Turpitudes

Le mec qui entre est un Blanc [...], les yeux comme des télés en panne. [...] Il a l'air d'avoir fait quelques séjours en enfer et peut-être même d'avoir aimé ça.
Tony O'Neill - Notre-Dame du Vide
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Roman - Thriller

Turpitudes

Social - Arnaque MAJ mercredi 11 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 6,5 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Olivier Bocquet
Paris : Pocket, avril 2010
352 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-266-20071-4
Coll. "Thriller", 14286

Un sombre Feydeau

François est prof de maths par obligation. Ancien chef d'entreprise, sa flamboyante start-up a fait faillite lors de l'éclatement de la bulle informatique. Robert Martin est Maire de Fontainebleau. Ancien combattant d'Algérie, il accumule les magouilles sans jamais mettre les mains dans la fange. Le sale boulot, il en laisse la charge à Fisher, son homme de main. Elias est un black de banlieue qui vit dans sa voiture et qui survit en dealant de l'herbe et en trafiquotant. Le jour où Robert surprend Elias en train de le cambrioler, il ne lui laisse pas le choix. Il va devoir bosser pour lui et accomplir une mission. Mais quand rien ne se passe comme prévu, les turpitudes commencent.
Ce roman est un thriller qui prévaut par son originalité. On assiste à un véritable chassé-croisé entre les différents membres de deux familles et un noir de banlieue un peu paumé. François est marié à Catherine. Catherine couche avec Robert. Robert emploie Elias. Elias menace François. Éva, la femme de Robert est suivie par un psy. Rachel, la fille de Robert est l'élève de François et l'amie de son fils Frédéric. Au milieu de tout ça, trois cent mille euros, une ville dont les égouts refoulent, et les sombres affaires de Fisher qui font surface.
Olivier Bocquet signe un roman puissant, un thriller vaudeville, où le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer. On identifie très facilement les personnages, la psychologie de chacun ayant été soigneusement travaillée. Les dialogues sont d'un incroyable réalisme, ce qui contribue à porter le lecteur de bout en bout sans jamais lui laisser de répit. Au regard de tous ces éléments, pas surprenant que ce roman ait été lauréat du premier Prix Thrillermania, décerné par plus de quarante mille internautes.

Citation

Le loup solitaire recherche un chef qui lui dise quoi faire, qui lui indique la direction. Le jeune de banlieue était un loup dégénéré. Un bâtard galeux, prêt à suivre le premier meneur venu, avide de se nicher sous la domination d'un mâle plus puissant que lui.

Rédacteur: Fabien Hérisson vendredi 09 avril 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page