La Faille souterraine et autres enquêtes

Les nouveaux journalistes avaient beaucoup en commun avec les détectives : ils étaient tour à tour regardés comme des champions de la vérité et de sordides voyeurs. Sept cents titres paraissaient en Grande-Bretagne en 1855 ; leur nombre se porta à onze cents en 1860.
Kate Summerscale - L'Affaire de Road Hill House
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 16 octobre

Contenu

Mémoires - Policier

La Faille souterraine et autres enquêtes

Social MAJ mardi 21 janvier 2014

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,8 €

Henning Mankell
Pyramiden - 1999
Traduit du suédois par Anna Gibson
Paris : Le Seuil, octobre 2012
470 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-02-105354-8
Coll. "Policiers"

Supplique du lecteur condamné

Au moment d'être guillotinée pendant la Révolution française, Jeanne du Barry s'était écriée : "Encore une minute, monsieur le bourreau." Il en va de même, parfois, lorsque l'on est habitué à la présence récurrente d'un personnage de fiction. On a envie de dire : "Encore un roman, monsieur l'écrivain." Lorsque Henning Mankell a annoncé la fin de la série consacrée à son commissaire Wallander, nombre de lecteurs, qui s'étaient habitués à ce policier suédois, atypique et extrêmement humain, avaient été déçus. Heureusement, pendant l'écriture des différents romans de la saga, l'auteur suédois avait aussi mis sur le papier quelques nouvelles dont certaines avaient été publiées dans des journaux. Elles présentent de l'intérêt pour les lecteurs français - outre le fait qu'elles prolongent le plaisir que l'on peut avoir à croiser Wallander - qu'ils soient récents ou connaisseurs de l'œuvre. En effet, les uns seront heureux de débusquer des éléments concernant le policier dans des enquêtes se déroulant avant celles décrites dans les romans (la dernière nouvelle s'achève ainsi avec les premiers paragraphes de Meurtriers sans visage, premier roman de la saga), et les autres pourront y voir une bonne introduction aux thèmes et aux intrigues qui lui sont chers.

Au centre des cinq nouvelles se pose, de manière récurrente, la question de savoir comment la démocratie et la civilisation européenne prennent lentement mais sûrement des formes particulières de barbarie et de violence, lorsque les enfants gâtés et gavés de la croissance grandissent. "La Faille souterraine" montre par exemple la façon dont un émigré ne trouve d'autres solutions que la violence extrême pour vivre dans un endroit policé. "La Pyramide", c'est l'argent facile de la drogue qui pousse aux pires comportements. À travers ces nouvelles, c'est aussi tout l'univers, toutes les pensées, et tous les modes de fonctionnement du policier qui s'installent : son goût de la solitude, son obsession "columbienne" du détail, son sens de l'humanité cachée de chacun, et un soin particulier porté aux personnages - le début de "La Mort du photographe" est une longue et fascinante description de celui qui va mourir quelques pages plus loin. Jeanne du Barry avait eu ce mot synonyme de faiblesse, de peur de la fin. C'est sûrement une faiblesse du lecteur que d'avoir demandé exactement la même supplique au romancier. Dans ce cas bien précis, nul doute que ça a été bénéfique.

NdR - Le recueil comporte les cinq nouvelles suivantes : "Leanbsp;Coup de couteau", La Faille souterraine", "L'Homme sur la plage", "La Mort du photographe" & "La Pyramide".

Découvrez l'avis de Philippe Bouquet, premier traducteur en France de Henning Mankell


On en parle : La Vache qui lit n°133

Citation

Au même instant, il réalisa que, pour la première fois de sa carrière, il s'apprêtait à annoncer un décès. Cette perspective l'avait toujours effrayé.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 11 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page