Pierre qui roule

Cette incursion dans l'industrie du sexe et d'Internet permet ainsi à la mafia d'avoir un pied dans le monde high-tech qui engendrera les richesses de demain.
Jean-François Signer - Les Sociétés secrètes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 octobre

Contenu

Roman - Insolite

Pierre qui roule

Braquage/Cambriolage MAJ jeudi 08 octobre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8,5 €

Donald Westlake
The Hot Rock - 1970
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Alexis G. Nolent
Paris : Rivages, décembre 2006
302 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1616-8
Coll. "Noir", 628
John Archibald Dortmunder, 1

Ce qu'il faut savoir sur la série

John Archibald Dortmunder, chômeur invétéré, est le plus malchanceux des cambrioleurs de New York. Ses plans géniaux sont assujettis aux aléas de la ville. Un magasin qui déménage et c'est une affaire rondement menée qui s'écroule. À ses côtés, sa compagne, May, caissière chez Bohack, et toute une clique de spécialistes des casses qui se réunissent au O.J. Bar & Grill d'Amsterdam Avenue. Là, officie le barman Rollo qui nomme tout ce beau monde par ce qu'il boit. Ainsi Dortmunder se voit affublé d'un "double-bourbon-glacé", pendant que Stan Murch, le chauffeur, est doté d'un laconique "bière-et-sel", parfaite injure au mercantilisme d'un bar : le sel sert à faire mousser une bière que l'on tient à faire durer ! Ensemble, la vie n'est pas banale et le moindre coup prend des proportions dantesques, mais jamais ils ne perdent de vue leur objectif.

Et pourtant elle roule

Après une sortie de prison mouvementée (absence de kleenex, revente de sa cellule avortée et retrouvailles non espérée avec son "ami" Kelp), Dortmunder se prépare à organiser le casse d'une exposition sous haute surveillance pour récupérer un diamant qui appartient à un petit état africain et non à l'autre qui le possède et le montre à tous. Comme à son habitude, les choses se préparent avec minutie. Le plan est déroulé ; il ne reste plu qu'à ce qu'il se déroule sans accroc. C'est sans compter sur ces foutus aléas qui font qu'une pierre ça roule, ça s'avale, ça se chie, ça se cache et ça se fait dérober par plus filou que soit. Bref, ce n'est pas un casse que Dormunder va être obligé de faire mais des casses, tous plus ardus les uns que les autres. Tous dans un univers à chaque fois plus inimaginable. Pensez donc qu'il va falloir s'introduire par exemple dans un commissariat !
Pour la première des nombreuses aventures de Dortmunder, le ton est donné. Lui, il est plutôt tendance Droopy. Avec une once de Rocambole. De gaudriole. De babiole. Et surtout de dégringole. Après, Donald Westlake pose les jalons de son écriture. Avec soin et souci de la répétition et des descriptions à outrance. Jouissif à souhait, le roman décline en six phases ce que seront ses suivants. De l'humour, de l'absurde et de la triste bonne humeur avec des fins immorales au possible. À tous ceux qui se demandent où a bien pu finir ce joyau, la réponse se trouve dans l'objet-livre même. Tout le monde peut le tenir entre ses main.

Citation

Vous voir franchir cette porte, sachant que jamais plus vous ne déraperez, que jamais plus vous ne déraperez, que jamais plus vous ne serez enfermé ici, et penser que je suis ici un peu pour quelque chose dans votre réinsertion, vous ne pouvez pas imaginer quel plaisir c'est pour moi.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 06 octobre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page