Mapuche

Le problème vient des heures où il ne travaille pas, où ses pensées se mettent à s'envoler par la fenêtre ouverte de sa cervelle à la manière des pages de buvard.
Michael Chabon - Le Club des policiers yiddish
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Vestibule des lâches
Dans le final du Vestibule des lâches, on apprend que l'un des personnages a découvert une fresque pr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 mai

Contenu

Roman - Noir

Mapuche

Politique - Enlèvement - Urbain MAJ jeudi 25 septembre 2014

Un bol d'Aires

Issu de la "grande plouquerie internationale" (selon ses termes) et révélé par les éditions Baleine, Caryl Férey est peut-être le dernier de la grande tradition des écrivains voyageurs dans un monde où on a longtemps cru que l'exotisme était mort avec l'ère du voyage organisé. Or, l'on a de plus en plus besoin des auteurs pour faire toucher l'altérité et comprendre un monde de moins en moins universel... Certes, beaucoup ont écrit (en bien ou en mal) sur les dictatures diverses et leurs séquelles - ¡Viva la muerte! de Frédéric Bertin-Denis ou plus récemment L'Hiver des enfants volés de Maurice Gouiran -, mais ici, le but est tout autre : on sent qu'à travers les aventures de Jana, l'indienne Mapuche du titre, et de Ruben Calderon, l'enquêteur au service des mères de la place de Mayo cherchant encore leurs enfants, c'est l'Argentine elle-même qui est le vrai personnage du roman. L'intrigue classique, commençant par le meurtre d'un travesti, avec parfois des facilités qui feraient soupirer chez quelqu'un de moins talentueux (l'inévitable romance entre les deux rebelles, figure imposée qui prend une crédibilité inattendue) est le prétexte à un voyage dans ce pays en pleine déliquescence, aux cicatrices apparentes, ayant du mal à s'extirper de son passé. Le tout avec une langue à la fois d'une précision qu'envieraient bien des usineurs de thriller industriel et ponctuée de petits bonheurs d'écritures saisissants. Caryl Férey n'a peut-être plus sa hargne flamboyante du début, mais il n'a pas non plus cédé aux sirènes du best-seller. Pour notre plus grand plaisir...


On en parle : La Tête en noir n°157 |Alibis n°44 |Carnet de la Noir'Rôde n°55

Récompenses :
Prix Landerneau Polar 2012

Nominations :
Prix du Meilleur polar francophone 2012
Prix marseillais du polar 2012
Prix Mystère de la Critique 2013

Citation

Superposition d'immeubles, de rues pavées, de marbre, de ferraille et d'ordures, foyer de la révolution sud-américaine, vivant le coup d'État comme une seconde nature, culturelle, péroniste et hautaine, Buenos Aires savait que son âge d'or était passé et ne reviendrait plus.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 30 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page