k-libre - auteur - Gilbert Keith Chesterton

Joan, ce que vous avez vécu est terrible. Vous êtes une mère de famille. Vous êtes une femme sensée. Je vois combien vos enfants vous manquent. Vous n'avez pas pu tuer vos collègues de sang-froid. Pour survivre et ne pas vous tirer une dernière cartouche dans la tête, vous avez dû construire des barrières psychologiques colossales...
John N. Turner - Alabama shooting
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 juin

Contenu

Gilbert Keith Chesterton

MAJ vendredi 29 mai 2009
© D. R.

Biographie Gilbert Keith Chesterton


Naissance à Londres le 29 mai 1874.
Mort à Beaconsfield le 14 juin 1936.
Écrivain et journaliste britannique.
Avant d'étudier la littérature à l'University college de Londres, il a suivi les cours de la Slade School of arts - il voulait devenir illustrateur. Peut-être reste-t-il un peu de cette vocation dans le caractère très visuel de ses descriptions, nourries d'images et de comparaisons étonnantes.
Géant par sa stature et sa corpulence, il fut, aussi, immense sur le plan littéraire : journaliste, il a signé des milliers d'articles ; auteur, il a touché à tous les domaines, de la poésie à la sociologie en passant par le roman policier ; enfin c'était un homme aux idées très affirmées. D'une grande bonté, se montrant heureux de vivre, il n'en était pas moins sensible aux noirceurs du monde - cela transparaît très clairement dans ses œuvres. Il avait un sens de l'humour remarquable et savait exprimer ses opinions sous forme d'aphorismes lumineux - parmi eux, signalons celui-ci :
The mad man is the one who has lost everything but his reason. (Le fou est celui qui a tout perdu sauf sa raison.)
Prolifique, atypique dans son style, il est de ces auteurs inclassables qui tiennent une place considérable dans la littérature tout en ayant, au fil des années, perdu de leur notoriété. Jorge Luis Borges dit lui devoir quelques-unes de ses plus belles heures de lecture et, à ce titre, lui a consacré un des volumes de sa collection "La Bibliothèque de Babel" où il écrit, dans sa préface:
Il aurait pu être Kafka ou Poe, mais il opta courageusement pour le bonheur, du moins feignit-il de l'avoir trouvé.


On en parle : 813103 (Dossier) | Enigmatika2004-1 (Dossier)

Bibliographie*

Nouvelliste :

  • 1978 - L'Œil d'Apollon (FMR/Le Panama "La Bibliothèque de Babel", septembre 2008)
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page