Fond de cale

Un mineur, ça se retrouve. Et en dix coups de ceinturon, il nous aura dit où est le milliard.
Jean Vautrin - Canicule
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 06 juin

Contenu

Nouvelle - Noir

Fond de cale

Social MAJ dimanche 02 mai 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 9,99 €

Caryl Férey & Sophie Couronne
Paris : Après la lune, avril 2010
144 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-35227-043-0
Coll. "L'Invitation au noir"

Un partout, balle au centre

Caryl Férey a invité sa comparse Sophie Couronne pour un recueil de quatre nouvelles. Leur association est une évidence. Ils partagent tous les deux un art du portrait parfaitement maîtrisé et une inclination pour les personnages humains, bancals, à la marge. Tout en subtilités, ils savent, par des mises en situations judicieusement choisies, peindre des tableaux plus éloquents que bien des lourdes descriptions statiques. Tour à tour poignants ("Fond de cale"), féroces et sans concession ("La Décalcomanie"), hilarants ou pathétiques ("L'Âge de pierre").
Alors bien sûr, ces quatre textes ne sont pas tous de la même valeur. Si "L'Âge de pierre" est sans conteste la meilleure nouvelle du recueil, ingénieuse et jouissive, "Fond de cale", en dépit de son style superbe et de sa poésie urbaine, laisse une impression de déjà-vu. Si "La Décalcomanie" est un texte parfaitement maîtrisé et qui devrait être étudié dans les classes tant les portraits y sont réussis, Djeddah souffre d'un mélange des genres qui nuit quelque peu à sa lecture.
Ces – minces – réserves étant posées, force est de reconnaître le talent, la puissance du style et le souffle de l'évocation de ces deux compères dont on attend avec intérêt les nouvelles productions, communes ou en solo.

NdR - Le receuil comprend les nouvelles suivantes : "Fond de cale" & "L'Âge de pierre" (Caryl Férey) ; "La Décalcomanie" & "Djeddah" (Sophie Couronne).

Citation

Mon frère n'avait pas mérité ça. L'injustice l'étranglait, il en avait les veines qui s'asphyxiaient. Il allait crever derrière la haie, seul.
Et avec la chance qu'il avait, on allait faire les cons avec son cadavre.

Rédacteur: Maxime Gillio dimanche 02 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page