La Rançon du roi Jean

C'est à cause de Ruth. Chase et moi ne nous sommes encore jamais disputés ainsi et c'est sa faute. J'ai été assez naïve pour croire que les choses pouvaient vraiment changer mais, une fois de plus, elle a des ennuis et elle en crée encore davantage.
Roz Nay - La Sentinelle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 18 juillet

Contenu

Roman - Thriller

La Rançon du roi Jean

Politique - Historique - Complot MAJ mercredi 17 janvier 2024

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,6 €

Jean d'Aillon
Paris : 10-18, janvier 2024
576 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-08281-7

Le bon vieux temps

Parfois, on se plaint de la situation politique française actuelle, des chamailleries et des egos insupportables. Mais si nous remontons jusqu'en l'an de grâce 1360, la situation n'est guère plus agréable. À cette époque, le roi de France qui ne gouverne plus que sur une portion réduite du territoire, qui a même accepté de signer un traité qui le prive d'une grande partie de son pays, est en plus prisonnier en Angleterre. Son fils le remplace comme régent mais le père est quand même inquiet qu'il en profite pour le voler, et les grands seigneurs s'allient aux Anglais ou alors lui jurent fidélité mais le trahissent sans vergogne. De plus, de nombreux mercenaires sans combats se sont regroupés en hordes qui pillent et violent à travers le pays. Toutefois, la situation pourrait s'améliorer car les hommes du régent ont réussi à réunir la rançon qui permettra de libérer le roi. Si la majeure partie de la somme parvient aux Anglais grâce à des lettres de change, une autre partie doit quand même être livrée en monnaie sonnante et trébuchante. Elle se trouve en Italie (le roi a accepté de marier une de ses filles à un riche italien pour l'avoir), et c'est Pétrarque qui est chargé de la ramener à Paris, aidé par un capitaine de Florence. En même temps, il doit rapporter une bague volée sur un champ de bataille au dit roi mais que les aléas des brigandages ont remise entre les mains des Italiens. Pietro de Sangallo, le soldat de Florence, et Pétrarque, accompagnés des nobles de la famille d'Este, dont ils se méfient, sont donc chargés de traverser un grand territoire pour apporter l'argent. Ils savent qu'entre les brigands qui risquent d'être au courant et certains grands seigneurs qui veulent aussi confisquer l'argent afin de mettre en difficulté le roi, le trajet ne sera pas une partie de plaisir. Et c'est sans compter des partisans des Anglais qui trouveraient amusant de confisquer l'argent au passage, le climat enneigé et la peste !... Mais malgré les difficultés, nous allons suivre les aventures mouvementées, les trahisons, les combats de l'écrivain et du soldat pour remplir au mieux leur mission.

Le récit de Jean d'Aillon se déroule en deux parties, une première plus courte évoque de manière précise, à travers les principaux acteurs, les différents protagonistes du drame qui va se nouer et les complots continuels qui gangrènent la France (pour les curieux, l'histoire se situe juste après la mort d'Étienne Marcel, dont il sera question dans la suite, indépendante, de ce roman). Pour les amateurs d'histoire, tout est reconstitué au morceau de cottes de maille dans une série d'explications complexes mais que l'auteur rend vivantes et claires. Le quotidien des voyages, des luttes des difficultés, des brigandages incessants, des hordes de mercenaires, les grandes compagnies, qui parcourent la campagne et la détruisent, sont rendus avec soin. Si l'aspect thriller maintient le tout, avec ses mini-enquêtes sur des traîtres potentiels, des espions et autres échauffourées, l'essentiel est vraiment dans cette description imagée bien rendue, de manière présente à nos yeux, de ce XIVe siècle qui rendrait presque anodines nos violences contemporaines.

Citation

Cionne lui remit la lettre qu'avait laissé le poète. Il allait se lancer dans des explications quand Pietro se rendit compte que leur discussion semblait intéresser des clients en surcote à fleurs de lys. Craignant que ceux-là ne comprennent la langue de Florence, il proposa à ses compagnons de se retrouver dans leur chambre.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 17 janvier 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page