La Dernière chance de Rowan Petty

Bien des choses me répugnent chez des gens de Bien. Et je ne parle pas du Mal qui est en eux.
Philip Kerr - La Trilogie berlinoise - 2. La Pâle figure -
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 26 mai

Contenu

Roman - Noir

La Dernière chance de Rowan Petty

Médical - Braquage/Cambriolage - Escroquerie MAJ vendredi 08 mars 2019

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Richard Lange
The Smack - 2017
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Patricia Barbe-Girault
Paris : Albin Michel, février 2019
400 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-226-43723-5
Coll. "Terres d'Amérique"

Escrocs en cascade

Rowan Petty est un raté comme il y en a beaucoup dans les littératures américaines. C'est un escroc sympathique en fin de vol qui a été abandonné par sa femme, qui a lâché leur fille (qui lui en garde grief et on se demande bien pourquoi), qui a vu son appartement récupéré par sa banque et qui voit sa voiture lui faire des siennes. Condamné à attendre qu'elle soit réparée, il erre dans une petite ville avec quatre mille dollars (les derniers) et des cartes de crédit (sur lesquels il peut encore tirer, joie du système bancaire américain). Un escroc aux aguets, c'est un escroc qui porte la poisse. Avant, il changeait de trottoir quand il en voyait un de sa connaissance. Maintenant, ce sont ses connaissances qui traversent la rue. Il y a des signes qui ne trompent pas. Pourtant, il arrive que deux escrocs paumés se croisent. Et c'est ce qui arrive. On lui propose de filer à Los Angeles pour faire main-basse sur deux millions de dollars issus d'une combine entre soldats présents en Afghanistan. Ces derniers ont eu le temps de mettre au point une arnaque qui trompe l'administration peu soucieuse des dollars dépensés sur le terrain. Le temps qu'il réfléchisse, il croise une prostituée noire à laquelle il s'attache sans se douter que débute alors une histoire d'amour. L'escroc raté et la pute noire filent vers la cité des Anges et le parfait amour. Ils vont devoir s'appréhender, se faire confiance (et ce n'est pas gagné !). D'autant que tout n'a pas débuté de la meilleure des façons. L'histoire de Richard Lange débute tel un roman d'Elmore Leonard (intrigue malicieuse, personnages sobres et bien campés) qui aurait rencontré Donald Westlake (situations ubuesques comme la rencontre avec l'ancien petit ami de Tinafey – quel drôle de prénom !). Elle se poursuit de façon tragi-comique avec un individu qui poursuit Rowan et Tinafey, et l'on ne tarde pas à comprendre que dans cette intrigue, tout le monde trahit tout le monde. À commencer par Diaz, le soldat qui a monté la combine initiale et qui élimine un a un ses associés sans l'once d'un scrupule. Ce qui fait de lui un ennemi bien plus dangereux que ne le suppose Rowan. Le lecteur, omniscient dans cette histoire, sent bien ce danger se rapprocher alors que Rowan a son attention détournée (et on le comprend) par l'hospitalisation de sa fille, Sam, qui habite Los Angeles, et qui a une tumeur au cerveau. Pour parachever le tout, l'opération et le traitement qui suivra devraient coûter au bas mot un million de dollar (joie du système de santé américain). Autant dire qu'il va falloir récupérer cet argent, et pour de bonnes raisons. C'est alors que l'ex de Rowan refait surface, et que les ennuis se multiplient. La situation promet d'être pimentée, un peu trop même, pour ce pauvre Rowan au bord du burn-out. Dit comme ça et avec le contexte tragi-comique évoqué, on pourrait penser que l'on se trouve dans un roman léger, sauf qu'il n'en est rien. Car le roman est aussi un roman d'apprentissage sur la parenté (même à retard) avec la question de la responsabilité et de la rédemption. Et puis il y a cette fatalité omniprésente chez la plupart des personnages. Parfois elle sera contrariée, parfois non. Rowan en sortira changé. Quant à Richard Lange, il fait preuve à la fois de cruauté et de cynisme. Même s'il aime ce personnage d'escroc raté.

Citation

L'instinct de survie prit le relais. Petty était à deux doigts de se faire refroidir par un Mexicain unijambiste pendant qu'un inconnu se vidait de son sang à leurs pieds. Il allait devoir être convaincant.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 08 mars 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page