k-libre - festival

Le maigre ne put s'empêcher de penser au désœuvrement de la population ; à son absence de désir. Ni machine molle ni animal désirant, l'homme du peuple vivait comme une amibe ; contraint par le code interne à survivre et se reproduire.
Frédéric Jaccaud - La Nuit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Paris noir 2010

MAJ samedi 09 novembre 2013

Le festival

Il y avait Paris polar qui tient annuellement le pavé du 13e arrondissement depuis sept ans. L'on a vu fleurir au seuil de l'été 2010 le premier Polar en plein cœur - cette fois la cible était à atteindre au cœur (!) du Marais. Avec plus d'une centaine d'auteurs invités, un prix littéraire et son plateau varié d'animations, la "première séance" se montrait d'entrée ambitieuse, d'autant plus que se profile la perspective d'un retour en 2011. En septembre 2009 un autre geyser noir avait surgi, à l'initiative des Habits noirs qui avaient investi le Point Éphémère - là encore avec beaucoup d'auteurs, de la musique, du cinéma, des livres et de la BD. Tout cela était bel et bon, et personne n'eût osé dire que Paris était une capitale mal pourvue en festivaleries noires.
Il s'est pourtant trouvé des amateurs mal contents pour estimer qu'il manquait encore quelque chose. Il est vrai que le 11e arrondissement - leur lieu de résidence - était un peu excentré par rapport à toutes ces réjouissances. Un seul remède : y aller, à leur tour de leur festival. Et quel festival ! Longuement mûrie, l'intention de créer dans ce quartier à l'histoire sociale particulièrement riche un événement culturel de grande envergure qui entre en résonance avec elle a évolué au fil du temps pour aboutir à ce Festival noir, d'ampleur européenne, qui a pu naître grâce à la mise en commun d'énergies diverses, émanant d'une association féminine, les Miches Tinguettes, des comités de quartier du 11e, des équipes municipales, et d'une belle brochette de partenaires enthousiastes dont l'association 813.
La ligne éditoriale de l'événement est simple : témoigner de la vitalité et de la richesse du "genre noir" aussi bien dans les livres qu'à l'écran, et s'ouvrir à l'Europe en mettant chaque année un pays de la communauté européenne à l'honneur. Et parce qu'honorer un genre se conçoit mal sans récompense, quatre prix sont créés d'emblée.
Plus peut-être que la plupart de ses pareils, ce festival acquiert sa dimension singulière par le lieu qui a été choisi pour l'accueillir - un lieu parisien à la fois emblématique de l'histoire ouvrière de la capitale, et représentatif d'une certaine conception de la façon dont la culture doit être diffusée : la Maison des métallos.
Cette ancienne manufacture, haut lieu du syndicalisme, sauvée des promoteurs par les habitants du quartier qui se sont unis pour l'acheter lorsqu'elle fut mise en vente en 1997 et devenue dix ans plus tard un "établissement culturel de la Ville de Paris" semble en effet, sur le plan du symbole, en parfaite harmonie avec l'esprit annoncé de ce nouveau festival noir.

