La Véritable histoire de l'assassinat d'Elvis Presley

On s'occupait de notre grève, c'était ce qui paraissait le plus important pour tout le monde, et pendant ce temps-là, eux, ils trempaient dans des histoires tellement sinistres qu'ils ont été tués à cause de ça.
Cornelius Lehane - Les Fantômes du vieil hôtel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 24 novembre

Contenu

Roman - Policier

La Véritable histoire de l'assassinat d'Elvis Presley

Enquête littéraire - Artistique MAJ jeudi 18 août 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

John Barnett
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Patrick de Friberg
La Celle-Saint-Cloud : In Octavo, juin 2015
198 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-84878-206-5

Actualités

  • 26/06 Édition: Parutions de la semaine - 26 juin
    À l'approche de l'été, les nouvelles parutions ne sont plus aussi nombreuses chaque semaine. Et cette semaine ne déroge pas à la règle. Dans ces conditions, hormis les très intrigantes traductions de Patrick de Friberg concernant des "ouvrages" de John Barnett ne peuvent qu'attirer notre regard. Des histoires d'espionnage à la française matinées de pulp comme en témoignent les très jolies couvertures. Et puis il y a ce nouveau roman de Henri Weigel qui vient ancrer son intrigue dans les remous de la IVe République. Enfin, celui de Laurence Biberfeld, Ce que vit le rouge-gorge, qui s'attarde sur un étrange élevage de porcs. Mais, comme d'habitude, faites votre choix !

    Fictions adulte grand format :
    La Véritable histoire de l'assassinat d'Elvis Presley, qui était pourtant très vivant (car assurer le contraire est dangereux pour la santé), de John Barnett (In octavo)
    La Véritable histoire du malencontreux Watergate qui n'était pas celle de l'abominable coiffure de madame Nixon (mais aussi gorge profonde, 69 et tout le reste), de John Barnett (In octavo)
    Ce que vit le rouge-gorge, de Laurence Biberfeld (Au-delà du raisonnable)
    Le Secret des capucins, de David Dupont (Thot, "Roman")
    Cheval d'octobre, de Marie Étienne (Tarabuste, "In-stance")
    Chemin de Copagorja, de Joan Ganhaire (Institut d'études occitanes, "Crimis")
    Enragés, de Pierre Gaulon (Fleur sauvage)
    Le Juge, de Christophe Lambert (Plon)
    Le Sang des larmes, de Philippe Lopez (Rod)
    Nozze nere. 1, de Jérôme Sublon (Le Caïman, "Polars")
    Un caillou dans la chaussure, de Mathieu Tazo (Daphnis et Chloé)
    Les Fruits amers, de Henri Weigel (Chum)

    Fictions adulte poche :
    Péril mortel, de Mary T. Burton (Milady, "Milady romance. Suspense")
    Les Tic et les toc de Poirot, d'Agatha Christie (Le Livre de poche, "Policier")
    Drague folle à Lannion, d'Alain Couprie (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    Fausse note à Larmor-Plage, de Serge Le Gall (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    Mourir, la belle affaire, d'Alfredo Noriega (J'ai lu, "Thriller")
    Fais pas dans le porno..., de San-Antonio (Pocket, "San-Antonio")
    Ma cavale au Canada, de San-Antonio (Pocket, "San-Antonio")

    Romans & nouvelles étrangers :
    Bon baisers de Barcelone, d'Elizabeth Adler (Pocket)
    Alamo, de Steve Frazee (Télémaque, "Frontières")
    Le Bien-aimé, de Danelle Harmon (J'ai lu, "Pour elle. Aventures et passions. La Saga des Montforte")
    La Fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une alumette, de Stieg Larsson (Actes Sud, "Actes noirs. Millénium")
    La Reine dans le palais des courants d'air, de Stieg Larsson (Actes Sud, "Actes noirs. Millénium")
    Moi, enfant de la guerre, de Hanna Ringena (Croît vif)
    Possesseur, de Joanna Wylde (Milady, "Milady romance. Sensations. Reapers motorcycle club")

    Romans & nouvelles français :
    Masmoudi et la tempête de sable, de Claude L. C. Duteil (Godefroy de Bouillon)
    Battues, d'Antonin Varenne (Écorce, "Territori")

