Le Cul des anges

Ce qui me pousse à écrire, ce n'est pas l'envie de changer le lecteur, mais plutôt de lui faire savoir qu'il peut changer. J'écris sur la vie, sur la mort, sur l'amour et toutes les façons de le gâcher – et d'en réchapper.
Dan Fante - Dommages collatéraux : l'héritage de John Fante
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Roman - Noir

Le Cul des anges

Tueur à gages - Mafia MAJ vendredi 07 mai 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,5 €

Rencontres explosives

Pour Dimitri, les choses sont simples, il a l'argent et la photo de la personne à buter, il ne lui reste plus qu'à récupérer son arme à la consigne automatique pour exécuter son contrat. Lui qui trimballe "une solide réputation de froideur efficace" va voir les ennuis débouler à la consigne automatique, où il se fait voler le sac qu'il était en train de sortir...
Pour Henri-Pierre les choses sont simples : il va récupérer le pognon habilement (croit-il) piqué à ses associés (un ignoble commerce) et se barrer avec Astrid, "hors d'atteinte. Dans un pays sans extradition possible." Mais les ennuis arrivent, sous la forme de son ancien boss et de son redoutable tueur "un Gurkha réchappé de l'enfer"...
Pour le commandant Valentine, "nom de code 'Funny' sur le net", les choses sont simples : il va récupérer aussi sa part de pognon, se débarrasser de son escorte, le sergent Taylor Meade, un géant noir issu du Bronx, et disparaître sans laisser de traces. Mais les ennuis commencent lorsqu'il n'arrive pas à le buter...
Pour Lola et son groupe, les choses sont simples : jouer, se faire plaisir et faire plaisir à leur public, mais les ennuis vont débarquer avec JC Héron et son plan com...
Nous sommes à Antibes, il fait beau et chaud, le hasard va faire se télescoper tout se beau monde et le résultat va être digne du feu d'artifice du 14-Juillet.
Avec ce neuvième roman, Benjamin Legrand frappe fort. Il entame son intrigue comme un film catastrophe avec de premiers courts chapitres consacrés aux différents personnages (mais le tout avec – déjà – de l'action). Ensuite, il tisse habilement sa toile et les liens (qui peut croire que ce sont des coïncidences, il n'y a que le talent de scénariste de l'auteur) apparaissent entre les différents protagonistes. Puis vous passez d'un palace (dévasté par un chien) à une résidence luxueuse (qui finira mal), avec une partie de boules au milieu et une belle vue sur la baie d'Antibes, et l'histoire s'accélère. Il y a du style ("Il y avait tellement de duplicité dans chacun de ces deux regards qu'on aurait pu en extraire le gène de la fourberie"), de l'action, de l'entrain, de la densité dans les personnages... rien ne manque à cet excellent roman qui finira certainement dans les listes des meilleurs polars de l'année.


On en parle : Carnet de la Noir'Rôde n°44 |La Tête en noir n°144

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman français 2010

Citation

Enfin, il va pouvoir se mettre au travail, localiser sa cible et, peut-être, frapper le jour même.

Rédacteur: Christophe Dupuis vendredi 07 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page