La Perfection du crime

Les membres des premiers gangs ont vieilli. Ils ont créé des entreprises, des labels de rap, des sociétés de sécurité ou ont trouvé d'autres moyens de s'intégrer dans la société. Certains sont morts, tombés dans les drogues dures, d'autres sont en prison pour de longues peines suite à des braquages ou d'autres condamnations pour trafics de stupéfiants.
Yan Morvan & Kizo - Gangs Story
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 23 octobre

Contenu

Roman - Policier

La Perfection du crime

Tueur en série - Enlèvement - Artistique MAJ lundi 08 octobre 2018

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Helen Fields
Perfect Remains - 2017
Traduit de l'anglais par Luce Michel
Paris : Marabout, juin 2018
364 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-501-12266-5
Coll. "Thriller"

Le détail de l'artiste

Luc Cannalach vient de prendre son poste comme commissaire à Édinbourg. Comme il a été mis de côté par Interpol suite à une affaire problématique, les policiers qui l'accueillent le voient comme un chef pistonné qui a pris la place de l'un des leurs. Aussi, sa collègue Ava est un peu froide avec lui et leur supérieur est surtout obnubilé par l'idée de ne pas faire de vagues. C'est dans cette ambiance déjà quelque peu pourrie qu'éclate une enquête qui ne pourra s'avérer que compliquée. Une avocate a été enlevée et l'on vient de retrouver son cadavre brûlé en pleine forêt. Lorsqu'une deuxième femme, une pasteur, est enlevée à son tour et que tout laisse penser que c'est le même criminel qui a agi, tout le commissariat est sur les dents. Un criminel particulièrement retors, un artiste dans son genre. Il faut ajouter à ce tableau que l'adjoint de Cannalagh essaie de trouver de quoi évincer son supérieur, qu'un expert profiler nul profite de l'occasion pour venir mettre son grain de sel dans l'histoire, et qu'Ava doit enquêter sur une histoire de bébés retrouvés morts dans les parcs publics, en même temps qu'elle doit gérer un admirateur anonyme qui lui envoie des fleurs et du champagne...
Le suspense n'est pas la volonté première de ce récit car dès le début on nous indique qui est le ravisseur-tueur, et même quel est son plan. Même si ce dernier est intelligent, les péripéties montrent surtout que la vérité peine à se dégager par suite des différentes fausses pistes que créent les policiers eux-mêmes en se surveillant, en ne se parlant pas ou suite à une intrigue secondaire qui n'apporte pas grand-chose (on découvrira par exemple qui envoie les fleurs à Ava), ou à cause des pressions politiques, des notables et de l'Église qui veulent avoir leur mot à dire dans les différentes enquêtes. Pour le reste, nous sommes tout à fait dans le schéma ordinaire des histoires policières avec un coupable frappadingue, décrit avec soin dans sa pathologie spécifique, une enquête menée de manière classique avec des personnages bien construits, mais sans grande originalité spécifique. Juste de bonnes recettes qui font de cette Perfection du crime, d'Helen Fields, un roman sympathique à lire mais qui ne restera pas forcément dans les annales.

Citation

Il allongea le cadavre avec des précautions dignes de celles d'un père, étirant à l'extrême chacun des membres, permettant à l'air de circuler librement autour du corps de la femme.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 08 octobre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page