k-libre - auteur - Sylvie Callet

Luther Grove en avait abattu quatre et cela lui suffisait. Trois avaient reçu une balle entre l'œil et l'oreille et s'étaient effondrés aussitôt ; le quatrième avait décrit une pirouette dans les airs, mort avant de toucher le sol.
Barry Gornell - La Résurrection de Luther Grove
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 20 septembre

Contenu

Sylvie Callet

MAJ mercredi 25 avril 2012
© D. R.

Biographie Sylvie Callet


Naissance à Paris le 13 décembre 1965.
Sylvie Callet est le fruit d'un gamin de Paris (c'est tout un poème) et d'une fleur de Province ni trop grande ni trop grosse ni trop mince d'origine italienne, venue du Sud de la France, là où le temps dure longtemps… et toujours en été.
Paris, c'est une blonde, et c'est pourtant brune que Sylvie Callet y naît, le 13 décembre 1965 vers les 4 heures du mat', à l'heure où Paris s'éveille. Le feu du sagittaire, l'eau du scorpion. Qui sera champion ? Suspens...
Elle vit avec ses parents au 13,  rue Pouchet, dans le 17e. Elle décide que le 13 c'est son porte-bonheur, un petit chiffre avec un cœur. Tata, sa nounou, la cajole, Papa vélo lui joue de la mandoline, son père invente pour elle mille histoires et son parrain écoute sans se lasser ses incessants babillages. Paroles, paroles...
Et puis Zorro est arrivé ! Ah non, c'est un petit frère. Pour lui, elle réinventera l'étymologie, entre autres galéjades. Pourquoi se mentir, est-ce un jeu, un plaisir ? Euh, faut bien avouer que oui.
Mais bon, à quatre dans une seule pièce, c'est pas la joie ! Persuadée que la misère serait moins pénible au soleil, la fleur de Province décide de regagner son Sud natal en embarquant mari et enfants. Sylvie Callet doit quitter sa chère nourrice et son école Freinet. Adieu, maîtresse, adieu ! À cinq ans, elle se retrouve à Toulon, où la mer a des reflets d'argent, parfois changeants, et elle se plaît bien sous le climat qui fait chanter tout le Midi, sous le soleil qui fait mûrir les ritournelles...
Pour oublier l'Air de Paris, elle se plonge dans les livres : bibliothèque rose, verte, en rouge et noir. Très vite, le Club des 5 n'a plus de secrets pour elle. Elle voudrait être Claude qui traîne partout avec elle le gentil Dagobert. Du coup, à l'âge de sept ou huit ans, elle commence à écrire des polars... d'au moins trois pages. Elle aurait voulu être un héros !
Plus tard, elle commet quelques poèmes : "Je suis un poète, je rêve et je flashe sur les lueurs du liquide vaisselle".
En attendant l'inspiration, elle joue la comédie sur les planches de théâtres scolaires. Une expérience qu'elle poursuivra à l'âge adulte. Elle ne se voit pas en haut de l'affiche, c'est juste pour le plaisir, s'offrir ce qui n'a pas de prix, un peu de rêve à notre vie.
Avec son parrain, elle fréquente l'opéra de Toulon ; seule, elle écrit et rêve sur le port. À Toulon, tous les matelots sont bien les plus beaux... sous leur col bleu plus bleu que l'Azur radieux. Et parfois, elle s'en va siffler sur la colline.
Lorsqu'elle a dix-neuf ans, y a le printemps qui chante ! Elle se marie et s'exile dans le Pays de Gex, entre France et Suisse. Mamma mia ! En plus, elle a blondi – de façon tout à fait naturelle. Oui, oui, gaussez-vous ! De toute façon, Faut rigoler, faut rigoler avant qu'le ciel nous tombe sur la tête.
Quelques années et deux beaux enfants plus tard, Capri c'est fini. Elle a dû se gourer dans l'heure, elle a dû se planter dans la saison. Elle se retrouve à Bellegarde-sur-Valserine, où le théâtre la rattrape, et même la mise en scène. Viens voir les comédiens, voir les musiciens, voir les magiciens… C'est la fête, elle s'éclate quand la musique est bonne – elle adore danser. Elle galère pas mal aussi. Dans sa vie y a beaucoup trop de pourquoi et pas assez de parce que. Elle enchaîne les petits boulots puis elle cède à nouveau aux sirènes de l'amour sous les traits d'un sculpteur Lyonnais : "Viens, viens avec moi !". À trente-cinq ans, elle le suit avec ses enfants à Villefranche-sur-Saône.
Son mari artiste la pousse et l'aide à réaliser son rêve. Car, contrairement à Johnny, elle n'a pas perdu l'envie d'avoir envie !
Elle se jette donc à corps perdu dans la marmite magique de l'écriture : animation, formation, association, création, tension attention. Résister à tout sauf à la tentation, tel est désormais son adage. Pas toujours facile. Les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux. Parfois elle désespère : "Même en cent ans, je n'aurai pas le temps de tout faire. D'autres fois elle jubile : "Ça plane pour moi !" Ou elle pète carrément un câble : "Il est venu le temps des cathédrales". Bref, elle s'aperçoit que le moral d'un écrivain, ça s'en va et ça revient, c'est fait de tous petits riens... Car ça y est, non seulement elle fait écrire mais elle écrit : des romans, un livre-témoignage sur des ados rencontrés en maison d'arrêt - en regardant le mur de la prison d'en face, elle imagine à sa place les grillages ouvragés d'un parc abandonné - des polars humoureux. Et tous ses livres sont publiés ! Petit tirage, certes, mais beau mirage. Cependant, Sylvie Callet ne perd pas de vue que tout ceci est juste une illusion. Même si c'est merveilleux de pouvoir faire ce qu'on aime et essayer de le faire bien, elle n'oublie pas que la vie c'est un manège et que rien, non rien, ne remplace jamais les rires des enfants et les mistrals gagnants.
En 2011, elle publie l'ultime volet de sa trilogie, toujours aux Presses du Midi, Le Vin des Maures.



