Trop de morts au pays des merveilles

Cuba aimait voir la façon dont ses yeux se chargeaient de tendresse en le regardant. Une femme cool animée de mauvaises intentions. Ce qu'on peut trouver de mieux.
Elmore Leonard - Raylan
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 octobre

Contenu

Roman -

Trop de morts au pays des merveilles

Tueur en série - Disparition MAJ vendredi 20 mai 2016

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,8 €

Morgan Audic
Rodez : Le Rouergue, avril 2016
358 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-8126-1040-0
Coll. "Noir"

À la recherche d'Alice

Christian Andersen (comme le conteur) est un avocat qui recherche sa femme, Alice, disparue trois ans plus tôt. Beaucoup de gens pensent que ces recherches ne servent qu'à donner le change et qu'Andersen a tué son épouse. Le problème c'est qu'au moment de la disparition de celle-ci, l'avocat a eu un accident qui lui a fait perdre la mémoire. Il ne se souvient pas des derniers moments passés avec Alice. À l'époque, un tueur en série surnommé le Marionnettiste sévissait dans les environs et tuait, après les avoir torturées et violées, des jeunes femmes blondes ressemblant traits pour traits à madame Andersen. Alice a-t-elle simplement changé de vie ou fait-elle partie des victimes pas encore retrouvées du monstre ? L'ex-flic, et boxeuse, Diane Kellerman a traqué un dénommé Henker, certain qu'il était le Marionnettiste, avant de péter les plombs et de le cogner jusqu'à ce qu'il avoue... en vain. Virée de la police, elle continue pourtant de cauchemarder à cause de cette affaire sur laquelle elle s'est plantée, et surtout à cause de Henker qu'elle persiste à penser coupable. Arrêté pour possession de drogue, l'ancien suspect purge une peine de prison depuis trois ans. Pourtant, on retrouve encore des corps mutilés de femmes blondes. Sont-elles les victimes d'un imitateur du Marionnettiste ? Si oui, Alice peut-elle faire partie des victimes de cet imitateur ? Et dans ce cas, Christian Andersen pourrait-il être l'imitateur ? Le commissaire Géricault, chargé de l'enquête, met en garde l'ancienne pensionnaire du 36 : il ne veut pas la voir dans les parages...
Trop de morts au pays des merveilles est le premier roman de Morgan Audic. J'ai hâte de lire le prochain car ça faisait longtemps que je ne m'étais pas fait balader comme ça ! Quel suspense ! À chaque page que l'on tourne, on change d'avis sur la résolution de l'énigme, sur l'identité du coupable, sur la fin, sur le début, sur tout. Je crois que je ne m'étais pas retrouvé dans cet état depuis ma jeunesse quand je découvrais les grands romans de tata Agatha : Le Crime de l'Orient-Express et Les Dix petits nègres. C'est un registre, un genre différent bien sûr, mais l'excitation de découvrir le fin mot de l'histoire, au terminus de ce qui ressemble, tant la maîtrise est impressionnante, à un voyage organisé, est la même. C'est remarquablement bien écrit, bien ficelé, bien rythmé. On en prend plein la tronche. On s'en veut d'aller se coucher, mais il faut bien dormir un peu quand même ! Bon, on ne rêvera pas du pays des merveilles et moi, la prochaine fois que je vois un terrier, même s'il y a un lapin avec une montre gousset qui plonge dedans, dans le doute, je ne le suivrai pas. Pas après avoir lu ce roman. Il y a évidemment quelques clins d'yeux à l'univers des contes (pour enfants, vraiment ?) et aussi au cinéma, d'Henri-Georges Clouzot (pourquoi pas ? Moi, je suis client) notamment. Pour le reste, on est dans un vrai polar, avec des flics, des tueurs, des magouilles, des faux amis, des vrais ennemis, des fausses pistes, des cadavres, ça part dans tous les sens et on dévore, on dévore, on dévore le bouquin. Je ne vais pas m'étendre davantage, je n'ai que du bien à dire, que des compliments à adresser à l'auteur, que du positif à balancer, donc plutôt que d'enchaîner les superlatifs, je vais simplement vous dire : LISEZ-LE !

Citation

Elle hésita. L'inconnu avait la stature et la démarche de l'avocat, mais elle n'avait pas vu son visage. Elle ne pouvait pas être sûre à cent pour cent qu'il s'agissait d'Andersen, mais elle sentait que c'était lui.

Rédacteur: François Legay vendredi 20 mai 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page