Les Caves du Majestic

Elle me manque, ajouta-t-il avec une certaine gravité. Chacun de nous a besoin d'un ou une amie qui ose lui dire ce qu'il n'a pas envie d'entendre.
Deborah Crombie - La Loi du sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Rouge ou mort
Ce n'est pas du noir, mais notons tout de même que le mot "mort" est dans le titre. Ce n'est pas ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 23 octobre

Contenu

Roman - Policier

Les Caves du Majestic

MAJ mardi 10 août 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,6 €

Georges Simenon
Paris : Folio, juin 2010
214 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-030450-9
Coll. "Policier", 590
Une enquête du commissaire Maigret

Ce qu'il faut savoir sur la série

Le commissaire Jules Maigret, du fameux quai des Orfèvres, est apparu en 1931 dans Monsieur Gallet décédé, première immixtion d'un personnage qui traversera l'œuvre de Georges Simenon pendant quarante et une année. Jusqu'en 1972, date de la mise en retraite littéraire de son créateur et par là-même du commissaire qui se retire à Meung-sur-Loire avec sa bobonne de femme..
Marié à Louise, une Alsacienne, habitant au 130, boulevard Richard-Lenoir dans le XIe arrondissement de Paris, Maigret, la quarantaine, au physique imposant, au levé de coude professionnel et à la pipe remarquable, est un commissaire au discernement d'autant plus sûr qu'il se remet toujours en question. Maigret ne juge pas. Il observe, il comprend, il conclue. Le tout avec méthode. Quand vient l'heure de cuisiner un suspect, un coupable, il envoie un de ses fidèles lieutenants chercher des sandwiches au jambon et des bières à la brasserie d'en face car quand même il faut bien des munitions.

Le passé nous ratrappe toujours

Il s'en passe de belles dans le sous-sol du Majestic. Un matin, dans un casier du vestiaire, Prosper Donge découvre le cadavre encore chaud d'une riche cliente américaine. Sa mort, bien sûr, est tragique, mais la première question que se pose Maigret est : que faisait-elle ici ? Confronté à deux mondes distincts, Maigret va également devoir jouer sur du velours, car le mari de la morte (qui au passage n'était pas parti en voyage d'affaires comme il l'avait dit à sa femme) par l'entremise de son consulat s'est mis un juge d'instruction dans la poche. Il faudra donc chercher parmi les pauvres gens le coupable idéal : par exemple Prosper Donge. D'autant qu'il connaissait la victime, et plutôt bien, au point d'avoir eu un enfant avec (bon, il faut avouer qu'il l'ignorait)... Mais Maigret est un provocateur, adepte du coup de poing et du pied dans le plat. Alors, il suit son instinct, fouille, désarçonne, et enfin révèle.
Les Caves du Majestic n'est pas sans rappeler par son ambiance le film Gosford Park. Deux mondes coexistent dans la plus totale indifférence un peu à l'instar d'une tour, où l'ascension sociale est symbolisée par l'étage où l'on habite. Au Majestic, les fourmis du sous-sol s'activent. Mais elles ont toutes leurs petits secrets, leur double-identité, des vies antérieures qui des fois rejoignent celles des riches des étages supérieurs. Et pourtant, l'anonymat est de rigueur puisque l'on ne connait pas les noms mais simplement les numéros des chambres. Maigret s'installe, hume, observe, interroge, conserve l'œil qui fait sentir à l'autre qu'il sait, qu'il y a quelque chose de caché qu'il va de toute façon découvrir quitte à devoir se déplacer à Cannes, voir de vieilles entraîneuses, découvrir du sordide, des drames familiaux, des manipulations et des trahisons.

Citation

- Du nouveau, patron ?
Qu'est-ce que Maigret aurait pu répondre ? Il était soucieux, saumâtre. On aurait dit que le printemps l'irritait au lieu de le dérider.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 06 août 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page