Concerto en lingots d'os

Je décidai de ne pas dîner et de me coucher directement, sans explication. J'étais un soldat en mission et un soldat doit pouvoir sauter un repas.
Mathieu Tazo - Un caillou dans la chaussure
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

Roman - Policier

Concerto en lingots d'os

Médical - Tueur à gages - Assassinat MAJ dimanche 28 septembre 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,95 €

Claude Vasseur
Préface de Jean-Luc Bizien
Saint-Romain-de-Colbosc : Atelier Mosésu, mars 2013
292 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 979-10-92100-02-0
Coll. "L'Embaumeur", 3

Pas de raidi pour les braves

Au détour du roman, apparaît, pour quelques pages, un personnage au prénom improbable d'Alexandre-Benoit. Froncements de sourcils et du coup surgit en mémoire la silhouette, tout aussi improbable de Bérurier. Mais ce détail ne serait pas utile s'il ne trahissait une profonde réalité : un texte hanté par les mânes de Frédéric Dard et de son alter ego San-Antonio - goût de l'intrigue échevelée, de la liste absurde, du détail scabreux, de la répartie égrillarde, voire scatologique, de la scène de culbute ou de l'hénaurmité érigée en principe.
Ici, l'embaumeur retrouve un ami ancien légionnaire et ensemble ils enquêtent sur une mort étrange. Certes nous sommes en pleine canicule et les cadavres de personnes âgées s'entassent dans les morgues, provoquant des embouteillages, mais la vague de chaleur n'explique pas certaines marques (discrètes) sur le cadavre d'un vieil homme. Surtout lorsque quelques heures plus tard, un tueur des pays de l'Est s'introduit dans la morgue improvisée et transforme en œuvre d'art (ou de boucherie) le corps du vieillard. L'embaumeur, de son vrai nom Luc Mandoline, veut en savoir plus et rencontre la veuve du mort, qui est une veuve bien joyeuse, organisant des partouzes pour troisième âge dans sa maison... C'est vrai que le club et les activités tricot cela a fait son temps !
Après un premier épisode qui tournait dans un lieu unique et tournait plus facilement en rond, Concerto en lingots d'os joue la carte des aventures débridées. Pour en rendre compte, et assumer totalement le côté humour noir d'un personnage central dont les activités restent quand même assez spéciales, jouer le registre de la folie douce, de l'exagération et du décalage est une solution intelligente, et Claude Vasseur s'installe ici dans la veine des bons San-Antonio. Il livre ce qui n'est pas une parodie idiote mais un hommage sincère, reconstruisant le style, le goût du verbe, les rebondissements, le goût de l'à-peu-près. Son intrigue, très classique (et qui n'hésite pas à convoquer les trésors volés par les nazis !), est suffisamment charpentée pour nous emporter.

Citation

... des sans foi ni loi, des qui avaient du foie, rarement la foi, ou alors dans leurs flingues, des bouchers, à l'émeri souvent.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 28 septembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page