Le Crime de l'Orient-Express

Dans un coin, il y a un groupe de conseillers anglo-saxons expliquant à des hommes d'affaires géorgiens comment il faut appliquer les nouveaux principes du capitalisme moderne plutôt que les vieilles recettes de la corruption locale.
Pierre Christin & André Juillard - Léna et les trois femmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 27 mai

Contenu

Roman - Policier

Le Crime de l'Orient-Express

Huis-clos MAJ lundi 09 mai 2011

Note accordée au livre: 6 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,2 €

Agatha Christie
Murder in the Orient Express - 1933
Traduit du par Jean-Marc Mendel
Paris : Le Masque, septembre 1999
250 p. ; illustrations en noir & blanc ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-2359-0
Coll. "Agatha Christie", 169

Enquête prise au vol

De tous les romans d'Agatha Christie, Le Crime de l'Orient-Express est assurément le plus connu ne serait-ce que par son adaptation cinématographique réalisé en 1974 par Sydney Lumet. Mais ce qui avant tout a grandement contribué à son succès - en dehors de l'intrigue, bien sûr -, c'est ce train, l'Orient-Express, avec l'exotisme luxueux qu'il dégage.

Le plan du wagon du crime, qui ouvre le roman, plante d'entrée un décor cluédesque. Aussitôt, le charme agit. Le roman est écrit en pleine Entre-Deux-Guerres, en 1933. À la même époque, Eric Ambler nous trame des histoires d'espionnage sur fond de pétrole et de montée des fascismes. Agatha Christie, elle, se concentre sur ses personnages, multiplie les esquisses caricaturales et nous offre un puzzle de première.

Quoi de plus jouissif qu'un huis-clos dans un train bloqué par des chutes de neige ? Un Américain que tout le monde trouve antipathique est assassiné la nuit dans son compartiment. Hercule Poirot, le grand détective belge, va enquêter une pleine journée et démasquer le coupable avec aisance en s'appropriant la devise de Sherlock Holmes : "Quand toutes les possibilités ont été exclues, envisageons l'impossible". L'interrogatoire des passagers du train (enfin ceux de première classe et quelques-uns de seconde) permet à chacun des suspects d'avoir un alibi. "Pour moi, dit-il [on parle ici de Poirot], c'est bien là ce qui fait tout l'intérêt de cette affaire. Toutes les voies normales de la procédure d'enquête nous sont interdites. Tous ces gens qui nous ont fourni un témoignage, nous disent-ils la vérité, ou bien mentent-ils ?"
Heureusement, Poirot découvre très vite la véritable identité du tué par un biais scientifique que ne renieraient pas les Experts contemporains. Il s'agit d'un chef de bande qui a kidnappé et assassiné une enfant avant d'être innocenté dans un procès où de toute évidence lui et sa bande ont intimidé les jurés et acheté les juges. Petit à petit, Poirot découvre également que chacun des passagers a un lien même ténu avec cette tragédie.

Le talent d'Agatha Christie ne s'arrête pas à la résolution de cette enquête. Car, au final, c'est un Hercule Poirot humain et de façon surprenante qui s'accommode de la réalité qui montre un visage étrange. À partir de cette aventure, c'est avec plus de circonspection que l'on va observer l'enquêteur dans ses futures aventures...

Citation

Tout de même, on aurait pu le tuer ailleurs que sur l'Orient-Express. Ce ne sont pas les endroits qui manquent.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 08 mai 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page