Crimes et catastrophes de Vendée

T'es vraiment une belle raclure d'avoir envoyé ta petite armée pour essayer de dessouder une obscure aide-soignante, une grand-mère et sa petite fille qui ne te demandaient rien.
Laurent Maillard - Le Baiser Mustang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 19 avril

Contenu

Essai - Policier

Crimes et catastrophes de Vendée

Faits divers MAJ mercredi 01 octobre 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Philippe Gilbert
Préface de Michel Gautier
Valentin Ferreux (illustrateur)
La Crèche : Geste, septembre 2014
230 p. ; illustrations en noir & blanc ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-36746-250-9
Coll. "Histoire"

Le puits de la folle

Travaillant à Ouest-France, Philippe Gilbert a voulu conserver l'écriture journalistique pour son recueil. D'où un chapeau en gras qui donne souvent trop d'éléments pour une publication en livre, un style court et épuré sans novelisation mais pas exempt d'empathie surtout dans "La Lumineuse Aurélie lâchement tuée par son ex-compagnon" (2006) où il raconte combien sa tombe au cimetière de Challans est devenue une "œuvre d'art" grâce aux mignonnes mosaïques pleines de couleurs de sa famille et aux mille petits objets déposés par les proches. Les récits sont courts, voire très ou trop courts.
Pour les catastrophes annoncées, l'auteur revient sur la micheline broyée près de Chantonnay en 1957. Vingt-neuf morts dans la première voiture de quinze mètres réduite à un par une locomotive arrivant en face. Le naufrage du Saint-Philibert en 1931 devant Bourgneuf qui ramenait des familles prolétaires nantaises parties pique-niquer sur l'île de Noirmoutier est resté aussi dans les mémoires (cinq cents morts, huit survivants). L'attaque des avions allemands, le 17 juin 1940, du paquebot Lancastria surchargé de soldats anglais au large de Saint-Nazaire est la plus grande tragédie maritime de l'histoire : sept mille morts dont des centaines dérivèrent jusqu'en Vendée (d'où la présence de cette tragédie dans le recueil). Un coup de grisou dans une mine en 1945 qui fait neuf morts complète la liste des catastrophes. On s'étonne que la tempête Xynthia qui engloutit le lotissement des Flots Bleus à la Faute-sur-Mer en février 2010 (vingt-neuf morts) n'ait pas droit elle aussi à un petit article. Pour l'anecdote, elle est juste évoquée dans la dernière ligne de l'accident de micheline (en raison du nombre similaire de morts). Pourquoi Xynthia n'a-t-elle pas droit à un texte entier ?
Bien sûr, tout crime est une horreur sans nom, et la douleur des victimes ne s'en mesure pas à l'aune de l'originalité mais certaines histoires sortent du lot ordinaire sans que l'auteur ne s'autorise à plus développer. Ainsi l'attaque de la diligence qui reliait l'Angleterre à l'Espagne par Saint-Malo et Bordeaux en 1830 fait quatorze morts sur quinze occupants. La survivante est un bébé de deux mois. Résumé en une page, c'est un récit frustrant, tout comme le mystère du castel du Comte de Carmoy en 1918 expédié de la même manière. Il fallait les supprimer ou les développer. A contrario "Un gendarme tué à Luçon par un évadé" en 1986 ou "Il dépense le magot volé dans un bordel à Fontenay-le-Comte" (1906) présentent peu d'intérêt en développement. Restent des histoires intrigantes comme celle du meurtre de l'infirmière Nicole Richard tuée dans le Marais Poitevin à Maillé en 1982 et non résolu à ce jour ou l'incroyable histoire, en 1949, d'Andrée Farré, "dame de compagnie", d'un vieux monsieur qu'elle tua à Paris, avant de le mettre dans une malle. Elle appela un taxi pour se faire conduire au Puits d'Enfer, gigantesque faille dans le rochers près des Sables-d'Olonne où elle balança la malle une nuit de tempête, faisant confiance à ses souvenirs d'enfance où on lui répétait qu'on ne revenait jamais du Puits d'Enfer. Pas de chance pour elle, dès le lendemain des enfants tuberculeux en promenade virent le corps dans les vagues furieuses. Pour plus de détails, on lira l'ouvrage de Xavier Armange chroniqué sur k-libre. Autre histoire connue mais tout aussi rocambolesque, le vol du cercueil du Maréchal Pétain au cimetière de l'île d'Yeu en 1973. On connaît moins la bombe reliée au pied du gisant de Louis-Marie Grignon de Montfort sur lequel devait se recueillir le pape Jean-Paul II lors de sa visite en Vendée à Saint-Laurent-sur-Sèvre en 1996 mais plus celle de la journaliste espionne Magda Fontange qui fut la maîtresse de Mussolini pendant "vingt-et-une nuits d'amour" avant de devenir celle du sinistre collaborateur Lafont. L'auteur a personnellement vécu l'affaire de "L'Enfant du Lac" en 2008, un garçonnet retrouvé, au petit matin, vivant, en état d'hypothermie profond, flottant en pyjama sur le lac de retenue d'Apremont (construit sur la rivière la Vie !). Impossible de l'identifier malgré les appels nationaux et la diffusion de sa photo sur son lit d'hôpital. La terrible enquête ne progressera que lorsqu'il reviendra à lui et ce sera une succession de coups de théâtre.
Au final, voilà un recueil d'histoires un peu fourre-tout non classées chronologiquement et dont les sources semblent essentiellement journalistiques. La lecture facile ravira les amateurs.

Citation

Tandis que devant le parking de la gendarmerie de Challans, il y a meute des journalistes. Meute ? Oui, un peu dans cette façon de gens du même métier, dont fait partie votre obligé, rédacteur isolé soit-il, de se regrouper autour d'un évènement.

Rédacteur: Michel Amelin dimanche 28 septembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page