    Bandes dessinées :
    Southern bastards. 2, Sang et sueur, de Jason Aaron & Jason Latour (Urban comics, "Urban indies")
    Les Chevaux dans l'armée, de Raoul Cauvin & Willy Lambil (Dupuis, "Les Tuniques bleues présentent...")
    Pas de visa pour Aïda, de Nadège Guilloud Bazin (Toom-comics, "Kush")
    La Brigade juive. 2, TTG, de Marvano (Dargaud)
    Grand prix : l'intégrale. 1, de Marvano (Dargaud)
    Pépin cadavre. 1, Caramantran, d'Olivier Milhaud & Cédric Kernel (Glénat, "Tchô !")
    Wunderwaffen. 7, Amerika Bomber, de Richard D. Nolane & Milorad Vicanovic-Maza (Soleil)
    Big K : l'intégrale, de Ptoma & Nicolas Duchêne (Sandawe)
    Ignominia, de Juan José Ryp (Tabou BD)
    Salade de noises, de David Verdier & Claude Turier (La Bouinotte, "Une aventure des exquis mômes")
    L'Escadrille des têtes brûlées. 5, Vella Lavella, de Pierre Veys, Sébastien Philippe & Vincent Jagerschmidt (Zéphyr BD)

    Mangas :
    Area 51. 3, de Masato Hisa (Casterman)
    Yakuza lobe theory. 4, de Keiya Mizuno & Masaki Satou (Soleil, "Soleil manga")
    Erased. 5, de Kei Sanbe (Ki-oon, "Seinen")
    Murder incarnation. 1, de Keita Sugahara & Shinji Inamitsu (Kmomikku)
    Murder incarnation. 2, de Keita Sugahara & Shinji Inamitsu (Kmomikku)

    Littérature de jeunesse (documentaire) :
    100 cow-boys et Indiens à créer, de Raphaël Hadid (Père Castor-Flammarion, "Activités. 100 à créer")

    Fictions jeunesse :
    L'Heure du choix, de Michel Leydier (Bayard Jeunesse, "Les Grandes grandes vacances")
    Chez les pompiers : niveau 3, de Magdalena (Flammarion, "Castor poche. Benjamin")
    Le Secret de Cagliostro, d'Angela Nanetti (Joie de lire, "Hibouk")
    Mission sur le Nil, de Mary Pope Osborne (Bayard Jeunesse, "Bayard poche. La Cabane magique")
    Frayeurs à Tombouctou, de Roland Smith (Bayard Jeunesse, "Bayard poche. Les 39 clés")

    Littérature (recueils & anthologies) :
    Mac Orlan, de Bernard Baritaud (Pardès, "Qui suis-je ?")
    Les Prisons des écrivains : enfermement et littérature au XIXe et au XXe siècle, de Claudio Besozzi (Aire)
    1914, la mort des poètes, sous la direction de Julien Collonges, Jérôme Schweitzer & Tatiana Victoroff (Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, "Exposition, Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire")
    La Censure à l'œuvre : Freud, Kraus, Schnitzler, de Jacques Le Rider (Hermann, "Des morales et des œuvres")

    Théâtre (pièces) :
    Kitten et Zénaïs : deux femmes... une ombre, de Martin Jacque (Libr. théâtrale)

    Biographies & généaologie :
    Journal de guerre d'une institutrice du Nord : 1939-1945, de Denise Delmas-Decreus (Presses universitaires du Septentrion, "Documents et témoignages")
    Journal d'une bourgeoise, 1914-1918, de Marguerite Giron (L'Université de Bruxelles, "Histoire")

    Droit :
    The Law on terrorism: the UK, France, Italy compared, de Francesca Galli (Bruylant)

    Histoire ancienne :
    Les Grands procès politiques de l'Antiquité, d'Éric Gilardeau (L'Harmattan)

    Histoire de France :
    Histoires insolites de la Résistance française, de Julien Arbois (City, Histoires insolites")
    Une voix de femme dans la mêlée : le manifeste d'une journaliste féministe contre la guerre, 1916 : version intégrale non censurée, de Marcelle Capy (Entre-temps)
    Les Trains de la victoire : le rôle du chemin de fer dans la libération de la France, 1944-1945, de Vincent Cuny (Vie du rail, "Héritage")

    Histoire de l'Europe :
    De Gaulle et la Belgique, sous la direction de Catherine Lanneau (Avant-Propos, "Essai")
    Des soldats noirs dans une guerre de blancs, 1914-1922 : une histoire mondiale, de Dick van Galen Last (L'Université de Bruxelles, "Histoire, conflits, mondialisation")
    Les Testicules de Hitler : tout sur la vie sexuelle du Führer, d'Alain Libert & Victor Drossart (Jourdan, "Curieuses histoires")

    Histoire des autres continents :
    Esclavage et servitude aux Antilles : l'héritage antique et médiéval : XVIIe-XXe, sous la direction de Jean Gabriel Montauban & Dominique-Aimé Mignot (L'Harmattan)

    Régionalisme :
    La Baule : Occupation-Libération. 1, 1939-1942, de Luc Braeuer (Liv'éditions, "Document et témoignage")
    La Baule : Occupation-Libération. 2, 1943-1945, de Luc Braeuer (Liv'éditions, "Document et témoignage")

