Pavillon 38

Il rechargea son arme, se glissa hors de la ruelle, et s'assura que les corps dans la rue et sur le trottoir ne bougeaient plus.
Sebastian Rotella - Trafiquants et associés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Pavillon 38

Psychologique - Tueur en série MAJ lundi 11 janvier 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,5 €

Régis Descott
Paris : LGF, février 2007
412 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-253-11614-1
Coll. "Thrillers", 32767

Le serpent...

Maison d'arrêt de Fresnes, service médico-psychologique, patient Erwan Dantec-Leguen, dit Dante. Ses comportements auto-agressifs réguliers nécessitent son transfert à Villejuif, dans un asile pour fous dangereux, au Pavillon 38, sous la responsabilité du Docteur Suzanne Lohmann. Lohmann va suivre Dante, sa gueule d'ange et ses récits de "possession" intenses car le Serpent lui dicte des actes : "régulièrement, le Serpent m'ordonne de lui livrer une femme". Le récit de Dante est précis méticuleux, Lohmann ne sait que penser. Dante ne faisant rien de plus, sa peine arrivant à échéance, elle va le libérer… Ses – leurs – ennuis vont commencer le jour où la police va trouver un premier cadavre correspondant exactement aux scènes que Dante décrivait. Lohmann, un journaliste et différents flics vont se retrouver sur l'affaire.

Eh bien pour un premier roman, c'est une réussite ! Un livre très documenté (l'auteur a longuement travaillé avec différents psychiatres), habilement mené (on est loin du classique livre de serial killer, le livre change régulièrement de rythme, alternant différentes ambiances) avec des personnages à la psychologie savamment développée. Regis Descott frappe fort pour son entrée dans le monde du polar, on attend le second.

Citation

Un jour on réalisera qu'il y a quelque chose de bien plus dangereux que la folie, parce que beaucoup plus partagé, fait-elle les dents serrées, c'est la bêtise.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 11 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page