Ça aurait pu être le paradis

Parce que mes hommes et moi faisons du très bon boulot. Alors si, de temps en temps, quelques connes de Latinos se font tuer par leur alcoolique de mari, leurs frères, ou je ne sais quel taré de leur espèce, franchement, je ne vais pas en faire un drame. Ma priorité va aux habitants de cette ville, et que tu le veuilles ou non, c'est vers eux que vont tous mes efforts.
Alexis Aubenque - Canyon Creek
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 19 novembre

Contenu

Roman - Policier

Ça aurait pu être le paradis

Psychologique - Vengeance MAJ vendredi 09 juillet 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24 €

Åsa Träff & Camilla Grebe
Någon sorts frid - 2010
Traduit du suédois par Max Stadler, Lucille Clauss
Paris : Le Serpent à plumes, mai 2010
384 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-268-06958-6
Coll. "Serpent noir"

I am watching you...

Une psychothérapeute vit seule avec son chat Ziggy dans une petite maison, aux grandes portes-fenêtres donnant sur la forêt, en bord de mer, tout près de Stockholm où elle reçoit ses patients. On devine dès les premières pages qu'elle n'a pas toujours vécu seule mais on n'apprendra que peu à peu ce qu'est devenu son ancien compagnon Stefan. À la première personne du singulier, Siri raconte son quotidien empreint de solitude et de mélancolie, au rythme de ses consultations dans le cabinet qu'elle partage avec son amie Aïna et Sven. Puis un matin, une de ses patientes, la jeune Sara, est retrouvée sans vie, nue sur le rocher où elle a l'habitude de s'étendre après un bain, au fond de son jardin. Le début d'enquête menée par Markus, le policier si prévenant, révèle que Sara ne s'est pas noyée mais a bel et bien été assassinée. Ce meurtre a-t-il un lien avec Siri ? A-t-elle des ennemis ?

On imagine très bien cette petite maison la nuit toutes lumières allumées, éclairant la forêt. On s'imagine très bien dans la peau du voyeur qui observe la psy en train de s'envoyer sa bouteille de vin rouge pour noyer son mal être. On imagine très bien le chat entrant et sortant par la chatière, le bruissement des feuilles des arbres, le clapotis de l'eau sur les rochers. On imagine très bien la chaleur de cet été déclinant, le calme des environs de Stockholm, la solitude de Siri la psy. Les auteurs développent un vrai talent pour instaurer une ambiance suspicieuse et pesante. Et tel un plongeur sous-marin, on s'imagine être descendu trop profondément et avoir perdu tout sens d'orientation, ne sachant plus comment remonter à la surface pour reprendre son souffle et respirer l'air pur. On doute de tout et de tout le monde jusqu'au final libérateur.


On en parle : La Tête en noir n°145

Citation

Ce n'est que là que je la vois : la petite flaque brillante juste devant le seuil de la maison, la preuve du passage de quelqu'un d'autre... C'est une trace de pas.

Rédacteur: Axelle Simon samedi 03 juillet 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page