Tueuse

On peut choisir ceux avec qui l'on va passer sa vie, mais on ne peut pas choisir ce qu'ils deviendront.
David Vann - Désolations
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 juin

Contenu

Bande dessinée - Noir

Tueuse

Psychologique - Tueur à gages MAJ dimanche 19 décembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 15 ans

Prix: 15,5 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Damien May (scénario & dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Annie Barrière
Vincennes : Des ronds dans l'O, janvier 2010
120 p. ; illustrations en noir & blanc ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-917237-08-3
Coll. "Polar"

Famille tueur à gages : la fille.

Elle s'appelle Yolanda, ou Alicia, ou Amanda. À chaque coup de téléphone, son prénom change. Au bout du fil, Onetti. C'est lui qui la baptise, c'est lui qui désigne ses futures victimes : cette jeune femme au prénom interchangeable est une tueuse à gages, extrêmement douée, qui n'a pas son pareil pour approcher ses cibles, et les exécuter, à mains nues. Dénuée de tous sentiments à l'égard de ses victimes, elle réserve un peu de chaleur humaine pour Zan, une prostituée noire qui semble être sa seule amie, et pour Léa, sa chatte. Mais Zan disparaît...

Pour sa première bande dessinée, Damien May a choisi la voie de l'adaptation, celle d'un roman d'Annie Barrière, dont il a gardé la trame et l'intégralité des dialogues. La sécheresse des phrases, en particulier dans la voix intérieure de la tueuse, et la verdeur des dialogues donnent un ton spécialement âpre à cet album. Le trait de Damien May, au pinceau et à l'encre, entre en parfaite résonance avec les mots de la tueuse. Il est impossible de ne pas penser à Edmond Baudoin à la lecture des pages, à la fois au regard du style graphique de l'auteur mais également à l'égard de la personnalité affirmée de l'exécutrice, femme occupant la place centrale de l'œuvre. Si l'expression roman graphique signifie vraiment quelque chose, c'est dans un album tel que celui-ci qu'elle prend réellement son sens. Le côté littéraire de la bande dessinée y égale le versant visuel et trouve un équilibre trop rarement atteint dans cette appellation un peu fourre-tout que semble être le roman graphique. Damien May, nouvelle plume du noir en cases, fait en tout cas une entrée remarquée dans le genre.


On en parle : Alibi n°2

Nominations :
Prix Cognac Meilleur Album BD One Shot 2010

Citation

J'essaye de remettre mes idées en place. Je me sens prise de court et j'ai horreur de ça. Je la revois dans sa maison, la nuit. C'était un jeu d'enfants de la dégommer, comme à la foire. À présent elle est assise à ma table. Elle boit dans mon verre. Elle crâne.
- Madame, je vous ai reconnue tout de suite. Je crois deviner pourquoi vous êtes ici.

Rédacteur: Frédéric Prilleux lundi 05 avril 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page