Arcanes Médicis

Vous voyez à ce stade j'avais fait exactement ce que la police s'attendait à ce que je fasse si j'étais coupable – sauf que je ne l'étais pas. Ça paraît dingue, présenté comme ça, mais le seul moyen que j'avais de ne pas être condamné pour des actes que je n'avais pas commis, c'était de les commettre. Je n'avais pas le choix. Enfin, techniquement, si. Je pouvais choisir entre la survie et le suicide.
Martin M. Goldsmith - Détour
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 21 février

Contenu

Roman - Policier

Arcanes Médicis

Écologique - Complot - Artistique MAJ jeudi 13 septembre 2018

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Samuel Delage
Riom : De Borée, septembre 2018
352 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-8129-2292-3
Coll. "Marge noire"

Dans les affres de la création

La villa Médicis est une pension de luxe pour artistes. Actuellement, si l'on s'y active pour créer des œuvres d'art, derrière le luxe de la villa, sa concentration d'intelligence et de volontés artistiques, se cachent bien des sombres magouilles, des complots, des antagonismes, voire des rivalités létales. Lorsque l'un des artistes est retrouvé mort, énucléé dans le parc, les tensions qui existaient à l'état larvé commencent à devenir visibles. Le directeur et son adjoint - mais sont-ils bien honnêtes et blancs comme neige dans toute cette histoire ? - s'inquiètent des retombées et des qu'en-dira-t-on. Un expert en art est envoyé pour démêler les fils. Mais entre un passé familial chargé et ses liens sexuels ou amoureux avec l'une des pensionnaires (qui se trouve être devenue la maîtresse du mort !), est-il à même de mener avec diligence l'enquête ? De son côté, Castelli, le commissaire italien chargé des investigations, doit composer avec des artistes imbus de leurs personnes, de lourds secrets qui datent de l'époque nazie et les pressions des ministères et autres ambassades. Lorsque d'autre crimes, identiques, troublent la tranquillité de la villa, et que le jardinier se balade dans les jardins avec des os humains dans une brouette, qu'un pensionnaire s'amuse à voler dans les chambres des autres artistes, tout s'envenime rapidement.
Il y a une belle trouvaille dans le roman de Samuel Delage : celle d'un artiste qui décide de jouer à Dieu en créant un écosystème qu'il peuple de plantes et de bestioles diverses, celles-ci rejouant le jeu de la création et de la sélection naturelle. Le décor est somptueux et l'on attendait qu'il serve d'arrière-plan à des descriptions aiguisées du milieu artistique, symbolisé par le panier de crabes qu'est justement "l'arche de Noé" peuplée de scorpions et d'araignées mortelles que veut faire cohabiter l'artiste. Mais entre les fausses pistes sans grand intérêt, les secrets de famille peu captivants et des personnages qui s'agitent sans une trop grande profondeur, l'ensemble du roman reste malheureusement en lisière de ce qu'il pourrait être.

Citation

Il n'a pas encore porté ses pas au-delà des massifs frangés de buis qu'une ombre surgit dans son dos et se glisse dans l'atelier.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 13 septembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page