Tattoo Blues

Ma peur cède place au soulagement, aussitôt remplacé par une terreur encore plus vive. Que fait-il là ? Pourquoi m'a-t-il suivie ? Va-t-il me tuer ?
Aga Lesiewicz - À perdre haleine
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

Roman - Policier

Tattoo Blues

Social - Guerre - Artistique MAJ jeudi 16 mai 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Julien Heylbroeck
Rennes : Critic, mai 2019
220 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-37579-121-9
Coll. "Thriller"

La mémoire dans l'appeau

Julien Heylbroeck est un Angevin d'adoption qui possède déjà un lourd passé dans l'écriture. Dans le jeu de rôles en premier lieu, dont il tire une maîtrise scénaristique certaine, mais aussi dans le fantastique, le gore et le roman policier. Il est entre autres l'auteur des excellents Stoner Road et Malheur aux gagnants, les deux subtilement teintés de fantastique, ce qui n'est pas le cas de celui-ci. Chroniqueur à La Tête en Noir, il est aussi gros lecteur de polars avec une accointance avouée à Joe R. Lansdale auquel il rend hommage dans Tattoo Blues.
L'action de l'ouvrage se déroule à Los Angeles en 1978 (il avait alors - 2 ans) et a un pour héros un ancien du Vietnam, ravagé par ses souvenirs et les drogues dures qu'il a aujourd'hui remplacées par les boissons alcoolisés qu'il consomme en nombre dans des rades mal famés en compagnie de deux vétérans des rizières d'Extrême Orient. Après une nuit de baroud alcoolique très difficile avec ses condisciples, Thurston se réveille dans un état proche de l'indescriptible, sans très nets souvenirs de ce qui a pu lui arriver. Ne lui reste juste que le splendide visage d'une jeune femme asiatique qui remonte par moment à sa mémoire. Slalomant entre les flaques de vomis, il finit dans sa salle de bains où il découvre stupéfait un tout nouveau tatouage de belle facture sur son épaule gauche. Il file au Rosada, le prototype du bouge infâme qui lui sert de QG pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer cette nuit sans grand succès. Puis il se rend au restaurant asiatique au pied de son immeuble pour découvrir que son tatouage est écrit en khmer et veut dire : "Aidez-moi". Pendant ce temps, Belmont, un producteur de soap opera, rage contre ses accessoiristes qui ne répondent pas avec exactitude aux détails qu'il souhaite voir apparaître dans la mise en scène. Une fois les prises de vue rectifiées en fonction de ses critères, il rentre dans son luxueux domaine où il range, dans une pièce interdite à tous, les cassettes des épisodes de son "œuvre" avec une méticulosité dérangeante. Commence pour Thurston une avalanche d'événements qui ne laisseront personne indemne et qui l'oblige à une minutieuse enquête riche en rebondissements, pour certains totalement dramatiques.
Le roman se lit d'une traite et l'aspect primitif dérangeant du vétéran devient vite une armure de paladin. Les personnages sont délicieusement attachants en dépit de leur diversité, avec une médaille pour Blue, que l'héroïne du roman protégera d'une bien curieuse manière. Des drames, beaucoup d'humour dont la description de quelques épisodes du feuilleton qui est hilarante et un bouquet final digne des grands films d'action made in Hong-Kong, que demander de plus pour ces jours d'été qui tardent à se montrer 

Citation

Chaque action appelle un nombre... qui résonne en cascade...

Rédacteur: Jean-Hugues Villacampa lundi 06 mai 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page