sébastien Vidal nous offre une communauté soudée plus par la haine que par l'amitié, une meute hurlante qui voit arriver à la fois un étranger et un événement dont il sera injustement accusé. Certains en profiteront pour se dresser contre le pouvoir, d'autres pour fonctionner en meute sanglante. Le récit est mené de main de maître par l'auteur qui joue avec les codes pour écrire une histoire simple, limpide, présentant des personnages bien dessinés, qui ne sont pas des silhouettes mais acquièrent une grande force dans cette variation au cordeau qui emporte tout dans ce décor de neige de manière réussie et éblouissante.

Citation

Il porte son regard sur le ciel, un ciel d'un bleu profond trempé de soleil. Au loin, il voit les Trois Dents de la Rancune qui étincellent dans leurs habits immaculés et découpent l'azur. À cet instant Marcus ne réfléchit pas à la mort, il songe à son courage, qu'il a été au rendez-vous, qu'il est à nouveau fiable.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 22 mai 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page