Le Voyage des cendres

Si un malade ne meurt pas, ce n'est pas grâce aux soins qu'il reçoit.
René Belbenoit - Guillotine sèche
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Rouge ou mort
Ce n'est pas du noir, mais notons tout de même que le mot "mort" est dans le titre. Ce n'est pas ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 28 août

Contenu

Bande dessinée - Noir

Le Voyage des cendres

Hard boiled - Anthropomorphisme MAJ lundi 24 mai 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 10,4 €

Sokal
Sokal (illustrateur)
Paris : Casterman, mai 2010
48 p. ; illustrations en couleur ; 31 x 23 cm
ISBN 978-2-203-03029-9
Coll. "Ligne rouge"
Une enquête de l'inspecteur Canardo, 19

Ce qu'il faut savoir sur la série

Canardo est un canard privé en trench coat. Il erre dans la vie, désabusé, et hante les bistrots où bien souvent il croise son ami, le commissaire lapin Garenni.

Belgique déconnexion

Van Bollewinkell, un mafieux belge qui a vaincu les Siciliens et s'est implanté aux États-Unis s'est résolu au suicide pour éviter la joie d'avoir sa peau aux métastases qui le rongeaient. Il avait su amener un sang neuf et un style différent à l'austère Camorra sicilienne avec une mafia joyeuse et bon enfant à l'image de sa Belgique natale. Ultime pied-de-nez, il laisse à ses petits-enfants, deux adolescents jumeaux qui passent leur temps à se curer le nez (Harry) ou à avoir un air de morue décervelée (Monica), une fortune colossale à condition qu'ils aillent personnellement balancer ses cendres quelque part au-dessus de son pays natal sinon tous ses biens iront à ses ex-associés.
Un testament comme ça, c'est du genre à mettre le feu aux poudres. D'ailleurs, à peine le temps de respirer que le chauffeur de la famille saute avec la voiture. Enfin, les deux jeux jumeaux débarquent en Europe et sont remis à Canardo, cousin de la veuve éplorée – enfin presque - pour un voyage en voiture jusqu'en Belgique. À partir de là, c'est un véritable jeu de piste auquel les jumeaux et Canardo sont conviés, et où viennent se greffer une gouvernante sexy et à cheval sur l'orthographe, la pluie, la boue, les pannes d'essence, l'Atomium de Bruxelles, des pédophiles perdus dans le trou du cul de la Belgique, des attardés, des flingues, des suiveurs en voiture, et la pègre locale car "on n'est pas en Sicile… on est en Wallonie…" mais en terre flamande. "Alors ça est la guerre."
Dix-neuvième aventure du privé canard le plus connu du monde, même avant Gédéon, Le Voyage des cendres est à la bande dessinée anthropomorphique ce qu'Astérix chez les Belges est à la bande dessinée gauloise. Il y a de l'humour belge d'hier et d'aujourd'hui en veux-tu en voilà qui reprend toutes les images de Rochemort (ville jumelée spirituellement avec Épinal en France) possibles et imaginables. Inutile de dire que Sokal n'œuvre pas particulièrement pour l'unité du pays en ces temps difficiles même si tant les Flamands que les Wallons en prennent pour leur grade dans une bande dessinée où les cases sont moins bruyantes et plus claires que d'habitude. Mais l'effet garanti est là, et dans un ultime rebondissement digne d'un bon Chandler, Sokal nous offre une fin morale… ou pas !

Citation

- On n'est pas en Sicile... on est en Wallonie...
- Et alors ?
- Alors ça est la guerre...

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 13 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page