Animals

N'importe qui pouvait apprendre sur Internet que Weimar possédait une banque d'investissement, la Weimar Investor Bank (WIB), dont le siège social se situait à Zoug. La banque prenait des parts dans un nombre considérable de start-up, surtout dans des domaines d'avenir de la pharma, la communication et l'e-commerce.
Jean de Blonay - Rétroviral
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 16 octobre

Contenu

Roman - Policier

Animals

Social - Tueur en série - Gastronomie MAJ lundi 09 août 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23,55 €

Philippe Harant
Saint-Maur-des-Fossés : Jets d'encre, juin 2021
316 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-35523-451-4
Coll. "Polar"

Des cochons, des chiens et autres humains

Ludovic Dumouriez est un policier qui, parait-il, est même très bon mais il n'en laisse rien paraître. Ronchon, prenant plaisir à rendre chèvre son adjointe ou sa supérieure, il a l'air de surtout s'occuper de sa sieste, de ses repas gastronomiques (il a notamment des régulières envies de chocolat chaud) et de son chien qui partage cette vie épicurienne de gueuletons et de ronflements. Alors qu'il savoure la vie en Bretagne, ne voilà-t-il pas que va lui tomber dessus une affaire dont il se serait bien passé. C'est tout d'abord un homme retrouvé mort, nu, avec des inscriptions sur le corps. La victime avait fait parler d'elle en étant le premier homosexuel à se marier dans le coin. La liste des personnes qui pourraient l'avoir tué est impressionnante : les membres d'un groupe extrémiste catholique dont l'égérie est une noble locale, un groupe d'extrême droite particulièrement actif dans la région, voire son amant qui ne supportait pas ses frasques extérieures à leur vie conjugale. Ludovic Dumouriez enquête mais forcément tout en piétinant un peu. Il pourra cependant exclure rapidement trois suspects, car ces derniers sont retrouvés morts dans des circonstances similaires (même si les insultes écrites sur les corps diffèrent). Du coup, des policiers parisiens imbus de leur personne arrivent pour enquêter et vont commencer par arrêter Ludovic Dumouriez qui se trouvait sur les lieux où est retrouvée un cinquième corps...
Plus que l'enquête (qui permet d'expliciter la "faute d'orthographe" du titre), c'est le parcours du personnage, qui est un vrai Français qui prévaut. Toujours à râler contre les chefs, à râler pour tout d'ailleurs et à prendre des pauses afin de savourer la carte de tous les estaminets et gargotes du coin (s'il fait référence à de vrais lieux, c'est en même temps qu'un roman policier un guide gastronomique). En ce qui concerne l'affaire, elle est plus que classique et l'histoire de vengeance ou du tueur en série ne deviendra pas un modèle d'angoisse du genre. Reste un personnage atypique et drôle, humain, très humain, qui essaie de faire son travail correctement, faisant passer la justice avant la loi, aidant une clandestine, un personnage attachant. C'est un genre d'inspecteur Lavardin, pour lequel la lecture de cet ouvrage vaut le détour, que nous propose Philippe Harant.

Citation

Le lendemain matin, la commissaire Laure Dentrec attendait de pied ferme son subordonné, qui, bien entendu, ne s'était pas donné la peine de lui faire un rapport sur son déplacement de la veille sur la scène de crime.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 09 août 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page