La Cavale de l'étranger

Tu ne comprends pas. Je fais ça pour toi. Je dois veiller sur toi. Tu es maintenant un repenti et tu n'utilises plus ton arme...
Robert Parrish - Libre comme le vent
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 18 novembre

Contenu

Roman - Noir

La Cavale de l'étranger

Enquête littéraire - Assassinat MAJ jeudi 10 septembre 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 6 €

David Bell
Rides A Stranger - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Claire-Marie Clévy
Paris : Ombres Noires, juin 2015
126 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-08-133574-5

Des étrangers dans notre propre maison

La relation entre un père et son fils fait partie des thèmes majeurs hantant la littérature, et plus particulièrement la littérature américaine. Traité dans tous les genres, il n'y a donc pas de raison qu'elle ne soit pas aussi au cœur des problématiques du roman policier. Dans ce court roman de David Bell, Don Kurtwood est un universitaire qui vit dans une petite ville, éloigné de ses parents lorsqu'il reçoit un coup de téléphone de sa mère lui annonçant la mort de son père. Cet homme semblait un être transparent, sans consistance, et de fait Don Kurtwood n'avait jamais accroché avec lui, malgré son aspect père aimant et attentionné - il faut souligner que c'était de manière distante. À peine Don est-il sur place, se préparant à l'enterrement, qu'il reçoit la visite de Lou Caledonia, un bouquiniste spécialisé dans les livres rares, qui a des choses à lui dire sur son père. Rendez-vous est pris pour le lendemain. Mais lorsque Don se rend chez cet informateur, il ne découvre que son cadavre. Quel secret pouvait bien cacher ce père ? Quel rapport cela avait-il avec la littérature ? En effet, même s'il lisait, il ne possédait aucun livre rare qui aurait pu intéresser un spécialiste...
Le personnage central est lui même un universitaire un peu falot sans grande consistance, et il aurait été impossible de le transformer en super-héros ou simplement en détective futé pour résoudre le mystère. Aussi, ce sont les indices qui vont venir à lui. Les différents protagonistes vont lui révéler différents aspects du secret. Au final, Don Kurtwood découvre une autre personnalité, tout aussi attachante, de son père. Cela se construit par petites touches, tranquillement, avec soin et modestie, dans une histoire menée avec grâce et délicatesse. Pas de tremblements, de coups de feu ou de révélations fracassantes, mais la description fine et minutieuse de la façon dont on peut passer à côté des gens qui vous entourent sans bien comprendre qui ils sont réellement.
La Cavale de l'étranger n'est pas une réplique du Faucon maltais où l'on cherche un objet précieux, et le livre que pouvait posséder le père n'est pas un incunable qui va rendre milliardaire (ou révéler un secret théologique, mystique ou ésotérique), mais ce n'est pas non plus un livre anodin. C'est tout le condensé d'une vie et même de plusieurs - de vies qui auraient pu bifurquer vers autre chose. C'est tout le goût de la mélancolie qui suinte des dernières pages, une mélancolie douce et non amère, le goût des rêves et du passé.

Citation

La vérité, c'est que je ne savais pas quoi faire pour lui. Même quand il était au mieux de sa forme et en pleine possession de sa voix, on n'avait jamais eu grand-chose à se dire.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 10 septembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page