La Fille de juin

Un enterrement de mafieux. Le rêve de tout fleuriste.
James Patterson & Marshall Karp - Lune pourpre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Roman - Thriller

La Fille de juin

Road Movie - Drogue - Terrorisme MAJ mercredi 11 avril 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Laurent Maillard
La Filha de Juhn - 2018
Paris : Et le bruit de ses talons, mars 2018
166 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-37912-001-5
Coll. "Noire"

Causses toujours

Il existe des histoires d'amitié qui durent et perdurent. Derrière cette nouvelle maison d'éditions se trouve un éditeur qui poursuit soin chemin, bon gré mal gré, depuis quelques années. Un éditeur qui reste fidèle à l'un de ses auteurs (et réciproquement). Laurent Maillard reste lui aussi fidèle à son personnage central : celui de Aurélie, jeune femme forte et lucide qui continue son combat. Pourchassée par la police pour ses liens avec les milieux terroristes, elle aimerait juste poser ses bagages et se reposer quelques temps mais comment doit-elle s'y prendre puisque outre les forces de police qui la recherchent, les ennuis semblent lui tomber dessus comme du fer sur un aimant, ce qui n'est, avouons-le, pas facile. Aurélie débarque donc dans les Causses et espère y trouver un peu de calme. Elle entre dans un bar pour savourer un moment de paix, mais c'est pour tomber sur une autre jeune fille qui vient chercher un paquet de drogue dans les toilettes. Cette même jeune femme est doublée pour aller aux toilettes par un gendarme sur qui tombe le paquet mal installé. Aurélie se sent obligée d'intervenir, et voilà les deux filles en cavale dans la France profonde, entre ermites qui ne parlent qu'en occitan et une secte installée là pour être au calme et pour que son gourou puisse faire ses petites affaires tranquillement.
Ceux qui ont déjà lu les ouvrages de Laurent Maillard (car après tout le lecteur aussi peut être fidèle aux auteurs qu'il apprécie) retrouveront son sens aigu du rythme, ses personnages atypiques dont il ne cherche pas à noircir ou embellir le portrait, les projetant dans un univers à la fois réaliste et fantasmé (ah les Hells Angels des Causses ou les gourous bien fatigués !), les promenant de Charybde en Scylla avec une joie un peu sadique. Peu de psychologie lourde et pesante, mais la légèreté qui convient à des personnages qui veulent être aussi libres que possible, qui tentnt de rester droit dans leurs bottes et ne rien renier de ce que sont leurs valeurs. Un roman court, rapide, comme un coup franc (du collier), comme un texte de Jean-Patrick Manchette qui ne croirait plus en aucune idée politique, mais juste à la vigueur de l'instant, comme une histoire qui pourrait rebondir dans un autre romancomme un autre chapitre de la même aventure, avec le même intérêt.

Citation

Quant à Aurélie, elle s'efforçait de récupérer son portefeuille dans la poche intérieure de son vêtement, manœuvrant tant bien que mal de façon à ne pas laisser voir le Glock, lorsque l'autre réapparut avec un sachet d'environ 250 grammes de cocaïne pure

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 11 avril 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page