Moriarty

... mais aujourd'hui qu'il se savait condamné, injustement condamné, il estimait que cela lui donnait certains droits, y compris celui de se conduire comme une fripouille dans le but d'assurer l'avenir de sa famille.
Jean-Pierre Ferrière - Rictus
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 15 septembre

Contenu

Roman - Policier

Moriarty

Énigme - Pastiche - Disparition MAJ lundi 27 mai 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,5 €

Anthony Horowitz
Scénario adapté de l'œuvre de Arthur Conan Doyle
Moriarty - 2014
Traduit de l'anglais par Annick Le Goyat
Paris : Calmann-Lévy, octobre 2014
358 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7021-5465-6

Pinkerton contre Scotland Yard

Anthony Horowitz nous avait déjà offert une aventure inédite du détective londonien imaginé par Sir Arthur Conan Doyle, La Maison de soie, qui m'avait laissé un avis pour le moins mitigé. Avec Moriarty... - Qui vient de dire "encore un pastiche de Sherlock Holmes !" ? Il est vrai que c'en est un ! Mais un splendide où notre héros cocaïnomane ne sera pas présent, et pour cause : il est mort -, le roman se situe entre la chute "fatale" à Reichenbach et la résurrection de Sherlock Holmes. Nous n'y verrons pas non plus l'inénarrable Docteur Watson. Mais de quoi s'agit-il donc ?
Un corps est retrouvé non loin des chutes et tout semble indiquer qu'il s'agit de celui de Moriarty, et pour cause quand on sait quels subterfuges a utilisé Holmes pour disparaître de la circulation. En plus de deux policiers suisses un peu dépassés par les événements, se trouvent dans la salle où repose le corps un détective en chef de Pinkerton, Frederick Chase, et un représentant de Scotland Yard, Athelney Jones. Les deux hommes s'interrogent. Il est vrai que le comportement de Moriarty défie l'entendement : pourquoi n'a-t-il pas tout simplement tiré sur Sherlock et surtout pourquoi n'a-t-il pas utilisé en protection les services de Morgan, son triste sbire, tireur d'élite ? Quant à Jones, il fait preuve d'un esprit de déduction qui n'est pas sans rappeler le détective de Baker Street. Jones et Chase poussent l'investigation sur le corps un peu plus loin et trouvent dans la doublure de la veste de celui-ci une étrange lettre cryptée que Jones se fait fort de décrypter en utilisant les méthodes de Sherlock dont il a tous les ouvrages (traces de pas, cendres de cigare et cigarettes, etc.). Jones a rencontré deux fois Holmes qui a trouvé la solution des énigmes auxquels il avait été confronté. Watson avait d'ailleurs décrit dans ses nouvelles l'inspecteur dans des termes peu flatteurs. La missive, une fois éclaircie, prouve la présence d'un mystérieux maître du crime américain, Clarence Dereveux, qui s'est exporté à Londres et qui souhaitait rencontrer Moriarty afin de conclure une alliance. C'est la raison de la présence de Chase en Europe. Les Pinkerton ont des comptes à régler avec cet homme, et Chase demande à collaborer avec Scotland Yard. La suite est très maline avec de très beaux retournements de situation et une pesante présence de la pègre états-unienne dans notre Londres victorien.
Je vous laisse savourer le roman comme une délicieuse friandise. Pour les adeptes du canon holmésien, tout y est : références érudites et parfois iconoclastes. Une chute qui a surpris le vieux renard que je suis. Genre, je relis deux fois la page pour être sûr de ne pas m'être trompé. Nous avons aussi le plaisir de retrouver des héros de "La Ligue des rouquins", et quelques autres clins d'œil bienvenus. Le roman est suivi d'une courte nouvelle de Watson mettant en scène le détective Athelney Jones et il est vrai que ce n'est pas glorieux.

NdR -Le roman a été réédité aux éditions Hachette sous le titre Sherlock Holmes est mort. Vive Moriarty.

Citation

Quelqu'un croit-il réellement à ce qui s'est produit aux chutes de Reichenbach ?

Rédacteur: Jean-Hugues Villacampa lundi 27 mai 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page