Country Blues

Ce mardi, le commissaire Philippe Scham avait un cadavre sur les bras. Une jeune morte, la boîte crânienne éclatée comme une noix, écrasée sur le trottoir de la rue des Belles-Feuilles au pied d'un immeuble récent et luxueux.
Roland Chatard - Putain de foot
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Roman - Noir

Country Blues

Musique MAJ samedi 11 septembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8 €

Fantasia chez les ploucs

Bretagne, les monts d'Arrée, une ferme isolée de tout. Dans cette ferme, les Argol, "un échantillon d'humanité", dans toute sa splendeur ! La mère rongée par Alzeihmer qu'on pose (certains l'attachent pour être certain qu'elle ne bouge pas) devant la télé toute la journée. Les enfants : "trois gars, une fille tous en âge de procréer et pas un qui ait eu la riche idée de pondre un mouflet, comme si on voulait arrêter net le processus, ne pas renouveler certaines erreurs", et leurs relations sont bien compliquées, chacun étant marqué par de bien étranges obsessions. Tout va se tendre encore plus avec le débarquement de Flora, une drôle de routarde. Avec elle, c'est l'histoire d'une autre famille, avec qui les Argol sont fâchés depuis longtemps – mais pourquoi donc ? – qui va se révéler...
Avec ce deuxième roman, Claude Bathany dresse le portrait de familles qui ne dépareilleraient pas dans les romans d'Harry Crews ! L'histoire est bien trouvée, sa construction – avec les personnages qui se dévoilent au fur et à mesure – bien menée, l'homme ne cède pas à la facilité (confère la psychologie des différents protagonistes) et la fin – sans la dévoiler – est tellement amorale que c'en est plaisant !


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°39 |Carnet de la Noir'Rôde n°44 |La Tête en noir n°143

Nominations :
Prix Mystère de la Critique 2011

Citation

Je l'ai vue, ultime tentative de combat, pointer vers l'avant ses nibards – sa valeur ajoutée – mais pour le reste, c'était à se demander si les fées armoricaines qui s'étaient penchées sur son berceau ne s'étaient pas un chouïa plantées : une silhouette un peu mastoc et approximative allant s'aggravant vers le bas comme si la gravité terrestre, à gros renfort granitique, avait imprudemment participé au modelage.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 01 février 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page