La Racine ombreuse du mal

Le monde se mit à tanguer, vira au noir et s'effaça avant de réapparaitre à l'instant où il pénétrait brutalement son vagin desséché par la terreur.
Colleen McCullough - Fleurs sanglantes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Carré des indigents
Pour nos lecteurs les plus jeunes, rappelons que le carré des indigents est l'endroit dans un cimetiè...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 21 janvier

Contenu

Roman - Policier

La Racine ombreuse du mal

Fantastique - Enquête littéraire - Secte MAJ mercredi 27 octobre 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Isabelle Caplet & Simone Soulas
Paris : Maurice Nadeau, octobre 2021
242 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-86231-303-0

Catharsis du catharisme

Henri Montfort, un jeune homme, est retrouvé mort, au milieu de la nature. Il semble s'être suicidé, mais il a absorbé un poison extrêmement rare. Alors pourquoi aurait-il agi ainsi ? Il était jeune et brillant. Cependant, un détail ne colle pas car dans sa bouche on a découvert à la fois des cendres dans sa main droite et dans sa bouche. Le commissaire Louis Gardeur est chargé de l'enquête. Il parvient à mettre ce décès en relation avec d'autres. Il s'avère que c'était toujours des jeunes gens fauchés dans la fleur de l'âge, empoisonnés. En s'appuyant sur un ami du défunt, aidé par la mère qui lui transmet le journal intime de son fils, le commissaire comprend que ces suicides cachent une volonté sectaire, une perversion du catharisme : pousser les jeunes au suicide (ou parfois les y pousser malgré leur volonté) afin de les rendre "parfaits". Juliette, une amie du commissaire, va également l'aider car elle fait des rêves très étranges qui lui donnent des signes lui permettant aussi de se rapprocher du criminel. Mais enquêter au milieu des sectes diverses et des groupements ésotériques variés à partir non de preuves mais d'indices diffus, de songes inaboutis, et de bouts de théories énoncés par une femme étrange qui a une pratique cultuelle au milieu du cimetière du Père-Lachaise est une œuvre difficile.

Le récit d'Isabelle Caplet et de Simone Soulas vise plutôt un lecteur adepte des milieux littéraires jonglant avec les "jeux de l'esprit". Écrit de manière très classique, "compilant" des extraits de journaux intimes, des lettres, un récit plus policier, des aventures, La Racine ombreuse du mal joue avec les concepts, sans forcément les expliciter, esquisse des théories religieuses, avec force, mais sa partie romancée peine un peu plus à convaincre, tant l'histoire est écrasée par les enjeux plus religieux, par la description et les atermoiements des personnages, par une fin qui fera sourire les amateurs de polars plus "sérieux". D'ailleurs, il faut imaginer que ce roman est plus la version érudite, presque surréaliste, d'un roman policier. Il est donc plutôt à recommander aux amateurs éclairés et aux flâneurs rêveurs peu préoccupés par la vraisemblance et l'aspect policier contemporain. Une fiction, quoi...

Citation

Pendant des années, j'ai cherché mon double, mon héritier, capable de tout comprendre et de tout partager, d'accomplir après moi la suite de mon grand œuvre. Je crois l'avoir trouvé. En apprenant mon procès, il saura se reconnaitre et je sais qu'il prendra ma relève.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 27 octobre 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page