La Vérité sur l'affaire Harry Quebert

Disons simplement que le roman noir a la volonté de foutre le bordel, de braquer la lumière sur ce qui ne va pas. Le social est la première de ses préoccupations.
François Guérif - Du polar : entretiens avec Philippe Blanchet
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 14 octobre

Contenu

Roman - Noir

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert

Enquête littéraire - Assassinat MAJ vendredi 29 mars 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Joël Dicker
Paris : de Fallois, septembre 2012
670 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-87706-816-1
Coll. "L'Âge d'homme"

Actualités

  • 10/10 Prix littéraire: Fin de sélection pour Pierre Lemaitre
  • 26/04 Prix littéraire: 1er prix Audiolib
    Cela fait cinq ans que les éditions Audiolib existent et, à l'instar de nombreuses collections poche qui ont fait office de précurseurs, elles créent un prix interne amené à récompenser le meilleur livre lu publié dans l'année. Le principe s'il n'est pas novateur est censé doper les ventes - un aspect commercial non négligeable surtout en ce moment. De plus, si les livres traditionnels bénéficient de nombreux prix - la rédaction croule sous les informations -, les livres audio ne sont que très rarement à l'honneur. S'il s'agit pour l'instant d'un prix généraliste - et gageons qu'au vu du nombre et de la qualité des publications d'œuvres policières, Audiolib ne tardera pas à nous faire une déclinaison "policière" -, il n'en demeure pas moins que deux titres à la frontière des marges ont été remarqués par k-libre : La Vérité sur l'affaire Harry Québert, de Joël Dickers, et Karoo, de Steve Tesich. Le principe est des plus simples : l'équipe d'Audiolib choisit une première sélection de dix ouvrages qu'elle soumet à son Jury des Bloggueurs. À son tour, ce Jury aboutit à une sélection réduite de moitié qui, elle-même, est proposée aux internautes afin qu'ils votent en ligne. À l'issue de ce vote, l'ouvrage ayant obtenu le plus de voix est proclamé vainqueur du 1er Prix Audiolib.

    1ère sélection 2013 :
    - Je vais passer pour un vieux con, de Philippe Delerm ;
    - Certaines n'avaient jamais vu la mer, de Julie Otsuka ;
    - 14, de Jean Echenoz ;
    - Rue des voleurs, de Mathias Énard ;
    - Le Philosophe qui n'était pas sage, de Laurent Gounelle ;
    - Cinquante nuances de Grey, de E. L. James ;
    - Home, de Toni Morrison ;
    - Hygiène de l'assassin, d'Amélie Nothomb ;
    - L'Affaire Harry Québert, de Joël Disckers ;
    - Karoo, de Steve Tesich.

    Une sélection hétéroclite où des titres grands publics en côtoient d'autres plus "confidentiels" si tant est que l'on puisse qualifier 14 et Karou d'ouvrages confidentiels, et qui remet sur le devant de la scène Hygiène de l'assassin qui, en son temps, assura sa notoriété à Amélie Nothomb.

    Le Prix Audiolib 2013 en quatre dates :
    - 20 mars 2013 : sélection de dix titres par les éditions Audiolib.
    - 10 juin 2013 : sélection de cinq titres par le Jury des Bloggueurs.
    - 15 août 2013 : vote du public sur le site PrixAudiolib.
    - 1er octobre 2013 : annonce du gagnant du Prix Audiolib.

    Découvrez le site du Prix Audiolib
    Liens : La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert |Karoo

L'inspiration, quelle merde

Marcus Goldman, jeune homme fougueux et infatigable, à qui la vie réussit, surnommé "Le Formidable" par ses pairs et profs de fac, connaît le succès dès la publication de son premier livre qui devient d'entrée de jeu un best seller. Argent, notoriété, belle vie, Goldman est propulsé dans les stratosphères du succès, là où tout devient simple, et où les filles du showbiz tombent dans vos bras. Mais nous ne sommes pas dans un conte de fées. En 2008, Goldman est au bord du gouffre : l'angoisse de la page blanche. Il n'a rien écrit, n'a pas un poil d'inspiration, et le monde de l'édition qui n'est pas idyllique commence à le rattraper : si le nouveau manuscrit n'arrive pas, il sera temps de rendre l'à-valoir donné... Et Marcus, bien évidemment, a tout dilapidé. Marcus demande donc asile à son vieux professeur Harry Quebert, écrivain à succès, qui lui a tout appris pourrait-on dire. Sauf que tout bascule lorsque Quebert est accusé d'avoir assassiné en 1975 Nolla Kellergan, quinze ans, avec qui, en plus, on le soupçonne d'avoir eu une liaison.
Roman noir, roman d'amour, ode à l'écriture et au bonheur de la lecture, La Vérité sur l'affaire Harry Quebert est l'un des grands romans de l'année. Sur près de sept cents pages, Joël Dicker vous balade de rebondissement en rebondissement, entre New York et la petite bourgade du New Hampshire où vit Quebert. Comme l'explique si bien Quebert à son disciple : "Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé." C'est exactement ce que l'on ressent, et c'est assez rare pour être souligné !


On en parle : La Vache qui lit n°138

Nominations :
Prix Mystère de la Critique 2013

Citation

Un bon livre, Marcus, ne se mesure pas à ses derniers mots uniquement, mais à l'effet collectif de tous les mots qui les ont précédés. Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, après en avoir lu le dernier mot, le lecteur doit se sentir envahi d'un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu'à tout ce qu'il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé.

Rédacteur: Christophe Dupuis jeudi 22 mars 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page