Présence à un festival :

2012 : Le Polar est dans le Pilat

Bibliographie*

Romancier :

Actualité

  • 04/11 Édition: Parutions de la semaine - 4 novembre
    Les parutions de la semaine proposent leur lot de surprise et de résurgences de héros. Ainsi, Anthony Horowitz propose le retour de Sherlock Holmes alors que Don Winslow s'intéresse à celui de Nicholas Hel (l'espion assassin est bien moins connu que le détective anglais). Il en est de même pour Eric van Lustbader avec Jason Bourne, et Frédéric Lenormand avec le juge Ti mais ils n'en sont pas à un coup d'essai. Pour le reste, il y en a pour tous les gouts. Folio policier réunit en un seul volume les principaux romans de Caryl Férey. Omnibus propose une séléction essentielle de Maigret. Rayon poche, l'on ne saurait manquer de vous conseiller la réédition du Crépuscule des stars, de Robert Bloch. Coup de cœur de la semaine.
    Faites votre choix :

    Grand format :
    Pièces détachée, de Pieter Aspe (Albin Michel, "Romans étrangers")
    Vilaine fille : une plongée dans l'enfer du décor, d'Olivier Bonnard (Michel Lafon)
    Le Testament des abeilles, de Natacha Calestrène (Albin Michel, "Thrillers")
    Le Vin des Maures, de Sylvie Callet (Presses du Midi)
    Le Crabe vert vous salue bien, de Roger Coupannec (D'Orbestier, "Carbone")
    San-Antonio. 9, de San Antonio (Robert Laffont, "Bouquins")
    Instinct de survie, de Jeffery Deaver (Les 2 Terres)
    Le Premier appelé, de Christian Ego (Le Toucan)
    L'Enfant du premier matin, de Nicolas Estienne d'Orves (XO)
    Le Chat dans l'horloge, de Xavier Gardette (D'Orbestier, "Noir")
    La Maison de soie, d'Anthony Horowitz (Calmann-Lévy)
    Le Troisième pôle, de Guillaume Lebeau (Marabout)
    Meurtre sur le fleuve Jaune, de Frédéric Lenormand (Fayard, "Policier")
    La Poursuite dans la peau : objectif Bourne, d'Eric van Lustbader (Grasset, "Grand format")
    La Ville des enfants perdus, de Jennifer MacMahon (Belfond, "Noir")
    Les Confessions du diable, de Hubert Monteilhet (De Fallois)
    Jude R., de Shake Mouradian (XO)
    Mortel management. 2, La Valse des souris, de Christian Oyarbide (Pascal, "Nero")
    Le Sabre du condamné, de Ingrid J. Parker (Belfond, "Noir")
    La Faute du cochon, de Leif G. W. Persson (Rivages, "Thriller")
    Les Essentiels de Maigret, de Georges Simenon (Omnibus)
    Jeu de piste, de Marcel Theroux (Plon, "Feux croisés")
    Le Livre noir des mythes et légendes modernes, de Alasdair Wickham (Original Books)
    Satori, de Don Winslow (Jean-Claude Lattès)

    Poche :
    INRI. 3, Illuminati nantais, de Jean-Pierre Bathany (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    L'Assassin du canal, de Sandrine Berthier (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Le Crépuscule des stars, de Robert Bloch (Rivages, "Noir")
    Triple meurtre à Hazebrouck, de Philippe Declerck (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    L'Empoisonneuse de Ptah, de Paul Charles Doherty (10-18, "Grands détectives")
    Saga maorie, de Caryl Férey (Folio, "Policiers")
    Theodore Boone : enfant et justicier, de John Grisham (Pocket)
    Ask No Question, de Janice Hally (Didier, "Paper planes")
    Le Projet Bleiberg, de David S. Khara (10-18, "Domaine policier")
    L'Africaine du Havre, de Léo Lapointe (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Rennes au galop, de Firmin Le Bourhis (Alain Bargain, "Enquête & suspense")
    The Mannequin and the Monkey, de R. M. Morris (Didier, "Paper planes")
    Dernière escale, de James Patterson (LGF)
    Un Noël plein d'espoir, de Anne Perry (10-18, "Grands détectives")
    Comme dans un rêve, de Leif G. W. Persson (Rivages, "Noir")
    Nice mafia song, de Genevève Roussel (Baie des anges, "Noir Méditerranée")
    Pas de pitié pour Martin, de Karin Slaughter (LGF)
    Liens : Le Projet Bleiberg |The Mannequin and the Monkey |Satori |Pieter Aspe |Robert Bloch | San-Antonio |Jeffery Deaver |Philippe Declerck |Paul Doherty |Caryl Férey |Xavier Gardette |Anthony Horowitz |David S. Khara |Léo Lapointe |Guillaume Lebeau |Frédéric Lenormand |R. N. Morris |I. J. Parker |James Patterson |Anne Perry |Leif GW Persson |Georges Simenon |Don Winslow |Jean-Pierre Bathany |John Grisham

  • 17/04 Café littéraire: Papyrus noir à Villefranche-sur-Saône
  • 26/11 Édition: Parutions de la semaine - 26 novembre
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page