Dope

- Vous êtes très rusé. - Abraham Lincoln l'était aussi. Regardez ce qui lui est arrivé. L'intelligence peut être fatale.
Carl Reiner - Les Cadavres ne portent pas de costard
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 octobre

Contenu

Roman - Noir

Dope

Hard boiled - Disparition - Drogue MAJ jeudi 18 mars 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7 €

Sara Gran
Dope - 2006
Traduit du français par Françoise Smith
Paris : Points, mars 2010
270 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-0953-2
Coll. "Roman noir", 2361

Actualités

  • 19/03 Édition: Parutions de la semaine - 19 mars
    Beaucoup de parutions cette semaine, et de quoi se perdre dans les rayons d'une librairie. Côté auteurs français, Marin Ledun fait son entrée à la "Série noire" alors qu'Hervé Picart remet les pendules de l'Arcamonde à l'heure dans un quatrième volet fort apprécié par Serge Perraud. En poche, Joseph Incardona s'est fait un petit plaisir aux éditions Finitude avec un pastiche de roman noir américain dont nous vous dirons très vite ce que nous en pensons. Alors évidemment ce n'est pas très récent, mais parmi les auteurs étrangers, signalons une réédition d'un roman d'Eric Ambler. Franchement, un des maîtres historiques du roman d'espionnage des années 1940. Pour le reste, à vous de découvrir...

    Grands formats
    Avant la fin du monde, de Boris Akounine (Presses de la Cité "Sang d'encre")
    Les Meurtriers de Dieu, de Jean Depreux (Nouveaux auteurs)
    Nocturne à La Havane, de T. J. English (La Table ronde)
    Appelez-moi Dillinger, de Maurice Gouiran (Jigal "Polar")
    Péchés céruléens, de Laurell K. Hamilton (Milady "Une aventure d'Anita Blake tueuse de vampires")
    L'Été qui ne vient pas, de Steve Hamilton (Le Seuil "Policiers")
    À l'ombre de Dieu..., de Paul Harvall (Presses du Midi)
    Une partie en enfer, de Florian Lafani & Gautier Renault (First "Thriller")
    La Guerre des vanités, de Marin Ledun (Gallimard "Série noire")
    Le Camée anglais, de Madhulika Liddle (Philippe Picquier)
    Complots mathématiques à Princetown, de Claudine Monteil (Odile Jacob "Thriller")
    Que le meurtre soit, de Chris Mooney (Presses de la Cité "Sang d'encre")
    Les Derniers jours de Newgate, de Andrew Pepper (Rivages "Thriller")
    La Pendule endormie, de Hervé Picart (Le Castor astral "L'Arcamonde")
    La Valse des gueules cassées, de Guillaume Prévost (Nil)
    La Tueuse de Hong Kong, de Denis Ravel (La Compagnie littéraire-Brédys)
    La Fille électrique, de Giampaolo Simi (Le Serpent à plumes "Serpent noir")
    De fièvre et de sang, de Sire Cédric (Le Pré-aux-Clercs)

    Poche
    Toulouse-Lautrec en rit encore, de Jean-Pierre Alaux (10-18 "Grands détectives")
    Docteur Frigo, de Eric Ambler ("Rivages "Noir")
    Lune fauve, de Jim Butcher (Milady "Les Dossiers Dresden")
    Scarpetta, de Patricia Cornwell (LGF "Thrillers")
    Julius Winsome, de Gerard Donovan (Points "Roman noir")
    Deus ex Massilia, de André Fortin (Jigal poche "Polar")
    Dope, de Sara Gran (Points "Roman noir")
    Mortes moissons, de Daniel Hernandez (Mare Nostrum "Les Polars plein Sud")
    Un nageur en plein ciel, de Lorent Idir (Rivages "Noir")
    Lonely Betty, de Joseph Incardona (Finitude)
    La Nuit ne viendra jamais, de Joseph d'Anvers (La Tengo "Mona Cabriole")
    Le Temps du loup, de Thomas Kanger (10-18 "Domaine policier")
    Opale, de Stéphane Lefebvre (LGF "Thrilers")
    L'Enfant sans nom, de Amy McKinnon (10-18 "Domaine policiers")
    Speed Queen, de Stewart O'Nan (Points "Roman noir")
    Les Fantômes du passé, de Lhadrung, de Eliot Pattison (10-18 "Domaine policier")
    Le Plancher des algues, de Claude Soloy (Krakoen)
    Le Trésor de Staline, de Gérard Streiff (Krakoen)
    Les Travers du docteur Porc, de Tran-Nhut (Philippe Picquier)
    Les Mystères du prince, de Violaine Vanoyeke (Le Masque "Labyrinthes")
    La Vierge de Bruges, de Patrick Weber (Le Masque "Labyrinthes)
    Mort et vie de Bobby Z, de Don Winslow (LGF "Thrillers")
    Liens : Opale |L'Enfant sans nom |Le Camée anglais |Boris Akounine |Eric Ambler |André Fortin |Maurice Gouiran |Sara Gran |Joseph Incardona |Marin Ledun |Stéphane Lefebvre |Hervé Picart |Gérard Streiff |Than-Van Tran-Nhut |Don Winslow |Madhulika Liddle

Bienvenue dans le monde de la drogue et de la prostitution

Josephine Flinnigan est une ancienne junkie new-yorkaise. C'est pourquoi un couple fait appel à elle pour retrouver Nadine, leur fille. Depuis qu'elle a été virée de l'Université, le règlement est plutôt strict quant à la détention de seringues et de drogues, plus aucune nouvelle n'a transpiré. Mille dollars et la promesse de mille autres ont vite fait de convaincre Josephine, qui reprend vite de vieilles habitudes. À mesure qu'elle s'enfonce dans les bas-fonds et qu'elle se met à la place de Nadine, que les souvenirs resurgissent et que l'ombre de sa sœur à elle plane, elle remonte une pelote de laine sans ce douter qu'une de ses extrémités se trouve être dans la fameuse boîte de Pandore.
Jerry McFall, qui synthétise le proxénète et le revendeur de dope, a fait quelque chose d'encore moins catholique. Il a arnaqué un gars du coin, lui chourant de l'héroïne pure, si l'on en croit les ragots qui circulent. Nadine était la régulière de ses irrégulières du moment. Retrouver l'un, c'est sûrement retrouver l'autre. Sauf que si c'était aussi simple, Josephine Flinnigan serait une vraie détective privée avec un vrai flingue. Pour l'instant, tout ce qu'elle a c'est les flics au cul (comme tout bon détective il est vrai).
Bienvenue dans le monde de la drogue et de la prostitution. Lee Child ne se trompe pas quand il compare Sara Gran à Raymond Chandler. Philip Marlowe version féminine. Sara Gran revisite le hard boiled, déclinant tous ses thèmes : Josephine Flinnigan se prend des coups, des balles, se fait doubler, rouler, dérouler, elle accumule les casseroles, ouvre des portes qu'elle ferait mieux de laisser fermer, écoute les mauvais gens, s'enferme dans des certitudes idiotes et est bornée que c'en est pas possible. Tous les ingrédients sont réunis dans un roman vraiment noir, immersion sombre dans un monde sale qui ne laisse aucune place à la morale.

Nominations :
Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2010

Citation

Tout le monde se sent beaucoup plus concerné par le meurtre d'un homme d'affaires de Cleveland que par celui d'un revendeur de came de New York.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 01 août 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page