Le Cycliste

L'usine chimique... y font des essais... pour des labos... et des épandages, aussi, sur nos têtes, avec des avions... et évidemment, les cobayes, c'est nous.
Martine Nougué - Le Vrai du faux, et même pire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Roman -

Le Cycliste

Sportif - Terrorisme MAJ mardi 08 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Viken Berberian
The Cyclist - 2002
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Claro
Vauvert : Au diable vauvert, août 2012
286 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-84626-425-9

Libations libanaises

Le Liban est un pays étrange. Dans le roman de Viken Berberian, alors qu'il existe une guerre larvée, qu'une suite d'attentats terroristes menace la vie et détruit les habitants d'un village, la seule chose qui semble importante, c'est une course cycliste. Mais pas n'importe laquelle ! Cette course démarre dans les montagnes pour s'achever sur la côte, à l'inverse d'une course classique. Enfin, le narrateur qui a passé sa vie à s'entrainer pour gagner doit perdre cette course. Le Cycliste va dévider ces événements illogiques dans un chaos encore plus illogique car le narrateur est en fait un terroriste chargé de poser une bombe dans un grand hôtel. Suite à un accident de vélo, il rumine dans un hôpital - à moins que ce ne soit une inversion du roman et la résultante de l'explosion d'une bombe, mais peut-être pas la sienne... Il est même entré à l'Académie, où l'on enseigne plus la violence que les humanités.

Le roman évoque sans arrêt la mort et la désolation mais se complait dans la description de repas, de nourritures bien terrestres, dans les tentatives de réveiller une sexualité quelque peu défaillantes, dans l'amour d'une maternité à venir. En dressant le portrait d'un narrateur épicurien, entrant dans une vie normale, déchiré par la destruction aveugle de son village par une autre faction terroriste, Viken Berberian offre un portrait éclaté, montrant jusqu'à l'absurde - sans dévoiler le final, il y a deux rebondissements assez kafkaïens. Il y a un siècle dans Un nommé Jeudi, Gilbert Keith Chesterton montrait une société secrète anarchiste qui se composait exclusivement d'agents doubles policiers infiltrés pour montrer l'idiotie du système, Le Cycliste nous en offre une version moderne, joyeuse et éclatée, plus proche de la littérature générale d'Albert Cossery que d'un véritable polar.

Citation

La route qui mène au terrorisme commence en général par une pincée d'aliénation : un peu d'ennui.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 03 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page