Le Dictionnaire de l'argot et du français populaire

- Je ne veux pas que ces types dans les fourgons meurent, dit Parker, mais je ne vais pas avoir beaucoup de temps à perdre avec eux. - C'est vrai aussi. - On leur laissera le choix, c'est tout.
Richard Stark - À bout de course !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Dictionnaire - Policier

Le Dictionnaire de l'argot et du français populaire

Enquête littéraire MAJ lundi 02 août 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 19,9 €

Jean-Paul Colin
Avec la collaboration de Jean-Pierre Mével & Christian Leclère
Préface d'Alphonse Boudard
Paris : Larousse, février 2010
976 p. ; 24 x 17 cm
ISBN 978-2-03-585299-1
Coll. "Les Grands dictionnaires"

De l'abattage au zouave : l'argot sur le devant de la scène

"Les Grands dictionnaires Larousse" publient dans une nouvelle édition augmentée et mise à jour le Dictionnaire de l'argot et du français populaire avec des expressions tout droit tirées de la littérature il va s'en dire essentiellement populaire. Dans sa préface à la première édition, le grand Alphonse Boudard ose dire tout haut ce que les autres font tout en bas ou du moins vers le triangle nostalgique de Léo Ferré : "Une langue vivante est toujours en mouvement". Avant de regretter que l'argot tende à s'éroder encore plus vite que n'importe quelle langue vivante, et d'y aller de ses valda ou de ses roycos - c'est qu'il y a trente ans, la publicité servait aussi de source d'inspiration aux voyoux. Par la suite, il nous brosse un historique rapide de l'argot et de son évolution. Une préface simple mais efficace. C'est tout ce qu'on lui demandait. La suite est un long travail mené par Jean-Paul Colin initié par le Dictionnaire historique des argots français, de Gaston Esnault, et le résultat se veut une "expression de la nécessaire rencontre entre l'énorme matériau verbal des marginalités individuelles et collectives, et leur observation minutieusement clinique, nous voulons dire linguistique". Avec près de dix mille entrées qui couvrent la langue française depuis Péchon de Rudy (1596), mais qui privilégient les XIXe et XXe siècles, le dictionnaire définit les locutions et les met en pratique dans des exemples tirés d'ouvrages. Et ce n'est donc pas une surprise de voir la prédominance de certains auteurs comme Vidocq, Hugo ou plus récemment A.D.G, Simonin et Pouy. Vous pourrez apprendre qu'une cavette est une prostituée qui n'appartient pas au milieu alors qu'un guindal est un verre à boire. Si certaines expressions ou locutions sont restées ("toxico" pour "toxicomane", "train" pour "postérieur"), d'autres se sont littéralement égarées dans les oubliettes linguistiques ("péchon" pour "novice", "gonde" pour "porte"). Il est bien sûr totalement inutile de se mettre en tête de lire d'une traite ce dictionnaire, mais il possède l'effet kiss cool : on l'ouvre au hasard, on trouve un mot imag(in)é, un exemple dans un livre et donc, d'heureuses idées de lecture.

Citation

Une langue vivante est toujours en mouvement.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 27 juillet 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page