    Problèmes sociaux & sécurité publique :
    Sapeur-pompier : formation de l'équipier volontaire (Icone graphic)
    Peur dans la ville : urbanisme et sécurité dans l'agglomération lyonnaise : XIXe-XXIe siècle, sous la direction de Jacques Comby (Presses universitaires de Rennes, "Espace et territoires")

    Criminologie & prisons :
    Entre sphères légales et réseaux illégaux : le jeu de la collusion, de Louise Fines (L'Harmattan, "Questions contemporaines")
    Pablo Escobar : trafiquant de cocaïne, de Thierry Noël (Vendémiaires, "Chroniques")
    Vendetta : bandits et crimes d'honneur en Corse au XIXe siècle, de Caroline Parsi (Vendémiaire, "Chroniques")
    Flics et Corses : grosses affaires et coups tordus, de Charles Pellegrini (Le Toucan)
    Liens : Un caillou dans la chaussure |Les Fruits amers |Patrick de Friberg |Laurence Biberfeld |Henri Weigel |Agatha Christie | San-Antonio |Antonin Varenne |David Verdier |Michel Leydier

Métalepse désinvolte

Pour contrer les théories littéraires à la mode au siècle passé, les Américains avaient lancé l'idée, avec quelques intellectuels français, du post-modernisme. L'entreprise (louable) a permis de marquer les esprits dans les années 1980-1990, mais cet incendie intellectuel n'a été qu'un feu de paille. L'un des points forts du courant consistait en un travail même de déconstruction. L'auteur se regardait écrire et s'introduisait dans sa propre narration. C'était faire fi de vieux auteurs comme Laurence Sterne ou Denis Diderot qui avaient déjà mis cet exercice en pratique, et d'une partie de la littérature populaire, où le héros, détective privé ou espion, savait se mettre en scène, voire se moquer de ses propres forces. C'est une leçon qu'a retenu John Barnett. L'individu, déclaré auteur d'une série publiée chez In Octavo sous la présumée traduction de Patrick de Friberg, est décrit comme un auteur à succès, donc très riche. Il utilise toutes les ficelles du métier pour nourrir ses intrigues, y compris les pires stéréotypes, et il raconte les aventures de Jack Pasolky qui vit avec sa secrétaire, qui n'est autre que la fille de John Barnett, ce qui permet de recevoir plein d'informations et d'aides lorsque nécessaire.
Jack Pasolsky est le propre narrateur de ses aventures, et il fait constamment référence à son auteur, aux intrigues - y compris celles d'autres romans -, ou aux astuces scénaristiques de son auteur. De même, il est présenté sans complexe avec un regard ironique sur sa propre culture. Le détective est un mélange entre l'esprit des espions américains et des Américains en général qui jugent les choses à l'aune de leur propre pays, et qui ne font pas dans la nuance idéologique. Cette distance ironique à l'encontre de ses personnages, de sa propre intrigue, joue aussi avec les mythes modernes. Ici, l'histoire va tourner autour d'Elvis Presley : pourquoi après quelques succès qui l'ont hissé au firmament de la musique populaire, le chanteur s'est-il compromis dans des films de piètres qualité et semble-t-il être un has been ? Lorsque l'impresario du chanteur demande l'aide de Jack Pasolsky, ce dernier ne se rend pas compte qu'il va aussi devoir travailler sur le frère du chanteur - pas celui qui est mort au berceau mais un troisième, plus inconnu, mais qui est la poisse incarnée. Dès le début de son enquête, Jack Pasolsky va aussi découvrir que le passé du colonel Parker (pour les jeunes générations, c'est l'éminence grise, la part noire, l'impresario d'Elvis Presley) cache lui aussi bien des secrets qui vont pousser le détective à foncer en Hollande et à faire un petit détour par la Russie.
Il faut de la maitrise et du métier pour s'installer dans une intrigue de ce genre qui joue avec les codes, s'en amuse en même temps qu'ils nous sont présentés au premier plan, comme un magicien qui montre ses tours pendant qu'il les accomplit. C'est un défi auquel des auteurs comme Frédéric Dard se sont essayés dans la période la plus complexe et déconstruite de ses "San-Antonio". Patrick de Friberg sait manier l'ironie et le dandysme pour raconter ces aventures, pardon, les traduire. Il faut aimer ce côté désinvolte, cette distance, comme chez Richard Brautigan pour le polar, ou Kurt Vonnegut en S.-F., Laurence Sterne en littérature générale (ou plus récemment La Septième fonction du langage de Laurent Binet) pour apprécier cette balade en dehors de chemins balisés mais avec tous les ingrédients du genre.

Citation

Mais qu'est-ce que je faisais dans cette galère n'arrêtais-je pas de me dire, en tournant en rond comme un fauve en cage, un Pancrasse sans alcool, une Joe sans vernis à ongles ou bibi devant un violoniste.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 18 août 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page