Cette édition

Déjà les grandes largeurs pour l'édition initiale qui réunit en seulement deux jours - les 13 et 14 novembre - à la Maison des métallos une soixantaine de romanciers et d'illustrateurs, et propose de très nombreuses animations. Pour n'évoquer que les tables rondes on en compte trois le samedi et quatre le dimanche. Des "happenings" sont également annoncés dont on ne dit presque rien sinon qu'ils auront lieu "jour et nuit", et qu'ils se rapporteront, par exemple, au trentième anniversaire de l'association 813. Le 7e art occupe une place de choix dans ce nouveau festival qui, pour l'occasion, s'est associé au Studio Galande (42, rue Galande - 75005 Paris. Tél. : 01.43.54.72.71).
S'annonçant "européen", le festival l'est en effet qui met à l'honneur un pays de la Communauté européenne dont on peut écrire qu'il est assez peu présent dans le paysage éditorial noir/polar de l'Hexagone : la Grèce - que représentera Pétros Márkaris, un auteur pluridisciplinaire touchant au théâtre, au roman, au scénario cinématographique et à la traduction. Avec cette ouverture méditerranéenne, on remarque en outre que Paris noir se démarque de l'engouement ambiant pour les polars nordiques tandis qu'éditeurs, médias et salons tendent à élargir toujours davantage le boulevard que la "milleniumania" a commencé de creuser.
Aux côtés de Pétros Márkaris, un autre invité exceptionnel contribue à donner son cachet de prestige à Paris noir - français cette fois : Jacques Tardi .
Alléchant par tous les côtés l'événement est du surcroît relayé par un site internet remarquablement complet et détaillé qui, à travers de nombreuses rubriques toutes fort bien renseignées et listées dans un menu clair, incite à la navigation. Pour tout savoir sur Paris noir, le meilleur chemin est à suivre au bout de ce lien...
Appuyés par plus d'une vingtaine de partenaires institutionnels, associatifs et privés grâce auxquels le festival est entièrement gratuit, les organisateurs se sont assurés des soutiens de poids - et de choix. Comment dans ces conditions pourrait-il ne pas perdurer et permettre ainsi au fil des ans à de nombreux pays européens de s'inviter en France en montrant pages noires comme le fait la Grèce en 2010 ?

Liste des auteurs invités :
Romanciers et essayistes : Ingrid Astier, Louis Bayard (USA), Abdel-Hafed Benotman, Stéphanie Benson, Alain Bellet, Laurence Biberfeld, Luc Blanvillain, Antoine Blocier, Anne Calmels, Thierry Crifo, Catherine Diran, Sophie Di Ricci, Emanuel Dadoun, Gilles Del Pappas, Serguei Dounovetz, Laurent Fétis, Marc Fernandez, Dominique Forma, René Frégni, Gilbert Gallerne, Éric Halphen, Jake Lamar (USA), Alexis Lecaye, Thierry Lefèvre, Michel Leydier, Sophie Loubière, Claude Mesplède, Stéphane Michaka, Dominique Manotti, Pétros Márkaris (Grèce), Patrick Mosconi, Xavier Muller, Béatrice Nicodème, Max Obione, Jean-Hughes Oppel, Patricia Osganian, Jean-Bernard Pouy, Gilda Piersanti, Jean-Marc Pitte, Christian Rauth, Sylvie Rouch, Sébastien Rutes, Carlos Salem (Argentine), Jean-Marc Souvira, Marc Villard, Alain Wagneur, Éric Yung.
Illustrateurs et scénaristes de BD : Jacques Tardi, Miles Hyman, Jean-Christophe Chauzy, Marcelino Truong, Claire Le Luhern, Mezzo, Michel Pirus, Periot, Capucine, Libon, François San Millan, Damien May, Nadja, Carlos Pop.

Parmi les invités : Ingrid Astier | Alain Bellet | Abdel-Hafed Benotman | Stéphanie Benson | Laurence Biberfeld | Antoine Blocier | Anne Calmels | Thierry Crifo | Emanuel Dadoun | Gilles Del Pappas | Sophie Di Ricci | Serguei Dounovetz | Laurent Fétis | Dominique Forma | Éric Halphen | Miles Hyman | Jake Lamar | Thierry Lefèvre | Michel Leydier | Sophie Loubière | Pétros Márkaris | Dominique Manotti | Damien May | Claude Mesplède | Stéphane Michaka | Patrick Mosconi | Béatrice Nicodème | Max Obione | Jean-Hugues Oppel | Gilda Piersanti | Jean-Marc Pitte | Jean-Bernard Pouy | Sylvie Rouch | Sébastien Rutés | Carlos Salem | Jean-Marc Souvira | Jacques Tardi | Marc Villard | Alain Wagneur

Pied de page