African Tabloid

Votre type est du genre coriace. Pour l'instant, il nie tout en bloc. Je vous appelle, dès que j'ai du nouveau. Il finira par cracher le morceau, je connais ce genre de salopard, ils finissent toujours par mordre la main qui les nourrit sans le moindre état d'âme.
Muriel Mourgue - Montego Bay
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 septembre

Contenu

Roman - Noir

African Tabloid

Politique - Corruption - Gang MAJ lundi 16 décembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16,8 €

Janis Otsiémi
Paris : Jigal, septembre 2013
208 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 979-10-92016-07-9
Coll. "Polar"

Tout est bon dans le Gabon

Le titre du roman fait évidemment référence à American Tabloid, roman-phare de James Ellroy. Si celui de Janis Otsiemi n'en conserve pas l'ampleur en terme de pagination ou de la volonté stylistique, il en possède l'énergie langagière (de nombreux mots issus du vocabulaire imagé et coloré gabonais) et le dynamisme de l'intrigue, mélange de choix personnels, de magouilles et de chausse-trappes, de liaisons entre les gangsters et les politiques.
Toute la vitalité du roman est incarnée par deux policiers au centre de l'histoire chargés de multiples enquêtes : deux collégiennes qui se sont suicidées après être apparues nues sur Internet ; une femme et sa fille renversées par un conducteur qui a pris la fuite ; des escrocs qui ont volé le chéquier d'un ancien ministre et vident ses comptes d'argent mal acquis. En parallèle, nous suivons leur vie personnelle, entre épouse première, maîtresse d'un soir, peut-être enceinte, petites entorses avec la loi pour obtenir une information - la corruption des autres administrations pour connaître le nom derrière une plaque minéralogique ou des séances d'interrogatoires musclés décrites avec soin. La vie quotidienne telle qu'on l'imagine en Occident, grouillante de vie, débordante de système D, mélange entre coutumes locales et volonté de modernisme : on passe en quelques lignes d'une vie familiale agitée à des considérations sur Internet. Mais le fil conducteur de cette agitation est l'enquête captivante mais dangereuse liée à la mort d'un journaliste, connu pour son opposition au régime, survenue à quelques pas du palais présidentiel. Est-ce un meurtre organisé par le dictateur actuel, par des membres d'un clan qui veut sa chute et lui balancent un cadavre embarrassant dans les pattes ? D'autant que le crime est signé : le journaliste a pris une balle dans la gorge et a eu deux doigts coupés.
Les différentes affaires permettent de décrire avec humour et réalisme le Gabon de ces dernières années, à l'intérieur d'une intrigue construite avec soin et qui montre les réalités d'un pays oscillant entre ses différents statuts : ancien pays colonial avec la volonté de s'en sortir malgré le poids des dictatures, le népotisme, des individus qui tentent de s'infiltrer entre les interstices qui leur sont laissés. African tabloid est assurément différent d'American tabloid, mais pas forcément moins captivant.

Citation

Les flics avaient mis la main sur Boa. Ils n'allaient sûrement pas parler de la pluie et du beau temps avec lui.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 16 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page