Dieu veille Toulouse

Tu connais pas son chien ! Un truc énorme plein de dents !
Jeanne Desaubry - L'Incendie d'Halloween
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Roman - Policier

Dieu veille Toulouse

Humoristique - Tueur en série MAJ mardi 05 mai 2009

Dieu au chevet de Toulouse…

Dieu lève son verre à la brasserie du Pont-Neuf. À ceux qu'il tue. À ceux qu'il protège. Non pas le Dieu de Beckett, qui soutient tous ceux qui tombent, mais celui de la Bible, qui n'aime pas les faibles. Franz Dieu. Officier de police judiciaire à la centrale de Toulouse. Qui croit dur comme fer que le Bien a besoin du Mal pour s'équilibrer. Ça tombe bien : on vient de relever un corps. Un cadavre, paupières coupées. Celui du gourou de la secte 16nergie (sic!) – des bobos écolos. Un veuf au carré, ce Cicérone d'opérette. Franc escroc, piètre mentor. Il y a de quoi nourrir une belle curiosité, d'autant que le gourou en question donnait autant dans le porno que le veuvage arrangé. Shooté aux variations Goldberg, Dieu enquête. Le gourou fricotait partout. Des huiles, donc. Prudence. Mais l'assassin, plus déjanté encore que Dieu, veille à ce que les indices arrivent au bon contributeur. Car Dieu est un con. Pas Franz, l'autre, celui qui se prend pour Dieu, psy fou organisant la valse toulousaine qui part aussitôt en vrille, entre la Petite Thérèse armé d'un "Chibro" ça comme, et une anthologie de chants d'Ouzbékistan... C'est que Thirion nous signe là encore un polar parfaitement fantasque, semé d'indices loufoques et d'armes du crime plus cocasses encore : brosse à dent, poêle à frire, fer à repasser du siècle dernier (de marque Krupp). C'est désopilant à souhait, intelligent, enlevé, décousu et dingue. Mais ça fonctionne, comme on dit, et carrément encore !

Récompenses :
Prix Virtuel du Polar 2009

Citation

Faire un miracle, c'est un peu moins con que le jeu con où l'on choisit qui va mourir.

Rédacteur: Joël Jégouzo dimanche 26 avril 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page