Mélancolie des corbeaux

La pièce vacille autour de Pierre. Une image échappée du passé aspire ses souvenirs et il revoit le médecin de sa femme leur annoncer qu'elle ne passera pas l'hiver. Il se dit que c'est loin, tout ça. Il se dit aussi qu'il aurait dû casser la gueule au docteur. Ça lui aurait fait du bien.
Éric Cherrière - Je ne vous aime pas
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 06 décembre

Contenu

Roman - Noir

Mélancolie des corbeaux

Anthropomorphisme - Urbain MAJ jeudi 08 décembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Sébastien Rutés
Arles : Actes Sud, octobre 2011
240 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7427-9907-7
Coll. "Actes Noirs"

Corbeau à contre-emploi

Avec Walt Disney et ses émules, on s'était habitué à ce que les animaux ne cachent rien d'autre que des travers humains sous de vagues déguisements un peu à l'image de La Ferme des animaux, de George Orwell en version édulcorée. Pourtant, l'inspecteur Canardo cher à Sokal avec sa démarche columbesque nous avait déjà attiré vers d'autres cieux. Mais c'est dans une autre direction encore que nous entraine Sébastien Rutés. Pas d'anthropomorphisme louche, ni de vision humaine du monde animal, mais un récit raconté à la première personne, par un animal, de manière très réaliste.

L'auteur restitue une façon de voir, une cosmologie, une religion, une vision philosophique du monde à travers les yeux d'un corbeau. Même si au final, toutes les pistes trouvent une solution et si tout est explicité de manière satisfaisante, l'histoire laisse entrevoir ce qu'elle n'a pas dévoilé, à savoir que le monde animal est plus complexe que nous l'en avons cru, que l'animal central a décrit ce qu'il pouvait et nous a offert un récit cohérent mais que nous n'en avons pas forcément saisi toute l'âpre nature. Même dans cette originale utopie animale, il y a des forts et des faibles, et même des espèces méprisées, comme les poissons par exemple. Le corbeau nous offre la vision d'un Paris bucolique où derrière le béton sourd la vie, vibrante, comme ces arbrisseaux qui persistent à vouloir grandir au milieu des autoroutes.

Alternant les scènes "intimistes" des relations entre corbeaux ou entre le personnage central et ses connaissances, les scènes d'enquête où Paris vu par l'animal montre combien la nature est présente au cœur même de la ville et des scènes de bravoure (une attaque par des chiens, une filature...), Mélancolie des corbeaux est une plongée envoûtante dans un univers qui grouille à côté de nous sans que nous en ayons conscience, et nous invite à y entrer en une parabole sur notre propre vie, sans le transformer en une fable animalière qui ne serait que la pâle transcription du monde tel que nous le connaissons.


On en parle : L'Indic n°23

Nominations :
Prix des Lecteurs Quais du Polar 2012
Prix de la ville de Mauves-sur-Loire 2013

Citation

Perché sur la chaine qui interdisait l'accès à la statue, je défiais valeureusement la bête avec moins de risques cependant que mon arrière-petit cousin Kakara qui voulait prouver face à un ours la supériorité de la ruse sur la force et qu'on ne revit jamais plus.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 06 décembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page