Les Nuits de la peur bleue

Mentionnée dans les guides par 'mérite le détour', l'église Saint-Martial, célèbre pour ses orgues du XVIIIe, est la fierté de G*... Bâtie au Moyen Âge, on s'émerveille devant les incubes et les succubes sculptés dans son granit. Et on ne peut que louer les amphisbènes tout simplement sublimes. Derrière ces noms savants se cachent des monstres d'un Marvel d'un autre âge. À l'heure de l'euro, ils ne fichent plus la trouille. Ce n'est pas le cas du curé qu'un tas d'égoïstes redoutent.
Philippe Bouin - Au nom du père et du crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 21 juillet

Contenu

Roman - Policier

Les Nuits de la peur bleue

Historique - Tueur en série - Urbain MAJ lundi 26 juin 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Éric Fouassier
Paris : Albin Michel, mai 2023
374 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-226-47317-2
Coll. "Thrillers"

Peste & choléra

Paris, 1832. Alors que la France vit sous la monarchie, que Vidocq est l'un des chefs de la police, Valentin Verne se retrouve chargé de s'occuper d'affaires de police un peu étranges au sein du Bureau des affaires occultes. Il va ici enquêter sur une série de meurtres bizarres. Des habitants du quartier de Saint-Merri ont été découverts poignardé, certains de leurs organes prélevés. Mais pourquoi s'acharner sur eux puisque de toute façon ils étaient contaminés par le choléra et leur durée de vie limitée (sans parler de quoi faire d'organes contaminés) ? Et pourquoi lorsque des analyses sont faites trouve-t-on également des traces de la peste ? Toujours est-il que l'affaire est complexe d'autant plus que le gouvernement essaie d'éviter que les Parisiens ne paniquent à cause de cette épidémie, et que déjà des bruits courent sur l'origine de cette maladie qui aurait pour origine de riches gens liés au gouvernement qui répandraient volontairement la maladie. Rappelons qu'à l'époque, on ne sait pas trop comment cette épidémie se répand. En tout cas, entre le choléra et un probable nouveau tueur en série, il faut éviter des mouvements de foule face à cette monarchie qui reste quand même un régime en sursis. C'est alors que Valentin Verne voit arriver un renfort en la personne de Vidocq qui, d'une part, prétend pouvoir l'aider autour de ces cadavres, mais a aussi peut-être trouvé des informations sur l'enfance de Verne et sur le rôle du "Vicaire", un pédophile assassin qui s'est "occupé" de lui quand il était enfant.

Éric Fouassier nous propose une reconstitution au cordeau des années 1830, une période un peu évitée par les programmes historiques et littéraires français, coincée entre la Révolution, l'Empire et la Troisième République ; période ancrée dans ce XIXe siècle préindustriel, qui est aussi celui de Balzac, et qui ici présente un renouveau bienvenu. La série du "Bureau des affaires occultes" mélange à la fois un arrière-plan historique précis et des personnages décrits avec soin, dont la propre vie pourrait révéler des mystères dans la bonne grande tradition du roman populaire français. Ce nouveau volet, troisième de la série, a une structure classique mais impose également beaucoup de rythme pour maintenir le lecteur dans son suspense. Les Nuits de la peur bleu est un roman qui confirme surtout la qualité d'ensemble d'une série avec un épisode qui permet, outre de résoudre des problématiques de ses personnages (la vie domestique de Valentin Verne particulièrement complexe aussi bien du côté familial de sa fiancée Aglaë, que par rebond par l'assistance d'un horloger), de raconter un moment de grande peur de la France de 1832. Le roman populaire a (encore) de beaux jours devant lui.

Citation

Écoute-moi bien, canaille. De ce jour, tu n'as plus de fille. Si jamais Aglaé devait croiser de nouveau ta route, que ce soit de ton fait ou par un hasard malheureux, je le saurai et je te retrouverai, où que tu sois. Mais cette fois-là, c'est moi qui te saignerai comme le sale porc que tu es. J'espère que je me suis fait bien comprendre.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 26 juin 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page