Prix Virtuel du Polar 2011

Tout le monde espionnait tout le monde. Tout en jouant la comédie de la courtoisie. C'est là ce que révélait l'éducation catholique qu'ils partageaient.
James Ellroy - Perfidia
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 15 octobre

Contenu

Prix Virtuel du Polar - 2011

MAJ 15 avril 2013
Léo Prat et la forme blanche

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €
Bernard Vitiello
La démesure de tout chose
Un tueur en série terrorise la ville avec déjà à son actif trois femmes, et Léo Prat a la furieuse impression que l'affaire le concerne. Lorsqu'il comprend qu'en fait le modèle de femmes t...
Lire la suite

Historique du prix

À la fin des années 1990 sévissait sur Internet Rompol, un forum de discussion consacré au roman policier - Rompol est d'ailleurs un mot hybride formé à partir des premières syllabes des mots "roman" et "policier". Y participaient des passionnés en tous genres, des auteurs, des critiques... Dans ses beaux jours, les messages pullulaient. En 2001 est née l'idée de créer un prix littéraire, le Prix Rompol, dont les deux premiers ont été décernés à Yvonne Besson pour Meurtre à l'antique (2001) et Double dames contre la mort (2002) - elle partage le dernier avec Xavier-Marie Bonnot pour La Première empreinte. En 2004, alors que la liste de diffusion Rompol meurt sous l'assaut de virus informatiques et du désintéressement des actifs du groupe, le Prix Rompol devient le Prix Virtuel du Polar, et migre sur le site tenu par Luis Alfredo, Rayon polar. La même année, les amateurs de romans policiers étant, on le sait, foncièrement politisés, le Prix qui d'habitude récompense un ouvrage est marqué par une exception de taille : il est également remis à titre honorifique à Cesare Battisti, en proie alors aux vicissitudes politiques (l'homme est embastillé à La Santé pour son passé d'activiste italien, avant d'être libéré, de prendre la fuite en France puis au Brésil, et d'être défendu par de nombreux polardeux dont Fred Vargas).
Il faut s'inscrire sur le site pour pouvoir voter tout au long de l'année. Chaque internaute peut alors donner des notes à autant de romans qu'il le souhaite tout en ne notant qu'une seule fois un même roman. Le prix étant virtuel, les règles sont susceptibles d'être modifiées, quant à la récompense, elle est tout aussi virtuelle que le prix !

Palmarès
2012 : La Paix plus que la vérité (Au-delà du raisonnable), de Gildas Girodeau
2011 : Léo Prat et la forme blanche (Déméter, "Noir"), de Bernard Vitiello
2010 : Adios Viracocha (Jigal), de Zolma
2009 : Dieu veille Toulouse (L'Écailler du Sud), de Jan Thirion
2008 : Le Retour du taxidermiste (Rivière blanche), de François Darnaudet
2007 : Baka ! (Viviane Hamy), de Dominique Sylvain
2006 : Sous les pavés, la rage (Jigal), de Maurice Gouiran
2005 : Double crime dans la rue bleue (Jean-Claude Lattès), de Jean Contrucci
2004 : Prix honorifique décerné à Cesare Battisti pour l'ensemble de son œuvre
2004 : La Position du missionnaire (Les Contrebandiers), de Jean-Paul Jody
2003 : Stoppez les machines (Le Serpent à plumes), de François Muratet
2002 : La Première empreinte (L'Écailler du Sud), de Xavier-Marie Bonnot
2002 : Double dames contre la mort (La Table ronde), d'Yvonne Besson
2001 : Meurtres à l'antique (La Table ronde), d'Yvonne Besson

Sélection et palmarès 2011

Ce nouveau Prix Virtuel du Polar, décerné par les internautes qui se connectent au site Rayonpolar, couronne le romancier Bernard Vitiello pour son roman Léo Prat et la forme blanche paru aux éditions Déméter dans leur collection "Noir". Ces mêmes éditions Déméter sont dûment représentées avec L'Effaceur, de Manon Torielli-Sarmejane arrivé en quatrième position. Mais, pour revenir à Bernard Vitiello, lauréat 2011, avec ce roman, c'est surtout un auteur qui ose qui est récompensé. Ouvrage foutraque dans le bon sens du terme, Léo Prat et la forme blanche surprend par sa structure et son intrigue. Largement plébiscité - il obtient le double de points que son suivant qui n'est pas quasi-immédiat -, il devance Guerre sale, de Dominique Sylvain, une habituée des lieux. Notons que les quatre suivants se tiennent vraiment dans un mouchoir de poche.

Prix virtuel du polar 2011 :
1. Léo Prat et la forme blanche, de Bernard Vitiello (Déméter, "Noir") avec la note de 334.
2. Guerre sale, de Dominique Sylvain (Viviane Hamy, "Chemins nocturnes") avec la note de 187.
3. Entre les lignes, de Claire Aronica (L'Armançon) avec la note de 169.
4. L'Effaceur, de Manon Torielli-Sarmejane (Déméter, "Noir") avec la note de 134.
5. Les Cafards se rebiffent, de Gildas Girodeau (Cap Bear) avec la note de 127.

Liste des ouvrages lauréats

Léo Prat et la forme blanche

Liste des ouvrages nommés

Guerre sale | Les Cafards se rebiffent

Par Julien Védrenne

Pied de page