Tu me suivras dans la tombe : et autres romans

Les nains de jardin se caillent la brouette et Blanche-Neige doit regretter d'avoir choisi de porter pour l'éternité des manche à crevés et des escarpins vernis.
Jean Hennegé - Merci pour les fruits de mer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

Roman - Policier

Tu me suivras dans la tombe : et autres romans

Braquage/Cambriolage - Enlèvement - Assassinat MAJ jeudi 17 juillet 2014

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,4 €

James Hadley Chase
We'll Share a Double Funeral - 1981
Traduit de l'anglais par France-Marie Watkins, Jeanne Fillion, Marcel Frère
Paris : Folio, août 2012
740 p. ; 18 x 11 cm
Coll. "Policier", 664

Carte de visite

James Hadley Chase, auteur anglais même si la majorité de ses intrigues se passent aux États-Unis, est connu des amateurs de romans policiers au moins pour son Pas d'orchidées pour Miss Blandish ou Eva. La collection "Folio policier" nous offre avec ce volume conséquent de plus de sept cents pages trois de ses romans, écrits sur la fin de sa vie, mais qui supportent la comparaison avec le restant de son œuvre. James Hadley Chase a écrit des œuvres souvent pessimistes, voire désabusées, et ces trois histoires, où parfois un personnage sympathique, présenté comme un futur héros, se fait abattre au bout de quelques pages en sont un exemple supplémentaire. De plus, des intrigues construites présentent souvent des coups montés de manière intelligente mais qui se trouvent contrecarrés par un coup du sort.
C'est aussi le cas ici.
Le premier roman décrit l'itinéraire d'un scénariste hollywoodien. Trompé par sa femme, il se réfugie dans un pavillon de pêche, afin de pouvoir écrire calmement son nouveau film. Mais il est coincé par un assassin qui s'est échappé de prison. Deux policiers locaux ont compris le huis-clos et rôdent autour de la maison, lorsqu'arrive l'épouse volage, venue se réconcilier.
Passez une bonne nuit est typique du hasard bloquant les coups les plus intelligents : un cambrioleur s'est introduit dans un hôtel dont il doit dévaliser les coffres-forts et faire les poches d'un client en voyage de noces. Mais en parallèle, des petits gangsters cubains ont décidé de kidnapper la jeune mariée pour réclamer une rançon.
Le troisième roman, C'est pas dans mes cordes, évoque de nouveau le romancier désabusé : un milliardaire veut faire tuer son épouse. Le tueur à gage engagé pour l'occasion imagine plutôt un kidnapping qui lui rapportera plus. C'est compter sans son fidèle associé qui tombe amoureux de l'épouse sacrifiée !
Les trois romans, centrés sur leurs personnages et qui n'évoquent que de manière lointaine l'environnement social ou politique des États-Unis, sont avant tout des portraits : femmes délaissées, personnages mus par leurs passions, gens du peuple qui veulent simplement vivre une vie honnête et honorable, truands qui rêvent du grand coup mais n'ont que peu les moyens de le réaliser. Ne citons que l'évadé assassin du premier roman qui finalement finirait bien sa vie comme cuisinier du scénariste qu'il vient de faire prisonnier et qui, entre deux crimes sans passion, est juste heureux de griller des steaks !
Se dresse ainsi toute une galerie d'humains, poussés par leurs propres motivations, parfois contradictoires, souvent dirigés par leurs sexualité débordante (auquel répond une chasteté assumée, celle d'une épouse qui ne veut divorcer, d'un kidnappeur amoureux transi ou d'une Cubaine dévouée jusqu'à la mort à son mari) qui se trouvent empêtrés dans des histoires qui les dépassent. Le tout porté par un style neutre (mais à la traduction datée) qui renforce la grisaille des situations.

NdR - Le recueil comporte les trois romans suivants : Tu me suivras dans la tombe (We'll Share a Double Funeral, 1981), Passez une bonne nuit (Have a Nice Night, 1981) & C'est pas dans mes cordes (Not My Thing, 1982).

Citation

Cela faisait dix heures qu'il n'avait rien mangé et il n'avait pas cessé de boire depuis le moment où il était monté dans l'avion. Il tenait une sacrée biture.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 07 juillet 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page